Serre du faucon argenté, Raymond E. Feist (Le conclave des Ombres #1)

serre du faucon

Traduit par Isabelle Pernot

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : Le mal se répand dans Midkemia. Les exterminateurs du duc d’Olasko massacrent tout sur leur passage. Seul un jeune garçon survit au carnage. Recueilli par le puissant conclave des Ombres, Kieli va affûter sa vengeance autant que son bras. En compagnie de l’autoritaire Robert de Lyis, du magicien Magnus aux troublants pouvoirs et du jeune Caleb, déjà chasseur et guerrier sans égal, Kieli va devenir une arme impitoyable. Il abandonnera tout pour suivre la voie qui lui a été tracée : devenir la Serre du Faucon argenté.

Mon avis : Les puristes ne manqueront pas de voir leur intérêt avivé, en voyant débarquer ici Raymond E. Feist et ses gros sabots. Car, oui : nulle trace de ses autres écrits sur ce blog ! Et pourtant, tout le monde sait que le Monsieur en a écrit, des romans. Prenant tous place dans le même univers, et suivant une chronologie bien définie. Tout le monde, oui… Sauf moi : moi, qui ait toujours lorgné sur Les Chroniques de Krondor sans jamais sauter le pas (les bouquins sont pourtant bien présents dans ma PAL, hein). Quand la possibilité d’entamer Le conclave des ombres m’a été offerte, je me suis donc dit que je tenais enfin l’occasion de découvrir cette plume Oh combien connue…. Sans penser une seule seconde que je pourrais n’y comprendre goutte, n’ayant pas lu les (mazette !) vingt romans précédents.
Une vie paisible attendait Serre : après avoir trouvé son nom d’homme, il aurait dû se marier, avoir des enfants et perpétuer ainsi la tradition Orosini. Et pourtant, c’est une aube rouge qui se lève sur lui : arrivé au village en catastrophe, il est le seul survivant d’un massacre aussi incompréhensible que soudain. Bien décidé à se venger, le jeune garçon va s’engager aux côtés de Robert de Lyis, un homme mystérieux et autoritaire voyant en lui le futur bras armé d’une cause qui les dépassent tous…
Et bien… NON ! Non, je ne me suis pas perdue. Non, car l’auteur prend bien soin de ne pas lier entièrement l’intrigue de cette nouvelle série avec celles des précédentes, parsemant simplement son récit de quelques menus détails… M’ayant simplement donné envie de me ruer sur ses autres romans. Parce que, disons-le : j’ai vraiment adoré ma lecture. C’est bien écrit, prenant comme il faut, les personnages sont bien campés… En un mot : captivant. C’est simple : je regrette de ne pas m’être intéressée à ce monsieur plus tôt que cela ! Mais qu’à cela ne tienne, le mal est fait : il faut maintenant y remédier. Et cette entrée en matière m’aura -largement- donné la motivation nécessaire.
Nous rencontrons donc Serre de faucon argenté, un jeune Orosini à  la recherche de son nom d’homme. Alors que l’aube se lève et qu’il n’a toujours pas reçu de vision propre à l’éclairer, il comprend que son village est attaqué. Sauvé de justesse par un homme aussi intrigant que puissant, Serre décide de traquer les assassins de sa tribu, tout en acceptant d’être formé par Robert et ses compagnons pour une mission dont il ignore tout… C’est donc sa formation plus que sa vengeance qui occupe ce roman, et l’on comprend rapidement que notre jeune héros vient d’être intégré à un réseau bien plus vaste que ce qu’il semble être de prime abord. Fait de mystères et de non-dits, le récit ne tarde pas à éveiller notre intérêt : qui sont véritablement Robert de Lyis, Magnus et Caleb (ce que je saurais, je n’en doute pas, si j’avais lu les romans précédents) ? Pourquoi Serre doit-il être formé à tous les arts de la Cour ? Va-t-il réellement réussir à accomplir sa vengeance ? On suit avec passion la progression du jeune homme, et traquons nous aussi le moindre indice sur cette mystérieuse mission dont ses supérieurs ne veulent rien lui dire. Si les premiers chapitres m’ont parus un peu longuets, je n’ai fait qu’une bouchée de la suite du roman, dévorant littéralement la dernière centaine de pages. Et je n’ai désormais qu’une envie… Lire la suite !
Côté personnages, j’ai trouvé la galerie de portraits dressés par R. Feist des plus crédibles : on s’attache très vite à Serre, qui peut parfois paraitre un peu manichéen… Mais j’ai préféré Caleb qui, lui, est beaucoup plus nuancé. Parmi les anciens, Pug est certainement celui qui m’a le plus intriguée : il va absolument falloir que je lise la première trilogie de l’auteur pour en savoir plus à son propos. Côté plume, enfin, rien à redire : les mots glissent tout seul et n’entravent pas une seule fois notre lecture : nous sommes tout à l’intrigue, simplement.
C’est donc une Bouchon conquise que vous avez devant vous, conquise et surtout avide d’en savoir plus : quelle joie de savoir qu’une foule de romans prenant place en Midkemia m’attendent encore ! Indécis, n’attendez plus : si vous cherchez une intrigue bien ficelée et efficace, un univers construit avec attention et intelligence… Foncez !

En bref, j’ai adoré ce roman, quand bien même j’avais peur de m’y perdre. Feist ne lésine pas sur les détails et nous offre un récit haut en couleurs et particulièrement riche, dont il me tarde de connaitre la suite !

On en redemande
On en redemande !

Pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. Un nom que je croise souvent, sans jamais savoir vraiment par quoi commencer… Mais un nom que je retiens au vu de ton avis ! =)

  2. il à l’air sympathique et c’est un auteur que je souhaite découvrir depuis un certain temps!

  3. Pascal Doisteau Frérot

    Je me suis fait la guerre de la faille et le lègue de la faille en un petit mois ….. il y a déja plusieurs années mais après cette boulimie > »< je ne l'ai jamais repris je ne sais pourquoi O.O une Belle plume en effet!

  4. Ping :Sunday’s Books #68 – Les lectures de Bouch'

  5. Je te rassure, mon indécision s’est envolée en te lisant ! D’autant que c’est un auteur que je souhaite découvrir depuis un bail, alors merci 🙂

  6. Ping :Le roi des Renards, Raymond E. Feist (Le conclave des ombres #2) – Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *