Subliminale, Lise Syven (La balance brisée #1)

la-balance-brisee,-tome-1---subliminale-423447-250-400

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Mystères et sortilèges ! Elie vient de perdre ses deux parents dans un accident de voiture. Depuis, rien ne va plus. A la maison, son frère Karl nourrit une obsession absurde pour les canards en plastique et sa tante Magalie se met à fabriquer des badges à la chaîne. Le jour où l’adolescente surprend des messes basses entre eux deux où il est question d’un Ordre mystérieux et de sortilèges, elle se demande si elle n’est pas la seule personne saine d’esprit de sa famille ! Ou alors…
Cela pourrait signifier qu’elle aussi serait une magicienne. Et si la mort de ses parents n’était pas vraiment due à un accident ? Elie va mener l’enquête pour découvrir la vérité avec l’aide de son frère, de sa tante mais aussi de ses camarades de collège…

Mon avis : La balance brisée fait partie de ces romans que l’on découvre un peu par hasard, au détour d’un salon, et pour lesquels on craque pour plusieurs raisons :
1. Une vile tentatrice vous pousse à l’achat.
2. L’auteure emploie des termes parfaitement choisi pour vous convaincre.
3. L’apparence curieusement décalée du roman le rend étrangement irrésistible.
Pour tout cela, et bien plus encore, j’ai donc craqué. Et je n’ai pas tardé tant que ça à m’y plonger, attirée par la légèreté qui s’en dégageait. Parce que, de la légèreté, c’était pile poil ce dont j’avais besoin, avec cette vilaine panne de lecture me collant encore au train ! Ni une, ni deux, me voilà plongée aux côtés d’Elie Sallenz dans une aventure que je ne suis pas prête d »oublier…
Elie a treize ans, et vit avec son frère Karl et sa tante Magalie depuis le tragique accident de voiture ayant coûté la vie de ses parents. Et, autour d’elle, rien ne va plus ! Karl semble vouer un étrange culte aux les canards en plastique, et il ne cesse de faire des cachotteries avec leur tante. Au cœur de leurs messes basses, des termes aussi étranges que magie, sortilèges, Ordre… Alors que la jeune fille peine à surmonter sa tristesse pour retrouver un semblant de vie normale, elle ne peut s’empêcher de s’interroger : que signifie donc tout ceci ? Et si ses parents avaient volontairement camouflé tout un pan de leur vie, pour les protéger… Mais, de quoi au juste ? Un nouveau monde ouvre ses portes à la jeune fille, un nouveau monde dans lequel elle plongera… à ses risques et périls.
Farfelu. Voilà le mot qui convient le mieux, à mon sens, pour décrire ce petit ovni de la littérature fantastique jeunesse. Farfelu, et diablement agréable. Oui, oui, vous avez bien lu : voilà une lecture qui fait du BIEN. On ri, on se détend, on passe un bon moment, et on finit par en redemander : où diable est le deuxième tome ?
Le fait est que Lise Syven sait comment s’y prendre pour nous captiver : l’intrigue, sans être cousue de fil blanc, est parfaitement accessible pour de jeunes lecteurs. Les plus vieux y trouveront également leur compte, pour peu qu’ils recherchent humour et légèreté, associés à une écriture à la fois intelligente et agréable (gare ! Il se pourrait bien que vous retrouviez votre âme d’enfant en suivant Elie dans ses folles aventures…). Si le postulat de départ est assez convenu  (une jeune fille se découvrant des pouvoirs magiques à la suite d’un drame familial), l’auteure parvient tout de même à nous surprendre plus d’une fois, et à capter notre intérêt somme toute rapidement : passées les cinquante premières pages, j’ai eu bien du mal à poser mon roman pour faire une pause 🙂
Les personnages, quant à eux, rajoutent du piquant à l’ensemble : je me suis beaucoup attachée à Elie, et les manigances de Karl et Magalie m’ont beaucoup fait rire. Ils font souffler un vent frais sur les pages, et relancent perpétuellement l’intérêt du lecteur (quand bien même le mien ne s’est pas altéré une seule fois ^_^). Foi de Bouch, vous tomberez sous leur charme, où je ne m’y connais pas !

En bref, ce premier tome fut une excellente lecture, rafraichissante et dépaysante à souhait. Ce petit goût de magie m’a énormément plu, et Lise Syven réussit avec brio à créer un univers original et creusé, malgré l’étiquette « jeunesse » de son roman. C’est un sans faute !

On en redemande
On en redemande !

Pour marque-pages : Permaliens.

9 Commentaires

  1. Question habituelle pour moi sur ce type de chroniques : est ce très jeunesse ou réellement tous publics? Car j’hésite vraiment sur ce roman, il m’attire beaucoup mais je ne veux pas être déçue par un côté trop « simplet ». Merci d’avance!

    • C’est assez jeunesse Aurélie, je ne vais pas te mentir 🙂 Il est vraiment pas mal foutu pour un roman qui s’adresse à de jeunes lecteurs, mais effectivement, tu n’y trouveras peut-être pas ton compte :/

  2. Je suis de moins en mois magie alors j’ai du mal à avoir envie de ce livre :3

  3. Hihi, le petit ours final !
    A chaque fois, je le vois en librairie, j’hésiiiite, et puis je me dis que ce n’est pas raisonnable de commencer (encore) une nouvelle série. Mais bon, c’est tentant… Argh !

  4. Une lecture qui m’a l’air très sympathique. 🙂 Ton avis donne envie en tout cas, objectif réussit. ^^
    A bientôt Bouchon.

  5. « 1. Une vile tentatrice vous pousse à l’achat. » HEU… ça me rappelle quelque chose dis donc. On a été victime du même sort, je crois x)
    J’ai hâte de le lire, surtout que le tome 2 paraît bientôt.
    Il a l’air jeunesse mais très intéressant 😉

  6. S’il est vraiment axé jeunesse, alors je pense passer également mon tour, bien qu’il ait l’air plus que sympa…

  7. Ping :Bilan du mois de janvier - Les lectures de Bouch'

  8. J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce premier tome ! En plus, j’ai eu la chance de rencontrer l’auteur qui est adorable !!! Heureusement que le deuxième tome sort dans quelques jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *