Fais-le pour maman, François-Xavier Dillard

fais-le-pour-maman

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa sœur adolescente, Valérie, et leur mère. Cette dernière arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, occupant un job ingrat qui lui prend tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère : elle accuse son petit garçon d’avoir blessé sa sœur. Elle sera condamnée à cinq de prison.
Des années plus tard, alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue, Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires… Mais de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients annoncent le retour funeste des voix du passé…

Mon avis : Mais depuis quand ne m’étais-je pas plongée dans un super thriller ? Bien trop longtemps, si vous voulez mon avis : je n’ai fait qu’une bouchée de celui-ci 😀 Je l’avais repéré lors de sa sortie grand format, quelques amies blogueuses m’en ayant dit le plus grand bien. Et lundi dernier, alors que je fouinais dans les rayonnages, sans trop savoir si j’allais céder aux sirènes de la tentation ou non... Je l’ai croisé en poche. Et ai craqué ! Il n’a d’ailleurs pas fallu longtemps pour que je m’y plonge, la chose étant faite l’après-midi même : en quelques heures, c’en fut fait !
Ils sont trois : le fils de sept ans, innocent, la fille adolescente, en pleine révolte, et la mère, dépassée par un quotidien qui la tue à petit feu. Mais un jour, c’est le drame : une énième dispute, d’une violence inouïe, laissera la jeune fille avec une plaie atroce sur le ventre. Si la culpabilité de la mère ne fait aucun doute, elle tient pourtant une version des faits des plus grotesques : ce ne serait pas elle, mais bien son petit garçon, qui serait à l’origine des blessures de sa sœur… Condamnée, incarcérée durant cinq ans, elle disparaitra de la circulation sans jamais avoir modifié ses propos. La sœur, quant à elle, finira par atterrir dans un hôpital psychiatrique, soumise à des démons que nul ne semble pouvoir faire taire… Mais quand, des années plus tard, les morts se multiplient autour de Sébastien, devenu médecin et père de famille, l’on peut s’interroger : que s’est-il réellement passé ce jour-là ? Quelle sinistre machination est à l’œuvre, et qui est-elle censée faire payer ?
Je vous le dis de suite : ce thriller psychologique est terriblement efficace. Je l’ai DÉVORÉ !! De bout en bout, on est entièrement soumis à la plume  de l’auteur, et à cette intrigue diabolique qui ne connait pas un seul instant de répit. Que s’est-il réellement passé, dans cette cuisine ? Comment cette mère a-t-elle pu déraper ainsi, et continuer en accusant son tout jeune fils d’un crime qu’il ne peut avoir commis ? Ces questions m’ont suivie durant toute ma lecture, accompagnées de beaucoup d’autres : François-Xavier Dillard a le chic pour nous faire envisager les hypothèses les plus folles et, surtout, nous mener par le bout du nez.
Double, la narration se partage entre Sébastien, que l’on voit sombrer peu à peu dans une angoisse perverse, et Claire, commissaire fraichement mutée en banlieue. Je me suis rapidement attachée à chacun d’eux, avec une petite préférence pour Claire, son passif me touchant particulièrement. L’on apprend, au fil de notre lecture, l’après du drame : comment Sébastien fut adopté et a tenté de se reconstruire, notamment, mais également quelques détails sur sa sœur… Détails qui font froid dans le dos, et qui m’ont clairement donné la nausée. Nous découvrons un personnage torturé, instable… Et je ne vous en dis pas plus. Le tout est de savoir que l’auteur dresse les portraits de ses personnages avec efficacité et talent, tout comme il maitrise son intrigue : ce roman est percutant. On lit, on avale même les pages sans s’en rendre compte. Et le dénouement arrive… Nous laissant abasourdis et sous le choc, quand bien même certaines pistes le laissait présager.
Ce fut donc une excellente lecture (sans être un coup de cœur pour autant, il m’a tout de même manqué cette petite étincelle qui fait tout), parfaite pour occuper un après-midi désœuvré. Je ne regrette pas d’avoir tenté le coup !

En bref, une lecture haletante et percutante, qui m’aura tenue en haleine du début à la fin. François-Xavier Dillard nous livre un thriller implacable, glaçant, que l’on termine les yeux dans le vague et les mains tremblantes, avec une question en tête : qu’aurait-on pu faire pour empêcher cela ? Bravo !

On en redemande
On en redemande !

Pour marque-pages : Permaliens.

5 Commentaires

  1. Il a l’air génial ! En plus je ne lis pas assez de thriller, je trouve, alors que j’adore ça en général !

  2. Il est dans ma PAL, en grand format et dédicacé ah il faudrait vraiment que je m’y plonge car l’auteur était en plus ultra sympathique =)

  3. Je viens de lire mon premier thriller, purgatoire des innocents de Karine Giebel. Et j’ai adoré! J’ai bien envie d’en lire d’autres et celui me fait bien envie 🙂 Merci pour cette chronique!

  4. Ping :Sunday’s Books #80 – Les lectures de Bouch'

  5. Bon j’étais déjà convaincue par le résumé mais avec ton avis je l’ajoute direct à ma Wish List !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *