L’énigme du magicien, Andrea Cremer (Le secret de l’inventeur #2)

lenigme-du-magicien

Traduit par Mathilde Tamae-Bouhon

Tome 1 : Rébellion

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux Etats-Unis d’Amérique… Après l’explosion des Catacombes, seul foyer qu’elle ait jamais connu, Charlotte est contrainte de mener sa petite troupe de survivants, parmi lesquels une dizaine d’enfants, vers ha Nouvelle-Orléans. Désormais leader du groupe, elle se retrouve face à des choix difficiles pour préserver la vie de ses jeunes protégés, mais continue de voir en Grave, malgré sa force herculéenne et ses origines inquiétantes, un allié et un ami.
Des méandres du Mississippi au bayou de la Nouvelle-Orléans, l’Empire fera tout pour empêcher Charlotte de rallier le quartier général de la Résistance, où l’attendent son frère Ashley et le capitaine Jack Winter, qu’elle tient désormais pour un traître… Elle y découvrira l’envers de la rébellion – à commencer par sa propre mère, qui semble s’intéresser de très près à Grave et à ses capacités extraordinaires – sans compter les stratagèmes du puissant mage Nicodème et de Sang d’Acier, un flibustier français aux intentions troubles !

Mon avis : Que je l’attendais, ce deuxième tome ! Il faut dire que je gardais du premier un souvenir des plus vifs, ayant littéralement adoré ma lecture… Qui s’était d’ailleurs terminé par un beau cliffhanger qui m’avait fait hurler de frustration. Merci, M’dame Cremer ! Quand L’énigme du magicien s’est glissé dans ma PAL, je me suis donc juré de ne pas le faire languir… Trop longtemps, du moins : l’heure est donc venue de vous dire si, oui ou non, L’énigme du magicien fut à la hauteur de son prédécesseur…
Cet opus commence donc dans le chaos le plus total : par égard pour ceux d’entre vous qui n’auraient pas encore succombé au charme du premier tome, je tairai la conclusion de celui-ci… Mais la position dans laquelle se retrouve Charlotte, notre héroïne, est plus que précaire. Ses convictions les plus intimes ont été mises à mal, sa confiance s’est effondrée et le monde qu’elle a toujours connu vient de disparaitre dans un nuage de fumée. Avec sa petite bande, Grave, Pip et Scoff au premier plan, la voilà traversant le pays pour rejoindre la Nouvelle-Orléans, siège de la Résistance où elle espère retrouver son frère, Ashley. Mais les choses ne sont pas simples, et la jeune fille ne peut faire taire les nombreux doutes qui l’assaillent : entre la trahison de Jack et les révélations sur la véritable nature de Grave, la jeune fille ne sait plus ce qu’elle doit croire. Et ce n’est pas sa rencontre avec les chefs de la Résistance qui vont lui permettre d’y voir plus clair… Bien au contraire.
Oooh, je vous vois venir : si vous avez fait un petit tour sur la blogo, vous avez sans doute remarqué que les avis divergeaient un petit peu, sur ce deuxième tome. Et, c’est vrai, je ne vous le cacherai pas moi non plus : il est en deçà du premier qui, lui, était vraiment excellent. En deçà, mais pourquoi ? Et bien, parce que L’énigme du magicien ne nous présente rien de vraiment nouveau : oui, il y a de l’action. Oui, Andrea Cremer nous offre quelques révélations, mais rien de VRAIMENT transcendant. Comme d’autres l’ont dit avant moi, il souffre de l’effet « deuxième tome », nous donnant parfois l’impression d’être uniquement là… pour faire la transition entre le premier et le dernier tome de la série. Après nous avoir offert un début de trilogie décoiffant, on peut avoir l’impression que l’auteure se retient de trop nous en donner, afin de nous offrir un final grandiose. Et c’est un peu frustrant, après une si longue attente !
Pour autant, je ne serai pas aussi tranchée que certains : j’ai tout de même passé un très bon moment. Je l’ai d’ailleurs dévoré, le bougre ! Parce que l’univers créé par l’auteure reste CARRÉMENT prenant, et que l’on s’est plus qu’attaché aux personnages. Certes, beaucoup d’entre eux sont -malheureusement- très peu présents, mais Charlotte et Grave mènent le récit, pour notre plus grand plaisir : notre héroïne est toujours aussi touchante (mais quelle tête de bois, franchement !) et Grave plus intrigant que jamais… J’ai également été ravie de voir Scoff et Pip gagner en importance ❤️
Côté intrigue, cela reste relativement tranquille : j’avoue être un peu restée sur ma faim, puisqu’il faut attendre un bon moment avec les choses ne bougent vraiment… Et une fois mises en train, cela va très vite : j’aurais préféré que le rythme soit plus égal, que l’auteure prenne davantage de temps… L’épisode avec Nicodémus, dont le résumé fait si grand cas, est ainsi passé bien trop (trop, trop, trop) vite à mon goût 🙁 La fin est elle-même expédiée, nous laissant un vrai goût de trop peu en bouche… D’autant plus que nous terminons de nouveau sur un cliffhanger. Haaaa, M’dame Cremer, vous avez décidé de nous faire mariner… Avouez !

En bref, L’énigme du magicien m’aura fait passer un bon moment… Mais ! Mais il n’est malheureusement pas à la hauteur du premier, qui était franchement dingue. Ceci dit, tous les espoirs sont permis pour le tome suivant : au vu des pistes tracées par l’auteure, il y a de fortes chances qu’il soit… Fiou !

Un bon moment
Un bon moment !

Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Ah tu n’es pas la première à dire que ce tome est moins bon que le premier… du coup je me dis que je vais être raisonnable et attendre que la suite sorte pour voir si je continue cette saga ou pour être moins frustrée avec le tome 2!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *