Rébellion, Andrea Cremer (Le secret de l’inventeur #1)

le secret de linventeur

Traduit par Mathilde Bouhon

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique…
Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d’amis qui l’entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace… Des décharges de métal de l’Empire, infestées de rats d’acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde ! Rébellion est le premier tome du Secret de l’inventeur, la nouvelle trilogie steampunk d’Andrea Cremer, l’auteur du best-seller international Nightshade, plusieurs fois classée dans les listes des meilleures ventes du New York Times. Monstres d’acier, magie vaudou, automates maléfiques et espions de haut vol, elle a su tisser un univers d’une grande richesse où brille une héroïne née pour mener la lutte !

Mon avis : Un nouveau Lumen, un ! Et pas n’importe lequel, je vous prie : le dernier-né de la maison, j’ai nommé… Le très attendu Secret de l’inventeur ! Quand on a commencé à voir sa frimousse sur la toile, je dois bien avouer que j’ai eu du mal à cacher mon impatience. Moi qui rêvais de me plonger dans des univers Steampunk, je n’avais jusqu’à présent essuyé que des déceptions. Allez savoir pourquoi, je me suis dit que ce serait différent avec celui-ci. Et pour être différent… Ça l’a été ! En une matinée, l’affaire était dans le sac. 400 pages, dévorées en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Et dire qu’avec lui, j’espérais faire passer le goût amer de la frustration laissée par Aeternia… Manque de bol, elle n’a fait que grandir, grandir… Et exploser quand j’ai finalement compris que nous n’aurions pas la suite avec 2016. Oh rage, oh désespoir !
Mais avant de me lamenter, laissez-moi vous en dire plus à propos de ce petit bijou…
Un petit bijou présenté, il faut bien le dire, dans un véritable écrin. Non mais, franchement ! Cette fois-ci, l’équipe graphique de Lumen s’est véritablement dépassée : l’ouvrage en tant que tel est tout simplement ma-gni-fi-que ♥ Z’avez-vu c’te couverture de folie ? Et bien, croyez-moi, la quatrième de couv’ est tout aussi sublime. Si je n’avais pas été aussi avide de me lancer dans ma lecture, j’aurais sans doute passé un bon moment à admirer ce travail de dingue.
Mais le fait est que… Je me suis jetée dessus, tel un lapin affamé sur ses croquettes (Ok, la comparaison ne coule peut-être pas de source. Mais vous verriez Stone le matin…). Je l’ai commencé lundi soir, en ai lu quelques pages avant de me laisser gagner par le sommeil. Et l’ai donc repris hier matin. Pour ne le lâcher que quelques heures plus tard, l’œil humide et le cœur serré, une petite voix hurlant au fond de moi à l’injustice. À l’injustice, oui, parfaitement. En premier lieu, parce que la fin est une véritable torture pour nos nerfs. Encore ! Et, aussi et surtout, parce que MERDE, je suis sensible, moi. Alors je ne rentrerai pas dans le détail de ce qui m’a fait pleurer (oui, je me suis honteusement mouché dans la fourrure de Stony, pendant qu’il léchait consciencieusement mes larmes), mais voilà. Le fait est que je suis désormais malheureuse comme les pierres, et qu’Andrea Cremer en porte l’entière responsabilité.
Et puis, aussi, je m’y sentais tellement bien, moi, dans cet univers ! Quand je vous dis que c’est une petite pépite… Et quand je vous dis, surtout, qu’il faut les surveiller de très très près, chez Lumen ! Mais revenons-en à nos moutons : Le Secret de l’inventeur, donc. Quid ? Du steampunk, ça vous l’avez compris, mais du steampunk original dans le sens où, plutôt que se dérouler en Angleterre, l’action prend place… Aux États-Unis ! Pas de déjà-vu, donc. Et puis, surtout… Ce n’est pas qu’un roman steampunk. Eh non ! C’est aussi… Une uchronie 😀 Haaa, je vois vos yeux s’illuminer : vous comprenez enfin pourquoi j’ai été tant séduite par l’univers de ce roman ♥ En effet, l’intrigue se déroule au sein d’un monde où les États-Unis n’ont jamais véritablement vu le jour, la rébellion ayant été endiguée par les Anglais avant d’être menée à terme. Pour autant, les révolutionnaires américains n’ont pas dit leur denier mot et continuent leur combat : infiltrés dans toutes les strates de la société, ils n’ont jamais été aussi proches de renverser le pouvoir en place. C’est dans ce contexte que nous rencontrons Charlotte, seize ans, fille de révolutionnaires. Vivant avec son frère Ashley et tout un groupe d’enfants dans les souterrains tout proches de la ville de New-York, ils n’attendent qu’une seule chose : avoir leurs dix-huit ans pour rejoindre leurs parents respectifs dans la lutte. Et pourtant, un évènement inattendu va venir bouleverser tous leurs plans : contrainte d’endosser le rôle d’une jeune aristocrate, Charlotte va pénétrer bien plus tôt que prévu dans l’antre du serpent…
Nous voilà ainsi embarqués dans une aventure hautement décoiffante, pleine de rebondissements et de surprises. Une aventure que j’ai, donc, été littéralement incapable de lâcher ! Dès les premières lignes, Andrea Cremer nous plonge avec entrain dans cet univers fait de cuivre et d’acier, rempli de mystères tous plus intrigants les uns que les autres. L’action est menée tambour battant, et ne nous laisse pas une minute de répit : nous allons de révélations en révélations, le cœur cognant toujours plus fort dans notre poitrine. Et les personnages, les personnages ! J’ai adoooooré Charlotte, jeune fille perspicace et courageuse comme il faut. Impossible de ne pas s’attacher à elle dès le début ! Et Ashley, à la fois brut de décoffrage et attendrissant, Pip, Scoff, Birch, Grave… Et Jack… Tous, tous apportent une fraicheur incroyable au récit, et tous sont terriblement attachants. C’est une fine équipe que nous découvrons-là, et je peux vous assurer qu’à la fin du roman, c’est comme s’ils avaient tous pris vie pour être à vos côtés. D’où le déchirement de devoir les laisser-là, dans des conditions… Humpf.
J’avais un bon pressentiment en commençant ma lecture, un pressentiment qui s’est vite confirmé : Le secret de l’inventeur est juste génial. Ados comme adultes, vous y trouverez votre compte, tant l’auteure manie bien les ficelles de son intrigue. Impossible de ne pas être captivé par les péripéties de Charlotte et sa bande, foi de Bouch’ ! C’est donc amplement convaincue que je referme ce roman, et surtout terriblement (le mot est faible) impatiente d’avoir la suite entre les mains. Qui sait, elle aura peut-être raison de ma réticence à m’engager dans la lecture VO ?

En bref, un premier tome décoiffant, qui m’aura une nouvelle fois fait passer par tout un tas d’émotions contradictoires. Une chose est sûre : je serai au rendez-vous en 2016, et jusque là… Derrière vous pour vous susurrer à l’oreille combien il faut absolument que vous le lisiez 😀

On en redemande
On en redemande ! (GRAVE !)

Pour marque-pages : Permaliens.

25 Commentaires

  1. Oh mais ça m’a l’air très très bon ça 😀 ! (Tentatriiiice…)

  2. Ah ah, tu es réellement emballée par ce bouquin dis donc ! Mais j’avoue qu’il me fait grave envie aussi !!

  3. Bonjour,
    j’ai hate de le lire, il a l’air vraiment génial 🙂
    bonne journée

  4. Il me tente aussi depuis que j’ai vu la présentation sur FB. La couv’ est magnifique et si l’histoire est à la hauteur, il me le faut 🙂

  5. Ah il me fait depuis l’oeil depuis sa sortie celui-là je n’ai pas encore lu une seule chronique négative a son propos! J’attends le salon du livre et je saute dessus :))

  6. Fan de steampunk, ce bouquin me faisait déjà de l’oeil après ta chronique je ne me pose même plus de question …direct dans la wish list !

  7. Vu la qualité de la série Nightshade de la même auteure, Le Secret de l’inventeur promettait. Ton enthousiasme confirme donc mes suppositions. Par contre, cela veut aussi dire qu’il faut que je me le procure de toute urgence !

  8. Hâte de terminer ma lecture en cours pour le commencer ! Pfiou, ces avis que je lis… ils déchirent tout !

  9. Bah zut, que des déceptions avec le steampunk ? T’es « mal tombée » parce qu’il existe pléthore de romans 🙂 Mais dis donc, tu as ressenti de sacrées émotions avec celui-ci. Oooh, une uchronie steampunkée, ça me plait 🙂 J’avoue que la chose qui me retient, c’est que ce soit une série (j’en ai tout de même 43 commencées).

  10. Ma seule et unique tentative avec le steampunk s’est soldée par un échec cuisant… Qui sait, peut-être qu’avec ce roman je pourrais oublier cet épisode malheureux? A voir! ^^

  11. TU NE DEVRAIS PAS AVOIR LE DROIT DE NOUS PONDRE DES CHRONIQUES COMME CA. Non mais après avoir lu ta chronique de In the After, j’ai eu envie de courir en librairie l’acheter. Seul Hic, je n’ai pas les sous. Je l’ai donc ajouter dans ma liste du salon du livre! Du coup, mon envie pour Le secret de l’inventeur avait été un peu perdu, j’avais oublié. C’était sans compter Bouchon et ses chroniques machiavélique! Bref, j’ai eu de la chance. J’ai gagner ce tome là. Mais c’est trop dur, stp fait une chronique qui ne donne pas envie. Lis quelques choses de moyen!
    Bisous Bouchon.

  12. Je vais me l’acheter, il me fait décidément trop envie celui-ci ^^

  13. Hahaha, ma pauvre, deux frustrations du diable à la suite, c’est vile !
    Je te propose qu’on partage la même corde pour se pendre, huhuhu. Non mais on va mouriiiiiir mon petit Bouchon ! 2016… 2016 ?! Pfff, mon petit doigt que je vais peut-être te suivre dans la VO, à ce rythme-là. Ah, il est tellement dingue ce roman ! L’univers, les persos, l’intrigue… C’est une beu-bom, voilà. <3

  14. Ping :Gardiens des cités perdues #1, Shannon Messenger - Les lectures de Bouch'

  15. Je ne lis pas beaucoup de steampunk mais pour le coup il a l’air génial celui-l) :3 Je ne vois que de beaux avis dessus et évidemment il est dans ma WL !! 😀

  16. Bon étant donné que Charlotte est mon prénom, je ne peux passer à côté ^^ Ton avis me fait extrêmement envie, moi qui n’est jusqu’à présent pas testé les éditions Lumen.

  17. Ping :Le secret de l’inventeur 1 : Rébellion ~ Andrea Cremer | Une bookineuse en herbe

  18. argh… encore un dans ma WL. Le jour ou elle sera vide n’est pas prêt d’arriver.

  19. Grrrr tentation!!!
    Je l’ai vu fleurir ces dernières semaines sur les blogs et là, tu vas finir par m’achever!
    Bon alors par contre, si la suite n’arrive qu’en 2016 (enfin on y sera vite), je vais peut-être pouvoir contenir mon impatience….
    Le livre est lui-même est déjà un beau « candy » qu’on dévorerait d’une traite en effet!

  20. Je viens de le finir, et j’ai adoré!!!! Le steampunk est une vraie révélation pour moi, ce style me fait l’effet d’une bombe! Vivement la suiiiiiiiiteuuuuuh!!!

  21. Ping :L’énigme du magicien, Andrea Cremer (Le secret de l’inventeur #2) – Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *