Chroniques d’un rêve enclavé, Ayerdhal

Chroniques dun reve enclave

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : « Le Dogme est une hiérarchie qui entend ordonner le monde à sa convenance, sous prétexte que l’individu n’en est qu’une infime partie. Alors il dicte ce qu’il convient pour chacun sans qu’il revienne à tous la même part. Il flatte les puissants afin de croître dans leur ombre. Il rassure les faibles afin qu’ils s’en tiennent à leur impuissance. Le Dogme est une machine à conserver le monde en l’état.
Qui, à part les puissants, peut s’en contenter ? » Face aux rois, aux nobles, au clergé, à une Ghilde obsédée par sa richesse, les habitants de Macil, accablés par le poids de l’impôt, luttent contre la famine et les pillards. Sur la Colline, quartier de cette cité médiévale, règnent recruteurs, faiseurs de dîme et de gabelle. Un curieux pèlerin, vagabond visionnaire que les Collinards appelleront « Parleur », va y introduire les rêves de justice d’un poète assassiné.

Mon avis : Deuxième roman d’Ayerdhal, deuxième… Coup de cœur ! Il faut dire que le monsieur a une gouaille irrésistible, et que les sujets qu’ils abordent me touchent profondément.
Cette fois-ci, c’est un roman à la croisée des genres qu’il nous offre, pas vraiment fantasy mais ne se déroulant pas non plus dans notre monde… Un récit centré sur une ville, sur un quartier. Comme chaque hiver, la disette n’épargne pas Macil, les puissants se terrant dans leurs demeures et laissant les plus pauvres mourir de faim et de froid. Mais cette année, sur la Colline, on s’organise : Parleur, un pèlerin arrivé depuis peu et aux idées avant-gardistes, va convaincre son entourage que le changement est possible. Qu’en s’organisant au mieux, l’hiver sera moins meurtrier. Et pour cela, une solution : couper la Colline du reste du monde et vivre en autarcie complète…
C’est simple : Ayerdhal nous livre ici le récit de la mise en place d’une utopie. Nous avertit des dangers de l’individualisme, et nous éduque à un autre mode de pensée. C’est beau, cruellement beau, et j’ai été subjuguée par ses paroles. Loin d’une fantasy banale et plutôt creuse, l’auteur nous offre un roman d’une force palpable, qui aura réussi plus d’une fois à me tirer des larmes… Mais qui ne parlera sans doute pas à tout le monde : très politiquement engagé, il se peut que ce texte vous laisse sur le bas-côté s’il ne touche pas une corde sensible chez vous.
En ce qui me concerne, je me suis vraiment immergée dans le quotidien de ces héros ordinaires, de ces hommes aux idées folles et pourtant si séduisantes. J’ai lu avec émotion et avidité, trouvant dans ce récit une société bien plus en phase avec mes opinions qu’aucune autre.. Et toujours, toujours hypnotisée par la sublime plume d’Ayerdhal. Plus encore que Demain, une oasis, j’ai trouvé à ce texte une résonance tout à fait personnelle, comme si l’auteur s’y était investi plus encore que dans ses autres romans. A travers les mots de Parleur, les vers de Karel, c’est le visage de notre conteur qui se dessine, rendant notre lecture encore plus puissante. C’est court, poignant, beau. Émotionnellement surpuissant, et terriblement d’actualité, quand bien même écrit il y a de ça plusieurs années.
Après cette lecture, je dois bien avouer que je ne regrette qu’une seule chose : ne pas avoir d’autres romans de l’auteur sous la main pour poursuivre mon exploration de sa bibliographie. S’ils sont tous du même acabit… Nul doute que mon cœur n’a pas fini de saigner ❤️

En bref, Ayerdhal nous livre ici le récit de la construction d’une utopie, un récit poignant, qui m’aura véritablement bouleversée. Ses propos m’ont énormément parlé, et j’ai lu avec passion, découvrant une nouvelle facette de cet auteur qui nous manquera tant ❤️

725a8-coupdecoeur2
Coup de cœur !

Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. C’est décidé ! C’est avec ce roman que je découvrirai la plume de l’auteur !!! Rien que le titre me faisait déjà rêver (c’est le cas de le dire ^^), tellement je le trouve magnifique… Mais alors maintenant que j’ai lu ton billet, je suis conquise d’avance ! Un grand merci pour cette envie si joliment redoublée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *