Morwenna, Jo Walton

Morwenna-

Traduit par Luc Carissimo

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Morwenna Phelps, qui préfère qu’on l’appelle Mori, a eu un terrible accident de voiture qui l’a laissée handicapée et l’a privée à jamais de sa soeur jumelle. Comme elle soupçonne sa mère, passionnée de magie noire et à demi folle, d’être à l’origine de ce drame, elle s’enfuit. Son père, dont elle ignore tout, la recueille et la place dans un pensionnat chic. L’amour des livres mais aussi leur magie vont permettre à Mori de supporter le quotidien dans cette institution stricte.
Mais elle ne sera vraiment libre que quand elle aura percé tous les secrets qui entourent son étrange famille.

Mon avis : Une fois encore, je me retrouve subjuguée par un roman. Subjuguée, hypnotisée, envoûtée. Et, comme à chaque fois, je sens que la rédaction d’une chronique ne va pas être simple. Comment lui rendre justice ? Comment vous faire comprendre tout ce qui m’a plu, quand je peine moi-même à comprendre les émotions qui se sont emparé de moi ? Enfer et damnation ! Par avance, donc, je vous prie de m’excuser pour la chronique qui va suivre. Elle risque d’être fort… Embrouillée ^_^
Ce roman, il est… Magistral. Ce n’est pas le genre de bouquin qui vous embarquera pendant des heures durant dans une formidable épopée, pas le genre de bouquin qui vous donnera envie de devenir un elfe, un gnome, un fils-des-brumes, un membre de la Cour Seelie ou que sais-je encore. Non, rien de tout ça. Mais c’est un roman remarquable pour son intensité, sa poésie mélancolique et, bon dieu, la plume sublime de son auteure.
En m’attelant à cette chronique, je me suis heurtée à une première difficulté : dans quelle catégorie le « ranger » ? (Cette manie de tout catégoriser, aussi ! J’vous jure) Fantasy, contemporain, fantastique… ? Fantastique, oui, surement. Après tout, si Mor vit dans un pensionnat pour jeunes filles, elle n’en voit pas moins des fées. Et puisque c’est une ado, on pourrait également avoir l’idée saugrenue de le réserver exclusivement à ce lectorat (à peine écrite que je sens déjà toute la niaiserie de la chose…). On pourrait également dire que c’est une formidable bibliographie pour qui souhaite se forger une bibliothèque de SFFF des plus solides (quoique un peu vieillotte, forcément. Mais ce n’est pas plus mal).
C’est tout ça (mais ce n’est définitivement PAS un roman pour ados –dans le sens où on l’entend aujourd’hui, du moins), mais aussi tellement plus que c’en est dingue. Mince, j’en suis tombée complètement amoureuse !
Et pourtant, si on prend le roman « techniquement » parlant, il n’y a pas de raison pour que cela marche aussi bien : l’auteure a pulvérise tous les codes du genre. Partons du principe qu’il s’agit d’un roman fantastique (je reviendrai là-dessus juste après) : à aucun moment Jo Walton ne définit clairement les règles de son univers (quelle est la nature de la magie pratiquée par la jeune fille ? Est-ce vraiment de la magie, d’abord ? Comment fait-elle pour voir les fées ? Que sont-elles « réellement » ?), prenant bien garde à nous laisser dans un flou constant là où la majorité des auteurs de fantastique (fantasy ?) nous auraient fourni un beau sentier balisé.
Concernant la nature fantastique du roman… On oscille entre réel et imaginaire, de bout en bout : j’ai été absolument incapable de me décidée à choisir l’un ou l’autre. Hum, comment vous expliquer cela intelligiblement ? Généralement, quand on parle de SFFF, l’auteur passe un pacte en début d’ouvrage avec le lecteur, un pacte où il lui fait clairement comprendre que, en débutant cet ouvrage, il va perdre pied avec la réalité pour entrer dans un monde purement fictif. Ça, Joe Walton ne le fait pas. Prend bien garde à ne pas le faire. Et du coup, on s’interroge, on ne cesse de s’interroger : qu’est-ce donc que ce roman que nous avons entre les mains ?
Et puis, finalement… On se laisse porter. Après tout, on s’en fiche ! C’est du fantastique ? Très bien, l’auteure a si bien su mener sa barque qu’elle nous a fait prendre des vessies pour des lanternes. Ce n’en est pas ? Deux solutions, dans ce cas : ou bien Mor est un petit peu jetée, ou bien… Et à ce moment là, j’ai envie de dire tant mieux. Tant mieux, tant mieux, tant mieux. Je regrette simplement d’avoir les oreilles percées… 😉
Cette indécision, qui aurait tué tout autre roman à mes yeux, rend celui-ci absolument unique. Je me suis laissée bercer par cette atmosphère des plus particulières, à la fois féerique, réaliste, poétique. Je me suis laissée envoûter par les mots de Morwenna, par la plume de Jo Walton, par ces quelques 335 pages. Je me suis laissée envoûter, et je réitèrerais bien volontiers.
Récapitulons donc, mes propos ayant été fort décousus (je vous l’avais dit !). Pourquoi lire ce livre ?

  • Pour tout amateur de SFFF, c’est extrêmement enrichissant, en plus d’être délicieusement dépaysant.

  • Pour Mor, qui est un personnage tout bonnement remarquable. Les journaux intimes et moi, d’habitude… C’est pas trop ça. Mais là… Ses réflexions sont si pertinentes, si agréables à suivre que j’avais parfois l’impression que c’était moi, la plus jeune des deux.

  • Pour le texte en lui-même, et les émotions qui s’en dégagent : je disais il y a quelques jours à Sae qu’il était magnétique, hypnotique, et c’est complètement ça : pour une raison qui m’échappe encore (enfin, je crois que je la tiens presque !), je n’ai pas pu le poser. On est embarqué avec Mor, pris dans un maelström d’émotions pourtant très douces, portées par un plume d’une délicatesse éblouissante. Gros gros coup de cœur pour cet aspect là.

Je ressors donc de cette lecture assez bouleversée, mais surtout convaincue qu’un bon nombre d’éléments m’échappe encore… Pour mon plus grand plaisir 😀 Quoi, je vais devoir m’y replonger ? Quel dommage… 😛

En bref, un ovni littéraire de plus à ajouter à ma liste de coups de cœur !

16046631
Coup de cœur !

En plus :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

27 Commentaires

  1. Moi aussi j’ai adoré ! Comme tu dis c’est un OVNI littéraire, on navigue entre plusieurs genres, quelque part il me rappelle, comment dire, les livres plus « anciens », avant que les modes récentes ne prennent le pas parfois sur l’originalité ou même une certaine spontanéité littéraire. Jo Walton a des choses à nous faire partager, elles nous les met toutes dans un seul bouquin parce qu’après tout rien n’est vraiment opposé, ou en tous cas c’est l’impression que j’ai eue. Très belle découverte pour moi aussi !

  2. Ping :Morwenna « La Croisée des Chemins

  3. Très belle chronique Bouchon ! Je suis vraiment très tentée 😀

  4. AAAH PUTAIN MAIS COMME JE TE HAIS LA TOUTE DE SUITE AAAAAAAH ;________; MAIS ARRETEZ AVEC VOS AVIS JOUISSIF DE CE ROMAN ;___; MA WISH EST A PRESQUE 500 FOUTEZ MOI LA PAIX :'(

    Non mais FFFFOUU POURQOAAA JE L’AI PAS DEMANDE ?!! Tu le sais toi? :'(

    Il. Me. Le. Faut.

  5. Je ne connaissais pas du tout, ta chronique me donne envie de le lire :).

  6. Tiens, encore un avis très éloigné du mien. Je reconnais toutes les qualités de ce roman – dont tu parles si bien d’ailleurs <3 – mais la magie a moyennement opéré pour moi. Je sais pas, je suis restée un peu à côté et Morwenna ne m'a pas vraiment touchée. Et puis TOUTES ces références à la SFFF, moi qui n'y connais rien, j'étais larguée de bout en bout ^^

    • Bouchon des bois

      Autant j’ai adoré ce roman, autant je comprends très bien qu’il ne puisse pas plaire à tout le monde ^_^ C’est vrai que les références sont nombreuses, et bonjour pour s’y retrouver !

  7. Bon, j’avoue, je n’ai pas tout lu parce que je n’aime pas en savoir trop sur un livre avant de m’y plonger, mais ce que j’ai lu de ton article m’a donné envie de faire… +1 sur ma wishlist 😉
    Merci!

  8. Entre Saefiel et toi, je ne sais vraiment pas comment je vais faire pour résister à ce livre ! En tous cas, ta chronique est magnifique, et je suis tout à fait convaincue qu’il me FAUT ce livre ! 😀

  9. J’avais déjà vu des chroniques très positives sur ce livre, mais là, tu me rappelles qu’il faut que je le lise, il a l’air très sympa! 🙂

  10. Ping :Sunday’s books #17 - Les lectures de Bouch'

  11. Whoua et bien dis donc j’en ai l’eau à la bouche ! Vraiment tu nous le vends très bien, et ça donne immédiatement envie de s’y plonger =)

  12. Gniii, tu donnes envie de s’y mettre à cette « Morwenna ». Je n’en lis que du bien pour le moment. Faudra que je l’ajoute sur ma liste au père noel…
    Merci pour ta chronique.

  13. Je suis ravie de voir encore un avis positif sur ce livre. Je suis absolument d’accord avec tous tes points et je dois avouer que ta chronique est particulièrement bien rédigée et agréable à lire ! 🙂

  14. Hummm… tu viens d’attirer mon attention sur ce roman qui à la base ne m’attire pas plus que ça. Je lis rarement les 4e de couverture, donc je dois surement passer à côté de belle lecture. Bref, je note ce dernier volontiers… peut-être aurais-je la chance de le lire un jour 🙂

  15. Ping :WALTON Jo – Morwenna | Livrement

  16. C’était très marrant car j’ai vu ta chronique passer par le fil RSS et c’était le jour où j’avais décidé de rédiger ma chronique (fait que j’ai alors repoussé, évidemment). C’est tout à fait ça, le roman est « magistral » : la protagoniste est authentique et fait toute la saveur du livre.

  17. Ping :Morwenna | La Croisée des Chemins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *