La marche du prophète, Gabriel Katz (Aeternia #1) – Ou comment tuer son lecteur en deux lignes.

Aeternia

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Un gladiateur se retire invaincu après vingt ans d’arènes pour s’installer avec sa petite famille dans la plus grande cité du monde. Kyrenia, la ville mère, la cité du savoir… Mais il va croiser la route d’un culte itinérant, une colonne composée de milliers de fidèles qui serpente sur les routes, et cette rencontre va bouleverser ses plans de paisible retraite. Prônant l’égalité des chances devant le destin, ce culte au dieu unique dérange celui de la Grande déesse, qui règne depuis des siècles sur les Terres communes.
Sous son vernis de civilisation, Kyrenia va dévoiler ses zones d’ombre…

Mon avis : BON. Soyez prévenus : cette chronique va rapidement tourner au règlement de comptes, je le sens. D’ailleurs, on va commencer par ça ! Aloooors, M’sieur Katz… Il me semble encore vous entendre quand vous me disiez, au salon de Montreuil, que vous et les cliffhangers… Que pour le lecteur, c’était pas très sympa, quoi. Que vous évitiez, parce que vous étiez quelqu’un de bien.

{…}

VOUS AVEZ DÉCIDÉ DE PASSER DU CÔTÉ OBSCUR DE LA FORCE, OU BIEN ?!

{…}

Bon, je me calme. Mais comprenez que j’ai passé la nuit à me tourner et à me retourner dans mon lit, revivant cette ultime scène encore et encore, une petite musique grinçante en arrière fond. Sincèrement, j’ai beau me creuser la tête, je ne crois pas avoir vécu de frustration aussi grande depuis… DEPUIS RIEN ! Enfin, zut quoi. Bien sûr que quand on attaque le premier tome d’une série qui n’est pas terminée, on sait que l’attente sera dure. Mais, tout au fond de nous, on espère que l’auteur aura la gentillesse de clore son récit assez sereinement. Et, généralement, c’est le cas. Oui, tous les auteurs ne sont pas sadiques comme vous, Monsieur Katz ! (Oups, j’avais dit que j’arrêtais. Pardon.) Ou comme votre copain Oliver Peru, tiens, avec le deuxième tome de Martyrs !!!! Et encore, vous êtes plus cruel, pour le coup. C’est presque inhumain, ce que vous avez fait, là. Et si je dis presque, c’est bien pour ne pas vous faire trop de peine.
ENFIN. Passons.
Si cette fin est aussi… atroce, c’est bien évidemment parce que rien, RIEN dans le récit ne nous avait préparé à une telle éventualité. Rien. Je suis complètement tombée des nues, les yeux écarquillés, la bouche grande ouverte et le coeur battant la chamade. Pour un peu, si Bébé avait été là depuis trois ou quatre mois de plus, je pense que j’en aurais eu des contractions toute la nuit (note aux femmes enceintes arrivées à terme : ce bouquin est un parfait moyen pour faire sortir le petit squatteur, j’en suis intimement convaincue).
La surprise, donc. La surprise totale, et cette pensée quasi immédiate « Mais non-non-non-non-non-non-non-non-non… Il ne va pas nous laisser comme ça, hein ? Il y a encore des pages cachées ? Un livret additionnel ? QUELQUE CHOSE ?! »
Mais si c’est aussi insupportable, c’est surtout parce que ce roman est une BOMBE ATOMIQUE. Premier coup de cœur de l’année (je ne compte pas le troisième tome de Kushiel, qui est en tout point exceptionnel, maiiis… Je vous en dirai plus dans sa chronique 😉 ), première claque, premiers trépignements, premiers tout, tout, tout. J’avais adoré la trilogie précédente de l’auteur, Le puits des mémoires. Vraiment, j’avais passé un moment fantastique. Mais, avec AeterniaGabriel Katz nous montre qu’il en a encore sous le coude. Et que, manifestement, il en a encore beaucoup, beaucoup. Ce premier tome (c’est un dyptique, cette fois-ci) est tout simplement PAR-FAIT. J’ai beau chercher la petite bête, impossible de trouver quoi que ce soit à redire. Impossible.
J’ai été littéralement bluffée. Oui, bluffée, parce que si Le puits des mémoires est excellent, Aeternia est un cran au-dessus. Un cran ? Dix crans, même. J’avais regretté certains passages un peu mous, faisant baisser l’intensité de l’intrigue. Ici, il n’y en a aucun : le récit est d’une richesse exemplaire, l’action parfaitement maitrisée… J’ai été fascinée de bout en bout. Fascinée par les personnages, qui sont extrêmement bien croqués, fascinée par l’intrigue, à la fois multiple, complexe, et terriblement prenante, fascinée par le ton du récit, parfois léger (j’ai ri, j’ai ri ! Qu’est ce que c’est bon ♥), parfois dramatique, et toujours tellement, tellement juste pour dénoncer tous ces travers liés aux religions, fascinée par tout ça, et bien plus encore. Il est juste entier, ce bouquin. Juste parfait, comme il faut, avec ce qu’il faut où il faut. C’est simple : je l’ai lu d’une traite ou presque, et maintenant que je l’ai terminé… Il me hante. Véritablement.

Voilà. J’avais peur de ne pas savoir quoi dire, dans cette chronique, et pourtant… J’ai déjà écrit un pâté. Alors oui, je parle essentiellement de mon ressenti, et reste très, très floue sur l’intrigue. Mais je ne veux surtout, surtout pas vous dévoiler quoi que ce soit : cette lecture passe bien trop vite pour que vous sachiez quoi que ce soit avant de la commencer. Sachez seulement que vous avez une petite pépite à portée de main, et qu’il serait très, très bête de passer à côté 😀 Quant à moi, c’est tout vu : je me servirai honteusement de mon gros ventre lors des Imaginales pour faire du chantage à Monsieur Katz. Qui sait, peut-être que le mal-être d’une femme enceinte le poussera à écrire plus vite la suite ?

En bref, Aeternia m’aura offert un moment d’exaltation pure et simple. Avant de me plonger dans les affres les plus terribles de la frustration, tant cette fin, cette fin… Ouuuuuh ! Sans doute possible, je vous présente donc mon premier coup de cœur pour l’année 2015, un petit joyau à dévorer sans plus attendre, une petite pépite qui saura vous convaincre. Qu’attendez-vous ?!

725a8-coupdecoeur2
Coup de cœur !!!

Pour marque-pages : Permaliens.

18 Commentaires

  1. AHHHH moi m’étais dit que j’allais me restreindre niveau achats, ba c’est loupé, mais je dirais à mon porte monnaie que c’est de la faute de Bouchon, qui nous à fin un avis tellement mystérieux et dithyrambique que je ne peux pas passer à côté de ça ! =)

  2. Ah ah j’ai adoré ta chronique ma choupette ! Moi aussi la fin m’a laissée sur le cul et je l’ai relue 10 fois de suite ! Et depuis ça me hante !
    Je vais aux Imaginales cette année aussi !! Ça te dit qu’on aille lui botter les fesses ensemble ? 😀 😀

  3. Ta chronique donne vraiment très envie de lire ce livre ! Est-ce que l’on peut le lire sans avoir lu avant « Le puits des mémoires » ?
    En tout cas, si je me le procure avant la fin de ma grossesse et que je le termine d’ici là, je te dirais si ça provoque vraiment des contractions ^^.
    En tout cas, juste la quatrième de couverture me donnait envie de le lire, mais en lisant ta chronique… je sens que je vais passer rapidement une commande dans la petite librairie où je fais mes achats de livre ^^
    Merci !

  4. Et bah dis donc, après une chronique comme ça, difficile de ne pas se précipiter en librairie pour acheter le livre!!! 🙂 Je vais déjà commence par lire Le puits des mémoires du même auteur!

  5. Haha ben du coup ça me donne bien envie de le découvrir mais je retiens que je serai frustrée à la fin 😀 !

  6. Haha tu me fais bien rire avec ta chronique 🙂 en tout cas tu donnes envie de le lire !

  7. Gniiiiiiiiiiiiiih, je veux !!! C’est malin, j’étais toute bien sous ma couette, pas de pulsion ni rien et là il me le faut, là tout de suite, ce qui risque d’être un peu problématique car il fait -15 dehors, la seule librairie de la ville est fermée aujourd’hui et de toute façon j’ai pas l’impression qu’elle vende Scrinéo. *part se pendre*

  8. Déjà que j’étais tentée par ce livre, mais avec une chronique pareille, comment veux-tu que je résiste? ^^

  9. Ah oui quand même! Ce n’était pas un livre qui m’attirait plus que ça mais j’avoue que tu as bien attisé ma curiosité! =D

  10. Ta chronique est juste très bien!
    Tu te tracasses de ne pas parler de l’intrigue, mais perso, je n’aime pas (et j’ai toujours peur) qu’on me déflore trop l’historie dans les chroniques trop longues qui analysent de fond en comble tout le roman.
    Là, tu en as juste dit assez pour me donner l’eau à la bouche.
    Le type qui te fais une fin qu’il sort comme un lièvre d’un chapeau, et qui tourmente son lecteur… et si en plus ça tient la route… Bin je pense qu’il a gagné son pari.
    DU coup, je m’en vais noter ce titre 🙂

  11. Eh ben dis donc, je vois que ce livre t’as fait bonne impression ! En tout cas ta chronique est super et me donne trèèèèèèès envie de lire ce livre pour découvrir cette fin qui t’as tant frustrée 🙂

  12. Il faudrait que j’évite ce livre, pour ma santé mentale… Mais il me tente troooop !!

  13. Argh, qui est cruelle ici ? Toi, qui me tente atrocement avec ce roman T.T

  14. HAHAHA ! Purée, ce que j’ai ri avec ta chronique ! Le pauvre monsieur Katz doit se faire bien petit… je flipperais à mort à sa place (menacé de chantage par une femme enceinte, c’est pas tous les auteurs qui ont cet honneur XD).
    Bon, j’ai honte, j’ai Le Puits des mémoires depuis… plus d’un an dans ma PAL, ET La Maîtresse de guerre, dédicacés aux dernières Imaginales, et toujours pas lus ! Et là, tu me donnes tellement envie de dévorer celui-là… Tu serais pas passée du côté obscur de la force aussi, dis donc ?

  15. Ping :Rébellion, Andrea Cremer (Le secret de l’inventeur #1) - Les lectures de Bouch'

  16. Je veux bien faire front avec toi pour le torturer aux Imaginales l’ami Katz !
    Quand je disais dans la mienne de chronique qu’il allait avoir un léger problème avec toi bientôt, je ne me trompais pas ! 😀

  17. Ping :Top Ten Tuesday #101 – Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *