Phobos, Victor Dixen

Phobos

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer.   Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments  séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.   Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis : Alors là… Clairement, Victor Dixen m’épate ! Pour une fois, je n’ai pas vraiment prêté attention aux sirènes me vantant avec force cris la valeur de ce roman. Pour la simple et bonne raison que, si j’avais particulièrement aimé Animale, je n’en avais pour autant pas moins laissé filer le coup de coeur que l’on m’avait moult fois promis. Trop d’attentes ? Sans doute. Une erreur que je ne voulais pas commettre avec Phobos, et c’est sans aucune idée de ce qui m’attendait que je me suis lancée, à mon tour, à l’assaut de cette aventure pour le moins… Flamboyante.
Confrontés à une crise économique sans précédent, les États-Unis ont mis au point une campagne de redressement financier des plus radicales : les grandes institutions du pays sont désormais en vente. La NASA a ainsi été rachetée par un fond d’investissement privé, Atlas. Et, pour rentabiliser leur investissement, ces derniers ont mis au point un vaste projet de téléréalité : le programme Genesis est sur le point d’envoyer douze jeunes gens dans l’espace pour le speed-dating le plus incroyable de l’Histoire, avec pour objectif final… Rien de moins que l’établissement d’une colonie humaine sur Mars. Des candidats triés sur le volet, sélectionnés à travers le monde entier et entrainés dans le plus grand secret durant une année entière. Léonor, dix-huit ans et orpheline, fait partie des six jeunes fille s’apprêtant à rejoindre le Cupido. Bien décidée à tirer un trait sur son passé, elle ne peut, pourtant, s’empêcher de douter : en embarquant ainsi pour un voyage sans retour, ne commet-elle pas la plus grosse erreur de sa vie ? Mais, déjà, il est trop tard pour faire marche arrière : peu importe les sombres machinations qui se cachent véritablement derrière ce projet interplanétaire, Léonor a signé…
Et bien… Wahou !! Bravo, M’sieur Dixen ! On nous avait promis du lourd, du prenant, de l’intense… Pas d’erreur, Phobos tient CLAIREMENT ses promesses. Entendez par là qu’une fois plongés dedans, je doute que vous réussissiez à le lâcher. Oscillant entre le roman d’anticipation et la science-fiction, mêlant romance et thriller psychologique, il nous offre un semi huis-clos proprement passionnant. On aurait pu craindre qu’à jouer ainsi sur tous les tableaux, l’auteur finisse par s’éparpiller, puis se perdre. Mais non ! Tout est très justement dosé, et l’équilibre est maintenu jusqu’à la toute fin : j’ai été à la fois attendrie par ces jeunes qui se cherchent à travers leur potentielle âme sœur, fascinée par cette mission complètement folle, crispée, effrayée même par les sombres secrets qui semblent (euphémisme ! On comprend très vite que la réalité est très loin du romantisme étalé sur papier glacé pour les téléspectateurs du monde entier) se dessiner en arrière plan. Avec une agilité proprement stupéfiante, l’auteur tisse une toile minutieusement calibrée et parfaitement pensée.
Oui, c’est une Bouchon complètement séduite que vous avez devant vous, mais surtout extrêmement frustrée… De ne pas avoir la suite ! Car si l’on est sur les charbons ardents tout au long du roman, ce n’est rien comparé à ce que la fin nous réserve… Quel sadisme T.T Parce que, mine de rien, on s’y attache à ces douze jeunes gens. Et surtout à notre brûlante Léoparde ! Quel caractère, quel charisme… Et quel passif ! Elle a vraiment touché une corde sensible chez moi, et j’ai souvent eu les larmes aux yeux en la voyant se débattre ainsi contre les démons de son passé. De manière générale, tous les personnages m’ont énormément plu. Ils sont… Comment dire ? Tangibles, voilà. Loin d’être aussi parfaits que ce qu’ils veulent bien nous montrer, et c’est ce qui me les a rendus attachants. Ce premier tome restant particulièrement centré sur Léonor, les petites bribes d’informations que l’on arrive à grappiller de-ci de-là sur chacun d’eux sont assez savoureuse. Notre idée fixe ? Découvrir plus avant chacun d’entre eux, et essayer de comprendre ce qui les a mené jusque dans cette aventure. Et, croyez-moi… Nous ne sommes pas au bout de nos peines.
Je ne vous en dirai pas plus, parce que ce roman est bien trop court pour vous dévoiler quoi que ce soit d’autre. Clairement, Phobos se dévore, et bien trop rapidement ! Si vous êtes en quête d’un roman qui fera battre votre cœur tout en menaçant de l’arrêter, ne cherchez plus : Victor Dixen nous offre là son ultime coup de génie. À vos marques, prêts ? LISEZ !

En bref, un premier tome qui décoiffe : l’auteur nous sort le grand jeu en nous offrant une aventure aussi riche que passionnante, parfaitement maitrisée. Mais qu’attendez-vous pour vous y plonger ?

725a8-coupdecoeur2
Coup de cœur !

Pour marque-pages : Permaliens.

12 Commentaires

  1. Je ne voulais pas lire de chroniques dessus, j’avais peur d’être convaincue et de vouloir d’urgence le lire. Mais voilà, je ne résiste pas à la promesse d’une chronique made in Bouchon. Bon ben ça a pas raté, je veux le lire d’urgence ^^

  2. Quel enthousiasme !!! Magnifique… on fonce!

  3. Ta chronique donne encore plus envie de découvrir ce roman!!

  4. Et bien, ça a l’air trop bien! Pourtant, je n’avais pas trop aimé Animale, j’étais malheureusement complètement passée à côté de ce roman mais je retenterais bien la plume de l’auteur!

  5. Je l’ai commencé mais je n’ai pas encore lu beaucoup ! Avec tous ces coups de coeur ça va me mettre la pression ^^

  6. Il est clair que je n’attendrai pas des lustres pour me le procurer, d’autant que les histoires de colonisation martienne me passionnent toujours grandement ! J’avais écouté l’auteur parler de son roman et j’étais déjà très tentée, maintenant que j’ai lu ton billet l’action s’impose, merci 🙂

  7. J’ai aussi apprécié la complexité de l’intrigue. L’univers est passionnant ! 🙂 La seule chose que je n’ai pas aimé, c’est la fin, haha. Je confirme : quel sadisme !

  8. Ta chronique est la première que je lis concernant ce roman et j’avoue que je suis un peu rassurée… mais pas encore de là à acheter le livre (pourtant tu donnes envie !) Mais voilà, j’ai décroché à partir du second tome de Jack Spark et je n’ai pas du tout accroché à Animale… Forcément, je me demande si cet auteur est fait pour moi ^^ Mais bon, si jamais le trouve en excellent occaz, je craquerai sûrement ^^ Le résumé est très intriguant et j’ai bien envie de me faire ma petite idée !
    Merci pour cette chronique !

  9. Ping :Phobos – Origines, Victor Dixen (Phobos #0) – Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *