Alive, Scott Sigler (The Generations #1)

3alive

Traduit par Mathilde Montier

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : Em se réveille dans le noir, seule, entravée, dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. C’est le jour de son anniversaire, elle a douze ans et… c’est tout. Elle ne se rappelle pas comment elle s’appelle, ce qu’elle a fait la veille ou à quoi ressemble le visage de ses parents. Elle ne comprend pas du tout ce qui se passe. Lorsqu’elle parvient, à force de volonté, à se libérer de ce piège, elle découvre, autour d’elle, onze autres cercueils, dont certains occupants sont toujours en vie. Une initiale et un nom de famille sont gravés sur chaque sarcophage.
La jeune fille prend la tête du petit groupe d’adolescents – ils ont en fait tous dix-sept ans – et découvre un labyrinthe de couloirs poussiéreux, constellés par endroits d’ossements. Sont-ils sous terre ? Y a-t-il d’autres survivants ? Comment trouver eau et nourriture ? Et surtout, qui sont-ils, quels sont ces étranges symboles qui marquent leur front, et comment sont-ils arrivés là ?

Mon avis : Mais qu’ils font fort, chez Lumen, en ce début d’année ! Après Forget Tomorrow et avant le deuxième tome du Secret de l’inventeurALIVE ! Un thriller YA fort prometteur, qui m’avait fait baver d’envie dès que j’en avais entendu parler. Il faut dire que, moi, ces histoires d’amnésie… Ça me botte. Et plutôt deux fois qu’une.
Quand Em se réveille, convaincue qu’elle est en retard pour sa journée d’école, elle ne saisit pas tout de suite où elle se trouve. Le noir est absolu et… Ses membres sont entravés. Pire : elle est incapable de se rappeler quoi que ce soit, hormis une chose : elle fête ses douze ans aujourd’hui. Alors qu’elle se déchaine, prête à tout pour sortir de ce qui ressemble terriblement à un cercueil, sa prison cède enfin… Pour la laisser au milieu d’autres caveaux, renfermant eux-aussi des adolescents complètement perdus. Que font-ils ici ? Comment se fait-il qu’aucun d’entre eux n’arrive à se souvenir de son prénom ? Et pourquoi diable sont-ils convaincus d’avoir douze ans, quand ils en paraissent cinq de plus ? Em prend alors la tête du petit groupe, bien décidée à les sortir de cette galère… Sans se douter que leur cauchemar ne fait que commencer.
TADADAAAAA ! Intrigant, non ?  Et si je vous dis que je l’ai lu quasiment d’une traite, le bougre ? Qu’une fois plongée dedans, j’ai eu bien du mal à m’en détacher, malgré l’horreur que j’ai pu ressentir ? Car, si je dois être tout à fait honnête avec vous… Je ne conseillerais pas Alive aux âmes sensibles. Écoutez plutôt : on y découvre, à travers le regard d’une poignée d’adolescents, un environnement totalement dévasté, où des milliers de personnes se sont entretuées il y a, semble-t-il, bien des années. Les descriptions sont CARRÉMENT crues, et j’en ai souvent eu mal au cœur. Tant de détails, tant d’horreurs… Je vous avoue que je ne faisais pas trop la maligne, par moments. Scott Sigler n’y va pas par quatre chemins, et l’on prend ses manigances de plein fouet, en pleine tête. BOUH !
Et malgré tout, malgré tout… On lit, avec impatience, frénésie : l’intrigue est telle que l’on se pose un millier de questions (facile), et que plus on lit… Plus l’on s’interroge : mais qui sont-ils, où sont-ils, pourquoi eux et, surtout… QUE VA-T-IL LEUR ARRIVER ?! J’avoue que j’ai parfois trouvé le temps un peu long, mais voilà : Scott Sigler nous tient, et nous mène -si j’ose dire- par le bout du nez : je n’avais pas encore dépassé les dix premières pages que je savais que je tenais là un roman qui ne me laisserait pas en paix tant que je n’aurais pas le mot de la fin, et force fut de constater que mon flair ne m’avait point trompée : j’y ai gagné une nuit blanche et des cernes artistiquement violacées, MAIS JE L’AI FINI. Le souffle court et les jambes flageolantes, le cœur plein de ressentiment envers l’auteur pour son inhumanité (mais comment peut-on terminer un roman ainsi, franchement ?), et surtout, surtout, avec une envie dévorante de lire la suite. VIVEMENT !
Ceci dit, quelques petites choses m’ont tout de même gênée. Je vous ai déjà parlé des petites longueurs que j’avais pu ressentir, et je dois avouer que j’ai également eu un peu de mal avec les personnages. J‘ai trouvé certaines de leurs réactions assez étranges, voire illogiques… Ce qui peut s’expliquer par le décalage entre leur âge ressenti et leur âge réel, ceci dit. Je me suis donc peu attachée à nos héros, bien que leur destin m’ait passionnée. Logique, ça ? Absolument pas, non.
En somme, Alive m’a fait passé un moment… Fort, fort particulier. Très intense, et assez dérangeant. Les idées de l’auteur sont bonnes, et il les développe d’une manière vraiment intéressante, en instillant à son récit une atmosphère pesante, angoissante. Soyez prévenus !

En bref, une très bonne lecture qui m’aura donné la chair de poule. Malgré les descriptions profondément crues et parfois carrément glauques, on a qu’une seule envie : lire la suite, et savoir. Brrr !

Pour marque-pages : Permaliens.

8 Commentaires

  1. Ce livre me fait tellement envie! 😮

  2. Encore un lumen qui me fait envie =)

  3. J’ai adoré moi aussi et je ne vois plus les cochons du même oeil !

  4. Ping :Sunday’s Books #64 – Les lectures de Bouch'

  5. Ca a l’air très particulier comme ambiance mais j’avoue que le résumé m’intrigue!! Mais je vais être raisonnable et attendre que la suite sorte pour voir si ça vaut le coup 🙂

  6. Je vois que nous avons eu le même ressenti pour ce roman ! Les personnages m’ont aussi pas mal agacé (notamment Em qui ne cesse de répéter, de se répéter, qu’elle est la chef, c’est énervant…) mais ma lecture fut aussi un sacré marathon, je n’ai pas pu le lâcher !

  7. Aurélie Sinoir

    Je le veux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *