Book Quest Challenge – Halloween’s Event

halloween ban

– Dépêche-toi ! On va être en retard ! s’impatienta Jillian.
– Oui, oui ! J’arrive, c’est bon, répliqua Keltesh en tentant de ne pas se prendre les pieds dans son habit de cérémonie.
Le grand jour était arrivé. Shadiiya, la fête des morts. Cette journée était entièrement dédiée à la mémoire des défunts. Du matin au soir, les villageois de Mont-Rouge se rendaient sur les tombes de leurs ancêtres, priaient et préparaient les plats et offrandes en vue de la cérémonie du soir.
Cette année était un peu spéciale pour Keltesh. Tous les ans, les villageois qui avaient atteint l’âge d’être considérés comme des adultes devaient rendre un hommage spécial durant la cérémonie nocturne. La jeune femme devrait donc déposer un plateau sur lequel une bougie aux huiles essentielles était entourée de pétales de fleurs sur la tombe de son ancêtre féminine la plus récemment décédée. Les villageois pensaient qu’ainsi toute la sagesse de l’ancêtre passait dans son descendant.

Quand ils arrivèrent sur le lieu de la cérémonie, tout le monde était déjà presque là. Ils se dirigèrent vers l’estrade montée en vue du discours du doyen du village. Keltesh lissa sa robe et pris son plateau posé sur l’estrade avant de se tourner vers le pupitre derrière lequel serait le doyen. Il arriva quelques minutes plus tard et entama son discours.
– Nous sommes réunis ce soir, comme chaque année, pour rendre hommage à nos ancêtres, mais aussi pour que nos cinq jeunes gens réunis ici, devant cette estrade, reçoivent toute la sagesse dont ils auront besoin tout au long de leur vie. Prions d’abord quelques instants avant de commencer la remise des offrandes.
Tout le monde se mit alors à entame un chant en l’honneur des morts qui reposaient derrière l’estrade. Le silence se fit de nouveau et le doyen reprit la parole.
– Bien, commençons maintenant la remise des offrandes. Jillian veux-tu bien commencer ?
Le jeune homme se dirigea vers l’une des tombes de la deuxième rangée. Il s’agenouilla et déposa son plateau avec un geste empreint de respect. Il prononça quelques mots avant de se relever et de revenir à sa place.
– Naëlin, tu peux y aller, enjoignit le doyen.
Elle se dirigea à son tour vers la tombe de son ancêtre et fit la même chose que Jillian avant de revenir elle aussi à sa place.
Keltesh savait qu’elle était la suivante. Elle prit une grande inspiration.
– Keltesh, tu peux y aller.

Elle expira tout doucement tout en se dirigeant vers la tombe de sa grand-mère décédée le mois dernier. En faisant son premier pas, elle avait aperçu Naëlin, les larmes aux yeux, et sentait les siennes monter. Elle s’arrêta devant la quatrième tombe de la cinquième rangée. D’ici, l’estrade et les villageois semblaient détachés d’elle. La lumière des torches n’arrivait pas jusqu’à la tombe de sa grand-mère. Seule sa bougie lui procurait un peu de lumière. Keltesh s’agenouilla et déposa son plateau. Elle baissa la tête et laissa ses larmes couler. Son ancêtre lui manquait terriblement. Elle s’apprêtait à prononcer quelques mots quand elle sentit un courant d’air glacé dans son cou.

[Quête n°1 :Mémoire d’antan
Objectif : lire un livre avec une créature rappelant Halloween
Récompense : ?]

Les_Brumes_d_Avallach_poster
345 pages
Créature à l’honneur : Shellycoat (spoiler)

[Quête facultative
Objectif : Écris ta propre suite
Récompense : ?]

Keltesh se retourna vivement. Personne.
– Qui est là ? Jillian, c’est toi ? Ce n’est pas drôle ! Montre-toi !
La jeune femme se releva en maugréant, certaine d’être victime d’une mauvaise blague. Dire que Jillian avait choisi ce soir-là, précisément celui qu’elle redoutait le plus, pour lui démontrer ses talents de grand farceur !
– Jillian ! Sors de ta cachette immédiatement, ou je te jure que…
Ses menaces moururent dans un chuintement étranglé, quand elle aperçut son grand dadais d’ami là où elle l’avait laissé quelques minutes plus tôt, parmi les autres membres du village. Comment avait-il pu se déplacer si vite ? Et, à bien y réfléchir… Aurait-il seulement osé ? Shadiiya était une cérémonie extrêmement solennelle, et Jillian n’était pas du genre à faire le pitre en de telles circonstances. Mais, si ce n’était lui… Alors qui ? Il y avait bien des rumeurs, c’est vrai. Des rumeurs étranges, prenant toutes source lors de cette fameuse nuit, où vivants et morts étaient plus proches que jamais. Keltesh les avait toujours tournées en dérision, certaine qu’il ne s’agissait que d’affabulations dictées par la trouille de quelques petites mauviettes. Mais, maintenant qu’elle était là, au fin fond de ce cimetière où régnait un silence pesant, elle devait admettre que… Une sueur froide perla sur son front, qu’elle s’empressa d’essuyer.
– Voilà que tu te mets à frémir comme une gamine, pour un banal coup de vent ! Ma pauvre fille, tu es vraiment pitoyable…
Furieuse contre elle-même de se laisser ainsi emporter par son imagination, et encore plus indignée contre cette stupide règle qui interdisait à quiconque de venir armé lors de la cérémonie, Keltesh se détourna de la tombe de son ancêtre. Quel gâchis ! Elle qui avait tant attendu ce moment de communion intense… Tout était à refaire. Alors qu’elle s’apprêtait à revenir vers ses condisciples, elle remarqua qu’ils n’avaient pas esquissé un seul geste depuis son précédent regard. S’approchant d’eux à pas prudents, Keltesh sentit son sang se glacer : ils étaient comme… Statufiés. Aucune poitrine ne se soulevait, leurs yeux étaient fixés sur elle, hypnotisés. Alors qu’elle passait doucement la main sur le visage de Jillian, la jeune femme capta un mouvement du côté de Naëlin : un éclat argenté brillait sur sa joue. Un éclat… Une larme ! Naëlin pleurait, sans un sanglot, sans un bruit : les larmes coulaient silencieusement, traçant un sillon brillant sur ses joues. Comme les autres, son amie la fixait sans bouger, prisonnière de son propre corps.
Keltesh se retourna vers le cimetière, perçant la nuit de ses yeux gris. Que se passait-il donc ? Les ténébres lui semblaient encore plus épaisses, maintenant. Totalement désemparée, elle se décida à refaire exactement les mêmes mouvements qui l’avaient conduite jusqu’à la tombe de sa grand-mère. Parvenue devant la stèle, la peur au ventre et la gorge nouée, Keltesh s’agenouilla. Presque aussitôt, une poigne glaciale se referma sur sa nuque, manquant de la faire hurler.
– Keltesh Nalfeh’in… Tu as été… choisie…
Glacée jusqu’aux os, Keltesh sentit qu’on la tirait doucement en arrière.
– Par ton sang et nos cendres, nous nous lions désormais à toi… Deviens notre bras armé, le réceptacle de notre puissance… Devant notre marque, tous se prosterneront…
Horrifiée, la jeune femme voulut hurler. Impossible de se débattre, ce… cette chose la tenait d’une poigne de fer ! Elle sentait son esprit partir, un bourdonnement sourd envahissait ses oreilles. Désespérée, elle se mit à griffer l’air autour d’elle. Rien, rien ! Il n’y avait rien d’autre que cette masse d’air compacte, gelée au possible, immatérielle et pourtant bien réelle. Ainsi, c’était la fin… Doucement, Keltesh ferma les yeux, laissant les larmes couler. Il lui suffisait d’abandonner… Le calvaire prendrait fin…
La seconde suivante, ses tympans explosèrent : un rugissement retentissant lui fit brusquement prendre conscience que sa gorge n’était plus prise en étau. Mais la douleur, elle, était toujours là : avec un grognement, la jeune femme se retourna sur le ventre. Mais… C’était impossible ! Athena, la panthère des neiges qui s’était liée à elle le jour de sa naissance, se battait toutes griffes dehors avec… Avec quoi ? Un nuage de brume, un spectre ? Keltesh ne distinguait rien, sinon les traces sanglantes présentes sur le pelage du fauve. Elle allait se faire tuer, en tentant de la défendre ! Incapable de parler, et encore moins de se lever, Keltesh tendit sa main vers la bête magnifique… Et s’évanouit.

***

– Keltesh ? Keltesh !!! Réponds-moi, dis quelque chose !!!
Perclue de courbatures, complètement abrutie, Keltesh tenta d’ouvrir les yeux. Sans succès. Une main s’abattit brusquement sur sa joue.
– Keltesh, tu m’entends ?
Son père.
– Mouuuuuuiiiiiiii….
– Ouvre-moi ces yeux, ou je t’en colle une deuxième, tu as compris ?
– M’sieur, êtes-vous bien sûr que, dans son état….
Jillian, toujours prêt à venir à son secours.
– Elle doit revenir parmi nous ! Tu as vu l’état d’Athena ? Et le sien ? Si elle ne fait pas cet effort maintenant, nous la perdrons définitivement. KELTESH !
Rassemblant toutes ses forces, la jeune femme ouvrit un œil. Puis l’autre. Un troupeau entier de skones lui serait passé dessus, qu’elle n’aurait pas eu plus mal. Que lui était-il donc…
– ATHENA !!!
Se redressant d’un bond, ignorant l’ensemble de son corps qui protestait devant cette dépense d’énergie excessive, Keltesh regarda autour d’elle. Le félin était là, tout près, occupé à lécher ses plaies tout en couvant sa protégée du regard.
– Papa ! Cette nuit, lors de la cérémonie ! J’étais devant la tombe de grand-mère quand… Et puis…
– Doucement, ma fille, doucement. Il va falloir attendre que le conseil soit réuni pour que tu nous racontes ce qu’il s’est passé. Mais d’abord… Hum. Jillian, veux-tu bien lui apporter le miroir, là ?
Devant le regard apeuré du jeune homme, Jolinard insista :
– Mieux vaut maintenant que plus tard, Jillian. Apporte ce miroir.
Lentement, il s’exécuta. Avec réticence, il plaça le miroir devant son amie, d’abord de dos, puis le retourna. Keltesh manqua de s’étrangler.
Ses yeux, auparavant d’un gris profond, étaient devenus d’un bleu irréel. Mais ce n’était rien, rien, comparé au tatouage qui s’étendait désormais en travers de son visage. Tout en circonvolutions, il pulsait d’une étrange lueur rougeâtre.
L’esprit, ou quoi que ça puisse être, n’avait pas menti : elle avait été marquée…

Pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. Il est intriguant ton livre avec cette créature magique ^^

  2. Bonne quête d’halloween.

    La couverture est très belle, j’espère que le couverture sera de même.

  3. Ping :Sunday’s Books #25 - Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *