L’alliage de la Justice, Brandon Sanderson

Lalliage de justiceTraduit par Mélanie Fazi.
Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Kelsier, Vin, Elend et les autres font désormais partie de l’Histoire – ou de la religion. Les chemins de fer côtoient les canaux, les rues sont éclairées à l’électricité et les premiers gratte-ciel partent à l’assaut des nuages. Mais les anciennes magies allomantique et férochimique existent toujours. Un outil précieux pour ceux qui tentent de faire régner la justice dans les terres sauvages qu’on appelle les Rocailles.
Après vingt ans là-bas, Wax Ladrian est de retour à la métropole d’Elendel, bien décidé à ranger ses pistolets. Pourtant les demeures et les rues élégantes de la ville pourraient bien s’avérer plus dangereuses encore que les plaines poussiéreuses des Rocailles.

Mon avis : Que je redoutais cette lecture et, en même temps, que je l’attendais ! Quand ma poupette Livresse m’a proposé une lecture commune sur ce roman, je n’ai pas hésité une seconde : depuis le jour où j’ai terminé Le héros des siècles (dernier tome de la trilogie Fils-des-brumes de Brandon Sanderson), je n’ai eu de cesse de vouloir me plonger à nouveau dans l’univers de Scadrial. Et bien… Voilà qui est fait !
Oui, vous pouvez soupirer. Oui, vous pouvez lever les yeux au ciel. Je vous ai tannés en fin d’année dernière avec cette trilogie. Je vous ai exhortés à la lire. Je vous ai menacés de lancer des hordes de gerbilles déchainées à vos trousses, dans le cas contraire. Et voilà que je m’en reviens avec un quatrième opus. Pauvre de vous ! Mais cela ne m’empêchera pas de trépigner une fois de plus d »excitation, de partir une énième fois dans des envolées lyriques pour rendre hommage à cet auteur que j’aime d’amour. Parce que si L’alliage de la justice n’est pas à proprement parler la suite de Fils-des-brumes (c’est pas moi qui le dit, mais l’auteur lui-même, dans les remerciements), il n’en est pas moins succulent. Savoureux. Merveilleusement chouette. Une vrai petite bombe atomique. Un paquet de pimousses bleus et roses transformé en livre. Grandiose. Fantastique. En un mot ? Génial.
Cinq cents ans ont passé depuis les évènements relatés dans Le Héros des siècles. Vin, Elend, Kelsier, Sazed… Sans être oubliés, ils font désormais figure de héros mythologiques, inspirant pléthore de religions. L’époque de Luthadel et des fils-de-brumes est désormais révolue, laissant place à l’électricité et aux armes à feu, pour une ambiance des plus… poudrées. Waxillium Ladrian est garde-loi dans la contrée sauvage des Rocailles. Ou plutôt était, puisqu’il a raccroché l’insigne après qu’une de ses arrestations ait terriblement mal tourné. Décidé à retourner en ville pour y assumer ses devoirs de Lord, Wax semble bel et bien avoir laissé son ancienne vie derrière lui. Mais dans ses belles résolutions, il a oublié un point fondamental : les complots, la criminalité, et les détrousseurs en tout genre ne s’arrêtent pas aux murs d’une ville, c’est bien connu. Et pour qui a la justice dans le sang, il sera bien difficile de ne pas céder à l’appel…
Alors là…. ALORS LA ! Si je m’attendais à ça ! Quelle grande surprise que cette lecture, quelle immense surprise ! Si les personnages évoluent bel et bien dans le Scadrial que l’on avait traversé avec Vin, l’ambiance et l’atmosphère à l’œuvre dans ce roman sont totalement différentes de celles de la trilogie. Avec L’alliage de la justice, nous nous retrouvons plongés dans un western décoiffant, tant par son action que par son humour. Le côté ultra sombre des trois tomes de Fils-des-brumes est très minimisé, et si cela m’a fait peur dans un premier temps (après tout, c’est quand la base d’un roman de dark fantasy !), je n’en ai que plus apprécié ma lecture par la suite. J’ai retrouvé avec ce roman le côté déjanté qui m’avait tant charmée dans Alcatraz contre les infâmes bibliothécaire, mais englobé cette fois-ci dans cet univers qui m’est cher. Et quel bonheur, mes amis, quel bonheur !
Nous suivons donc Wax, garde-loi à la retraite anticipée. Garde-loi, oui, mais d’abord Double-fils : pas de fils-des-brumes (maitrisant l’intégralité des pouvoirs allomantiques) dans ce roman, mais des personnages capables de manier à la fois l’allomancie et la ferrochimie. Wax, lui, maitrise l’acier (c’est donc un Lance-pièce, capable de faire des acrobaties aériennes proprement incroyables) et le fer (il emmagasine du poids). J’ai été un peu décontenancée en apprenant que le héros n’était pas à l’imagine de Vin, Elend, ou encore Kelsier. Mais finalement, ce n’est pas plus mal : la séparation est d’autant plus marquée. Et puis, il en aurait fallu un peu plus pour que je ne m’y attache pas : Waxillium est assez irrésistible, dans son genre. A la fois intello et justicier, ses tempes grisonnantes n’ont pas réussi à entamer son sex-appeal. Bon, soyons honnêtes : il n’a pas réussi à surpasser ses ancêtres dans mon petit cœur. Mais tout de même, il mérite la petite place qu’il s’y est fait.
Comme dans tout western, notre héros a un acolyte. Et quel acolyte ! Wayne, où la touche complètement barrée du roman. Wayne, qui a une idée des plus particulières du troc et de ce qu’il implique (là, j’ai vraiment ri). Wayne, enfin, pour qui j’ai complètement craqué, pour le coup. Il ajoute un tel pep’s au roman qu’il est impossible de passer à côté. Ce personnage, c’est du bonheur en barre. Et je n’exagère pas, promis.
Et puis, que serait ce duo sans une petite touche féminine, je vous le demande ? Marasi remplit allègrement ce rôle, et surtout merveilleusement bien. Cette petite m’a totalement charmée ! Du potentiel, du bagout, une tendance à rougir furieusement… Bref, j’ai voulu en faire ma copine dès la première rencontre.
C’est donc un trio que nous présente cette fois-ci Brandon Sanderson, un trio atypique et attachant, mais possédant surtout une propension incroyable à se fourrer dans des situations délicates. Comme toujours, je ne vous en dévoilerai pas trop sur l’intrigue, pour ne rien vous spoiler. Mais vous devez savoir ça : mystères et complots sont à l’œuvre, rebondissements et révélations s’enchainent sans répit, promettant moult coups de feu, bosses et contusions. Pas de vrai grand méchant ici, mais plutôt une corruption généralisée. Ce qui donne une trame des plus plaisantes, qu’on se le dise : si aviez été rebutés par la noirceur parfois pesante de Fils-des-brumes, vous vous y retrouverez bien davantage avec ce roman-ci. L’alliage de la justice se veut avant tout léger : on le dévore le sourire aux lèvres, et la fleur au fusil.
Je fais le lien avec la trilogie, d’ailleurs, mais je ne devrais pas : comme je vous le disais, il ne s’agit pas à proprement parler d’une suite. Vous pouvez très bien le lire sans pour autant vous être plongé dans les 1500 pages de Fils-des-brumes. Certaines allusions vous échapperont, c’est inévitable (au niveau des religions, surtout), mais dans l’ensemble, vous vous y retrouverez sans problème. Foncez !!
C’est donc particulièrement heureuse (et rassurée !) que je ressors de cette lecture, mais aussi un peu frustrée : où est la suite ? Même pas encore publiée ! Et Brandon Sanderson qui parle d’écrire d’autres trilogies, prenant toutes places dans Scadrial… Qu’est-ce qu’il me tarde ! Nous n’en avons pas fini avec l’allomancie, la ferrochimie et l’hemarlugie. Et, une chose est sure… Ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre ^_^

En bref, une EXCELLENTE lecture. Que faut-il de plus ? C’est drôle, merveilleusement bien écrit, et diablement prenant. En un mot : une réussite !

16046631Coup de cœur !

En bonus : la chronique de Livresse ♥

(à venir)

Pour marque-pages : Permaliens.

12 Commentaires

  1. Aurélie Sinoir

    Perso ça m’a pas dérangé que tu nous tannes avec Sanderson … tu m’as même convertie! Je n’ai pas encore lu l’alliage de justice mais il est bien au chaud dans ma PAL! 😉

  2. Tu me rassures tellement là ! Moi qui angoisse à l’idée d’entamer un tome avec de nouveaux personnages. Bon, après, je ne suis pas sure de gérer la frustration de ne pas avoir la suite. Oui je sais, faut toujours que je trouve qqc à redire ^^

    • Bouchon des bois

      Là je ne vais pas te contredire : c’est un peu dur de ne pas avoir la suite sous la main. Après, pour te rassurer, BS clôt suffisamment bien son roman pour ne pas nous donner envie de nous arracher les cheveux 😉 Heureusement, d’ailleurs ! Mais ce serait bien qu’il se bouge un peu, le coco, et qu’il nous la sorte, cette suite !

  3. Ah ben tiens! Justement j’avais regardé de quoi ça parlait pas plus tard qu’hier à la librairie, la couverture étant sympathique. Au vu de ton avis, je prends note ^^

  4. Ping :« L’Alliage de la justice » de Brandon Sanderson | Livresse des Mots

  5. Wahou, on peut dire que tu as été emballée !! En lisant ce roman, j’ai ressenti une énorme nostalgie pour la trilogie Fils-des-brumes, à chaque fois qu’il y a avait des allusions j’étais tellement émue xD
    Bref, j’ai beaucoup aimé aussi et vivement la suite !!
    Voilà ma chronique bichette <3

    http://www.livressedesmots.com/lalliage-de-la-justice-de-brandon-sanderson/

    • Bouchon des bois

      Ouiii, moi aussi ! A chaque petite allusion, hop, je replongeais 500 ans en arrière… Que c’est dur, quand même, de les quitter 🙁
      Je file lire ta chronique ma belle, merci pour le lien ❤︎

  6. Tu me tentes beaucoup avec ton avis ! Surtout s’il n’y a pas besoin de lire les fils-des-brumes avant. Contente qu’il t’ait plu autant 🙂

  7. Je connaissais pas mais quand je viens sur ton blog tu me fais découvrir toujours plein de livres, donc j’adore venir hihihi, <3

  8. Ping :Sunday’s books #10 - Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *