Flétrissures, Céline Landressie (Rose Morte #3)

Fletrissures

1er tome : La Floraison
2e tome : Trois épines

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : France, milieu de XXe siècle. Le monde mortel se délite en livrant bataille au IIIe Reich, dont la violence et la cruauté sont sans équivalent. Malmenée par ces horrifiantes évolutions, la société obscure se débat simultanément dans ses propres dissensions. Loin de s’apaiser, les conflits qui la secouent ont gagné en ampleur, amenant un improbable triumvirat composé d’Artus, Olaf et Raugmundr, a des décisions drastiques. Mais les choses prennent une fâcheuse tournure. En dépit des injonctions de son mentor, Rose n’a alors d’autre alternative que se jeter dans une course contre la fatalité…

Mon avis :
Je pleure maintenant, où j’attends la fin de cette chronique ? Pure question rhétorique, quand on sait que je ne cesse de me lamenter depuis avant-hier soir, 23h39, heure fatidique où j’ai terminé ce troisième tome. Je ne cesse de me lamenter, oui, mais également de trépigner, de grogner, de souffler, de me rouler par terre, BREF : Céline m’a clairement mise dans un sale état. Et si je ne l’aimais pas tant, croyez bien que je lui en voudrais. Je lui en voudrais presque suffisamment pour monter une opération de séquestration des plus sérieuses, afin qu’elle nous livre au plus vite la suite des aventures de nos héros. Parce qu’une fin comme ça, je vous le dis… C’est cruel. Cruel pour nos sentiments, cruel pour nos espoirs, cruel pour notre petit côté fleur bleue. C-R-U-E-L. Aaah, vous pensez que j’exagère ? Plongez vous plutôt dans ce troisième opus. Plongez-vous y, et on reparle dans quelques jours…

crying slide
*Ma réaction, en tournant la dernière page*

Bien. Vous vous souvenez sans doute que les deux premiers tomes furent des coups de cœur absolus. Que j’avais vanté tant et plus la qualité de ces récits, à la fois magnifiquement écrits et superbement construits. Vous me croirez, si je vous dis qu’avec Flétrissures, Céline Landressie réussit l’exploit de… dépasser l’indépassable ? De faire encore plus fort, encore plus prenant, poignant, déchirant, indescriptiblement (oui, ça ne veut rien dire. J’assume.) fantastique ? Qu’elle a réussi à mettre mes émotions complètement à nu, quand bien même je m’étais blindée psychologiquement avant d’entamer ma lecture ? Qu’elle m’a baladée de bout en bout, qu’elle m’a totalement soumise à ses moindres caprices, faisant de moi une simple marionnette complètement à la merci de sa plume ? Et bien, que vous le vouliez ou non, c’est le cas. Flétrissures ne vous épargnera en rien. Ni au début, ni au milieu, ni à la fin. Sachez-le.

Et le pire ? C’est que vous en redemanderez, encore et encore.

J’ai découvert ce troisième tome en deux temps : en le lisant une première fois tel quel, et en le relisant dans un second temps, après m’être replongée dans les deux opus précédents. Et j’ai vécu ces deux lectures avec autant de force, tel un ouragan détruisant tout sur son passage. Associé d’un tsunami et d’une éruption volcanique, pour faire bonne mesure. Seulement, ma deuxième lecture m’a permis de me rendre compte à quel point Céline se plaisait à peaufiner le moindre détail : des prémonitions du premier tome annonçant l’intrigue de celui-ci, aux menus rappels (le mouchoir, le mouchoir !) jalonnant l’ensemble du texte, le tout est d’une cohérence folle. Et c’est un délice de se rendre compte que la plus petite pièce s’emboite parfaitement aux autres. Mon conseil, donc : si vous êtes capables de museler votre impatience, prenez d’abord le temps de relire La Floraison et Trois Épines. Vous ne le regretterez pas ♥
Après l’Angleterre Élisabéthaine et la Révolution Française, c’est au cœur de la seconde guerre mondiale que Céline choisit de dresser son intrigue. Et si je ne vous parlerai que très peu de celle-ci (hors de question que je vous spoile quoi que ce soit !), cette indication devrait à elle seule vous permettre de déterminer peu ou prou l’atmosphère de Flétrissures : quelque chose de dur, d’âpre, de violent. Et le fait est qu’elle ne tarde pas à nous embarquer dans une folle course contre la montre, faisant tambouriner notre cœur plus que de raison. Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis rongé les ongles, où j’ai serré mon bouquin à m’en faire blanchir les phalanges, ou j’ai vertement rabroué Chéri quand celui-ci tentait d’établir un contact (pauvre petit ‘_’). Je… Je n’en suis pas encore sortie. Cette lecture fut trop forte, trop immersive, trop bouleversante pour que je passe directement à autre chose ‘_’ Comme si mon esprit était resté bloqué aux côtés de Rose. Comme s’il s’était mis en veille, supportant mal de retourner à la réalité sans avoir eu de réponses à toutes ses questions.
Car des questions, il y en a. Et un paquet. Et vu cette fin, j’ose à peine émettre quelque hypothèse que ce soit. Mon cœur crie blanc, ma raison contre noir. Et je suis perdue. Perdue, esseulée, lamentablement désespérée. Céline… Mais qu’as-tu fait ? 

Je vous fais peur ? Vous imaginez peut-être le pire ? Alors qu’attendez-vous ? Qu’attendez-vous pour aller voir par vous même ce que M’dame Landressie nous a réservé ?  Mais je vous préviens : vous n’en ressortirez pas indemne. Enfin… Si vous souhaitez trouver une épaule pour épancher votre peine, sachez que la mienne est disponible. Enfin, le sera de nouveau dès que j’aurai été reconstituer mon stock de mouchoirs…

En bref, Flétrissures est simplement… Démoniaquement parfait. Je mets quiconque au défi de ne pas être captivé par son insupportable intrigue, quiconque de ne pas voir son cœur se fendiller sous les coups de boutoir assenés par la plume acérée de l’auteure. Pour moi, c’est sûr : je ne pourrai être totalement sereine que lorsque le quatrième tome arrivera entre mes mains.

725a8-coupdecoeur2
COUP DE COEUR !

***

PS : L’auteure annonçait hier sur la page facebook de la saga qu’elle avait choisi de quitter les éditions de l’Homme sans Nom (et quand on voit le désastre de cette couverture… Bref.). Je tiens à préciser que je lui apporte bien évidemment tout mon soutien dans cette passade délicate, et suis certaine que sa saga, exceptionnellement exceptionnelle (ben quoi ?!), ne tardera pas à se forger un nouvel avenir plus sécurisant chez un autre éditeur ♥

Pour marque-pages : Permaliens.

23 Commentaires

  1. AHHH MAIS MON DIEU C’EST QUOI CETTE CHRONIQUE BOUCHON JE TE DETESTE 🙁 🙁 🙁
    Je le veux maintenant tout de suite désormais, et j’ai peur, oh mon dieu qu’est-ce que j’ai peur. Tu en dis suffisamment pour bien foutre les pétoches sans qu’on sache de quoi il en retourne.
    (bon je t’adore aussi hein :D)
    Bisouuuuus ♥

  2. « le mouchoir, le mouchoir ! » hahahaha ! Ta chronique est violente et sauvage, tout comme l’est ce tome ! Bravo Bouchon <3

  3. J’avoue avoir lu ton avis en diagonale, puisque le tome 1 attend dans ma PAL que je le découvre 🙂 mais apparemment il a l’air au moins aussi bien si ce n’est mieux que les deux premiers, donc il va direct dans ma wishlist! 🙂

  4. Oh ça me donne envie de courir lire la suite de La floraison! Mais j’ai envie de lire tellement de trucs qu’il faut que je sois sage!

    • Bouchon des bois

      J’ai envie de me faire la voix du diable en t’ordonnant de foncer lire Trois Épines 😀

      • Non même la voix du diable ne marcherais pas. 😛 J’ai des révisions et SP. Donc je m’y tiens. Sinon j’aurais surtout ouvert Le puits des mémoires depuis un moment!

        • Bouchon des bois

          Une fois encore, tu m’impressionnes 😀 Dis, tu me donnerais des cours pour être aussi raisonnable que toi ? 😀

  5. Bonjour,
    J’ai découvert la série de Céline Landressie à l’occasion des Imaginales. Je n’ai pour l’instant lu que le premier volume chez Milady et il m’a beaucoup plu. Contre toute attente d’ailleurs car un livre avec écrit « bit-litt » sur la tranche ne me tente pas vraiment.
    Je suis ravie de lire ici que les tomes suivants valent lecture…

    • Bouchon des bois

      Que veux-tu Sandrine… Pour le coup, Milady n’a pas très bien géré l’appellation. Il aurait eu mieux sa place en imaginaire 😉

  6. Pfff, quelle chronique !! Ca me donne envie de me replonger dans ma lecture immédiatement, mais malheureusement il faut retourner travailler… Vivement ce soir pour s’y remettre 😉 !

  7. Ohhhh j’ai peur!!!! Je suis repartie des Imaginales avec le troisième tome de Rose Morte, mais que me réserve-t-il???? Il faut absolument que je le lise mais j’ai peur d’en ressortir toute chamboulée… la dure vie des lecteurs!

  8. Ping :Sunday’s Books #41 - Les lectures de Bouch'

  9. Mais que suis-je en train de lire ; démoniaquement parfait 0_0 Qu’est-ce que je vais faire maintenant pour ne pas craquer moi ? Partir sur une île déserte, où me faire faire un lavage de cerveau ?… Pfff, ni l’un ni l’autre, tant pis, c’est mort !!! Merci 😀

  10. Rholalala, quelle chronique !!! Je vais me le commander illico presto !

  11. Ping :Chez Les Lectures de Bouch’ |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *