Sous les couvertures, Bertrand Guillot

sous-les-couvertures-guillot

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Un samedi soir, une librairie de quartier. Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s’éveillent et se racontent leurs histoires… Mais ce soir, l’heure est grave : les nouveautés viennent d’arriver, et les romans du fond de la librairie n’ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur ! Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s’unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse.
Autant dire qu’ils n’ont pratiquement aucune chance…

Mon avis : je dois dire que je plaçais beaucoup d’espoir dans ce petit roman. Pensez-donc : un livre dont les personnages centraux sont eux-mêmes des livres, évoluant au cœur d’une librairie. Luttes intestines, prises de pouvoir, putsch, renversement des best-sellers… Un véritable Games of Thrones livresque ! Je me suis donc lancée avec enthousiasme dans cette lecture, certaine d’y trouver divertissement et intelligence.
Pendant les cinquante premières pages, tout s’est bien passé :  un humour caustique allié à une vision assez juste du monde du livre, présentée d’une manière vraiment originale, ont paru confirmer l’idée que je m’en faisais. Suivre ces romans menant une opération commando m’a complètement emballée, et j’ai pendant quelques temps cru que je ne ferais qu’une bouchée de ce court roman.
Oui, mais… Mais, car il en faut bien un. Je vous ai parlé des cinquante premières pages… Ensuite, le bât blesse : quel ennui ! Voilà une bonne dizaine de jours que je l’ai terminé, et cette sensation de lourdeur, de longueur, de lassitude persiste encore. Le comble, pour un bouquin ne faisant même pas deux cents pages ! Si je ne l’ai pas repéré tout de suite, le désintérêt s’est doucement installé. Trop de circonvolutions pour une intrigue qui aurait dû aller droit au but, et surtout trop, trop de noirceur ! Si la fin rehausse un peu la chose, j’ai juste eu envie de déprimer pendant cent pages, devant un tableau si pessimiste : les gens ne lisent QUE les romans à la mode, les libraires sont désabusés, le monde du livre est sur le point de disparaitre tant il fait preuve de médiocrité… BREF. Même si tout cela recèle bien évidemment une part de vérité, j’ai trouvé le trait beaucoup trop forcé, beaucoup trop lourd.
C’est donc assez déçue que je ressors de ce roman, d’autant plus déçue que c’est, je crois, le seul de la rentrée littéraire 2014 que j’ai pu lire. Dooommage !

En bref, amère déception que ce roman, bien trop lourd pour si peu de pages. L’humour ne fait pas tout, encore faut-il savoir donner du rythme à son récit !

laborieux
Déçue !

Pour marque-pages : Permaliens.

7 Commentaires

  1. Oh mince, ce livre me tentait énormément pour les mêmes raisons, du coup j’hésite…

  2. Flûte, c’est vraiment dommage, le topo de départ est tellement original… Je doute de me laisser tenter pour le coup, car ce n’est pas le premier avis négatif que je lis à son sujet !

  3. La première fois que j’ai lu le résumé de ce livre j’étais très enthousiasme, il me tentait beaucoup. Mais depuis, j’ai lu des chroniques mitigées, beaucoup de points négatifs relevés alors j’avoue avoir de moins en moins envie de découvrir ce roman.

  4. Mouai même si le sujet me tente vraiment je ne pense pas que je le lirai, parce que justement si le trait est trop forcé, cela va me déprimer, et cela ne sers à rien, c

  5. car je veux croire qu’il u est encore plein d’espoir pour la littérature =)

  6. Et voilà, tout pareil que moi ! Je viens de voir que ça avait été pareil aussi pour Livresquement…
    Game of Throne livresque j’adore cette image !! ^_^

  7. Aie, ça fait plusieurs chroniques que je lis et tout le monde semble d’accord: déception. Je pense ne pas le lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *