La gueule du loup, Marion Brunet

gueule-du-loup-620x986

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : MADAGASCAR ; soleil, plage et rythme de croisière pour Lou et Mathilde, 18 ans tout ronds et le bac en poche. Puis vient le Chaos. Tic-Tac, Tic-Tac fait le crocodile qui traque ses proies, mettant à rude épreuve l’amitié dans une course-poursuite humide et tropicale contre la mort… Dès lors, Mathilde et Lou vont très vite comprendre ce que grandir veut dire.

Mon avis : La gueule du loup est le deuxième roman de Marion Brunet que j’ai l’occasion de lire, et a donné lieu a une toute autre expérience de lecture que Frangine. Ce dernier m’avait en effet beaucoup marquée, le sujet abordé me touchant énormément. Égale à elle-même, Marion Brunet aborde avec son nouveau roman un thème une fois encore particulièrement dur, qui ne laissera personne insensible.
Lou et Mathilde, tout juste bachelières, plus vraiment ados mais pas encore adultes, pensives face à un monde dans lequel elles ne se reconnaissent pas, ont décidé de faire une pause. Une vraie, une grande, loin des parents, de la métropole, des soucis : les voilà sur les plages de sable chaud de Madagascar, passant leurs journées entre plongée sous-marine et rhum-coco au coin d’une paillote. Mais soudain, tout bascule : dans la touffeur de la grande ville, elles se laissent prendre au piège. Une course poursuite s’engage…
Bon. Je vous le disais, j’avais beaucoup aimé Frangine. Je l’avais trouvé vrai, juste, poignant. La barre était donc placée haut avec ce titre… Et ce que je redoutais est arrivé : je n’ai pas été emballée. Ce n’est pas un flop total, mais… une petite déception, disons. Et, vous pouvez me croire, ça me frustre terriblement.
Le problème ? Les personnages. Je n’ai PAS DU TOUT accroché, que ce soit avec Lou ou Mathilde. L’une est molle, ne sait faire qu’une chose : se plaindre. Se plaindre, sans faire quoi que ce soit pour arranger les choses. L’autre est totalement irréfléchie, immature, irresponsable. Qu’elles ne soient pas en phase avec le monde actuel, admettons… Mais j’ai trouvé que le trait était beaucoup trop forcé. Il n’y a pas de demi-mesure avec ces deux jeunes filles, et j’ai trouvé ça extrêmement dommage. Elles ont tout juste 18 ans, oui, d’accord. Mais ce n’est pas une raison :/
En revanche, j’ai trouvé les personnages secondaires plus intéressants : la figure sombre est particulièrement bien pensée, peu développée mais entourée d’un halo de noirceur que l’on ne peut percer. Dès son entrée en scène, l’atmosphère du roman prend une teinte noirâtre, pesante, étouffante, tout à fait justifiée. Je ne parlerai pas du second personnage qui m’a marquée, pour laisser intact le mystère du récit, mais je l’ai trouvée également très bien construite, bien que trop effacée, par rapport aux deux héroïnes.
Malgré ces points positifs et la plume toujours particulièrement efficace de Marion Brunet, je n’ai pas réussi à me plonger dans le récit, trop agacée par Mathilde et Lou pour suivre avec attention leurs aventures. Pourtant, l’intrigue développée par l’auteure est particulièrement efficace ! Enfin. C’est donc pleine de regrets que j’ai terminé cette lecture, et en espérant que le prochain roman de l’auteure me correspondra davantage…

En bref, petite déception avec ce roman dont les personnages principaux m’ont profondément agacée. Dommage…

laborieux
Déçue…

Pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Ah mince… Il était dans ma pile à lire…

  2. Dommage que ce soit une déception… En même temps si tu avais adoré son autre roman tu es obligée de comparer donc ça se comprend

  3. Un livre que je vois assez souvent sur la blogosphère mais il ne m’a jamais intéréssé. Et ta chronique confirme certains de mes doutes. J’ai peur d’être déçue également alors pour l’instant je ne pense pas le lire. 🙂

  4. Je ne pense pas me tourner vers ce titre, beaucoup d’avis parlent de eux personnages auxquels il est difficile de s’attacher, par contre je note Frangine pour le coup =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *