A fleur de peau, Brandon Sanderson (Légion #2)

Legion

Traduit par Mélanie Fazi

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : Stephen Leeds, surnommé « Légion », est un homme aux capacités mentales singulières lui permettant de générer une multitude d’avatars : des hallucinations aux caractéristiques individuelles variées et possédant une vaste gamme de compétences très spécifiques. Leeds est investi d’une nouvelle mission : retrouver un corps qui a été dérobé à la morgue locale. Il ne s’agit pas de n’importe qui. Le cadavre est celui d’un pionnier dans le domaine de la biotechnologie expérimentale, un homme qui travaillait sur l’usage du corps humain en tant qu’espace de stockage. Il se peut qu’avant sa mort il ait incorporé des données dans ses propres cellules. Ce qui pourrait se révéler dangereux…

Mon avis : BRANDON, COMME ON SE RETROUVE ! Haaaaa, voilà qui fait du bien. Une bonne petite lecture pour terminer en beauté la semaine, il n’y a que ça de vrai ! Et ce, d’autant plus quand l’auteur y instille un beau brin de folie, comme il l’avait fait avec Alcatraz 😬 Avec Légion, nous rencontrons (ou pas, si vous avez lu la précédente nouvelle de l’auteur !) Stephen Leeds, un Sherlock Holmes un brin névrosé mais, surtout, absolument génial : doté d’un cerveau extraordinaire, le bonhomme peut devenir spécialiste d’à peu près n’importe quel sujet en très peu de temps. Une maitrise qui se manifeste par l’apparition d’un « aspect », autrement dit d’une personnalité imaginaire dotée de ladite connaissance. Vivant reclus dans son manoir aux côtés de ses multiples compagnons, Stephen Leeds loue ses services à qui peut les payer, afin de résoudre des affaires délicates. Et, justement, il semblerait qu’un cadavre ait disparu… Le cadavre d’un scientifique spécialisé en biotechnologie expérimentale, ayant découvert comment faire du corps humain un espace de stockage et ayant, bien entendu, emmagasiné quelques données cruciales dans ses propres cellules…
Cette nouvelle m’a enchantée. En deux cents pages, Brandon Sanderson nous livre un récit de haut vol, relevant à la fois du thriller et de l’humour, une fois encore parfaitement écrit et maitrisé. N’ayant pas lu la première nouvelle mettant en scène Stephen, quelques petites données m’ont manqué… Et pourtant, cela n’a pas entaché ma compréhension de l’intrigue : c’est simple et efficace, et ça se savoure comme un délicieux petit chou à la crème : une bouchée, et hop ! Nous voilà comblés.
J’ai adoré découvrir ce personnage atypique, tout comme ses aspects qui deviennent de véritables personnages secondaires à part entière : on aimerait en lire davantage sur eux, les découvrir un à un tant l’auteur sait y faire pour leur donner une personnalité distincte. L’action, quant à elle, démarre sur les chapeaux de roue et ne faiblit pas : deux cents pages, oui, mais deux cents pages des plus intenses !
Ceci dit, je ne saurais pas trop vous dire si, oui ou non, Légion convient pour pénétrer dans l’univers de l’auteur. Il est excellent, ça oui… Mais rien ne m’enlèvera de la tête que le talent de l’auteur se révèle tout entier dans des ouvrages plus… Non pas complets ou ambitieux, mais simplement plus étendus. Cette semaine encore, j’ai eu un retour d’une jeune femme a qui j’avais conseillé L’empire ultime. Un retour tellement chaleureux qu’il en a illuminé ma journée ❤️ Quoi qu’il en soit, tout est bon à prendre dans l’œuvre de Sanderson, et Légion ne fait pas exception : J’ADORE !

En bref, une courte nouvelle qui ne nous pousse qu’à une seule chose : en réclamer davantage à corps et à cris !

On en redemande
On en redemande !

Pour marque-pages : Permaliens.

5 Commentaires

  1. Ça a l’air génial!! Je note!

  2. Braaaaaaaaaaaaandooooooooon !!! Hiiiiiiiiii !!!

    Euh nan je rigole hein … ou pas! 🙂

  3. Ohoh toi tu as le don d’augmenter ma wish-list 🙂

  4. Aurélie Sinoir

    Il est déjà dans ma PAL forcément. Je voudrais être payée à lire…

  5. Ping :Légion : à fleur de peau, de Brandon Sanderson - Lorhkan et les mauvais genresLorhkan et les mauvais genres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *