Véridienne, Chloé Chevalier

Veridienne

Se le procurer :
Logo Decitre copie_1 FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : Au bord de l’implosion, le royaume du Demi-Loup oscille dangereusement entre l’épidémie foudroyante qui le ravage, la Presse Mort, les prémisses d’une guerre civile, et l’apparente indifférence de son roi. Les princesses Malvane et Calvina, insouciantes des menaces qui pèsent sur le monde qui les entoure, grandissent dans la plus complète indolence auprès de leurs Suivantes. Nées un jour plus tard que les futures souveraines auxquelles une règle stricte les attache pour leur existence entière, les Suivantes auraient dû être deux.
Elles sont trois. Et que songer de la réapparition inopinée du prince héritier, Aldemor, qu’une guerre lointaine avait emporté bien des années auparavant ? Avec lui, une effroyable réalité rattrape le château de Véridienne, et le temps arrive, pour les Suivantes et leurs princesses, d’apprendre quels devoirs sont les leurs.

Mon avis : aurais-je une seule déception avec le catalogue des Moutons ? Si ce n’est jamais à exclure, ce jour n’est manifestement pas encore arrivé ! Véridienne est tout simplement EXCELLENT, en gras et en majuscules. Tout à fait différent des autres romans que j’ai pu lire jusqu’ici, il met au premier plan le relationnel entre des personnages à la psychologie riche et parfaitement creusée, se situant dans un univers alternatif à consonance médiévale. Autant vous dire que… J’ai adoré, bien évidemment !
Dans le royaume du Demi-Loup, chaque -futur- souverain se voit doté d’un Suivant : né un jour plus tard que le futur régent, son existence, sacrée, lui est entièrement dédiée. Lufthilde est ainsi attachée aux pas de Calvina, héritière de la région des Éponas, tandis que Malvane, princesse de Véridienne… Est dotée de deux Suivantes, suite à la négligence de son père : Nersès et Cathelle. Alors que les Éponas font sécession, Calvina et Lufthilde sont contraintes de se réfugier à Véridienne, où la guerre civile menace. Mais les cousines, jeunes, n’ont que faire des ces problèmes d’adultes. Entre ces écervelées au visage d’ange et un roi démissionnaire, le peuple du Demi-Loup ne jure que par le retour d’Aldemor, héritier en titre et parti en guerre depuis bien longtemps. Et pourtant, on se demande… Le remède n’est-il parfois pas pire que le mal ?
Avec ce premier tome, Chloé Chevalier nous offre un récit choral : bien que mis en forme par Nersès et Lufthilde, nous y trouvons des journaux des trois Suivantes, ainsi que d’Aldemor. Leur but est simple : livrer avec le plus d’honnêteté possible un témoignage exhaustif afin que le lecteur -et les générations futures- comprennent comment le royaume a pu  en arriver là. Mais là, où ? Et bien, justement…
Ce récit est passionnant. À la fois parce que Chloé Chevalier prend le temps de nous dresser un paysage politique des plus complets (et perturbé, on ne va pas se mentir), mais aussi parce qu’elle met plus que tout l’accent sur des personnages centraux extrêmement charismatiques mais, surtout, très crédibles. A-t-on vraiment l’impression d’avoir des êtres de papier face à nous ? Pas la moindre seconde : avec sa plume légère, aérienne et particulièrement évocatrice, l’auteure nous immerge promptement dans son roman aux multiples facettes. J’ai aimé suivre nos cinq héroïnes, même si j’ai parfois -souvent, pour certaines- eu envie de les secouer très fort, et de leur mettre un peu de plomb dans la cervelle. Ne sont-elles pas les héritières de ce grand royaume qu’est le Demi-Loup ? Pour autant, et assez paradoxalement… Leur ingénuité ne les rend que d’autant plus crédibles. Ce sont avant tout des enfants, qu’il s’agisse des princesses ou de leurs Suivantes. Des princesses dont l’éducation fut avortée avant d’avoir commencé, davantage laissée à elles-mêmes qu’autre chose. Je dois avouer avoir eu une tendresse toute particulière pour Nersès, première Suivante de Malvane, qui m’a semblé ne jamais dévier du chemin qu’elle s’était fixée. Lufthilde et Cathelle m’ont également beaucoup touchée, notamment par la sincérité de leurs sentiments, au crépuscule du roman. Quant à Malvane et Calvina… Leurs personnages, complexes, ont provoqué en moi une foule de sentiments contraires. L’une comme l’autre ont pu faire à la fois preuve de la plus grande violence tout en restant extrêmement fragiles, et je n’ai su que les plaindre, les admirer et les blâmer en même temps, compatissant pour leur entourage bien peu à même de réfréner leur impulsivité dévastatrice.
Aldemor, lui…a touché une corde sensible en moi : cet enfant contraint de grandir trop vite, devenu un homme tourmenté, hanté par ses propres démons et écrasé sous le poids d’une culpabilité gigantesque… J’ai ouvert des yeux ronds et retenu mon souffle, quand l’auteure nous a dévoilé la vérité. Et ma gorge s’est serrée, serrée à en étouffer.
Qu’il s’agisse des personnages centraux ou secondaires (pensons notamment au Roi et à la Reine), j’ai aimé le fait que Chloé Chevalier s’éloigne de tout manichéisme pour lui préférer un subtil jeu de nuances, nous empêchant d’aimer absolument un personnage ou, à l’inverse, de le détester complètement. Sans être parfaits ou méprisables, ils sont… Humains, simplement.
L’on est donc totalement embarqué dans ces multiples destins auxquels est inextricablement lié celui du royaume, ne cessant de se demander jusqu’où tout cela le -nous- mènera. Chloé Chevalier joue avec nos sentiments en faisant preuve d’une aisance déconcertante, et je me dois de saluer la performance : pour un premier roman, c’est parfaitement réussi ! Il me tarde d’ailleurs d’en lire la suite, qui ne devrait plus tarder, fort heureusement (oui, je ne vous ai pas parlé de la fin… Mais je m’étais promis de ne pas insister sur la sadisme dont Miss Chevalier a fait preuve !). Que la pluie vous soit donc clémente, mes petits, et à bientôt !

En bref, un premier tome tout à fait captivant : le jeu sur les personnages est tout à fait réussi, et Chloé Chevalier nous offre une fresque aussi bien familiale que politique absolument fascinante. Si l’on rajoute à cela un écrin tout bonnement magnifique (saluons Melchior Ascaride pour le prix obtenu aux Imaginales, récompensant son magnifique travail pour l’identité des Moutons Électriques ! Et la couverture du deuxième tome est tout aussi merveilleuse ❤️), je vous le demande : que vouloir de plus ?

725a8-coupdecoeur2
Coup de cœur !

Pour marque-pages : Permaliens.

10 Commentaires

  1. J’ai a-do-ré !! Quels personnages !

  2. AH j’ai tellement envie de le lire =)

  3. Je suis ravie que ce livre t’ait aussi plu qu’à moi 😉 J’ai trouvé les personnages très justes. Vivement la suite !

  4. Je ne vais faire que répéter mais j’ai moi aussi littéralement adoré ce premier tome, j’attends impatiemment la suite !

  5. Il est dans ma PAL celui-là. La couverture a tout de suite attiré mon oeil ^^ Tu m’as encore plus donné envie de lire avec ta chronique ! 😛

  6. Ohhh je suis en train de le lire et j’aime beaucoup aussi 🙂 Hâte de découvrir la couverture du deuxième tome!

  7. Eh bien… merci beaucoup !

  8. Ping :Les Terres de l’Est, Chloé Chevalier (Récits du Demi-Loup #2) – Les lectures de Bouch'

  9. Ping :Fleurs au creux des ruines, Chloé Chevalier (Récits du Demi-Loup #0) – Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *