L’apprenti assasin, Robin Hobb (L’assassin royal #1)

L’histoire : Lorsque le jeune Fitz est conduit à la cour des Six-Duchés, il ne sait pas encore que sa vie – et celle du royaume tout entier – va s’en trouver bouleversée. Le roi-servant Chevalerie, père de cet enfant illégitime, devra renoncer au trône pour ne pas entacher la réputation de la famille royale… Et nombreux sont les prétendants à la succession… Fitz se retrouve isolé au centre d’un univers qu’il ne connaît pas. En quoi le Vif, cette étrange magie qu’il découvre et qui lui permet de communiquer avec les animaux, est-elle si dangereuse ? Et pour quelle raison le roi Subtil fait-il appel à lui pour lui enseigner une forme étrange de diplomatie : l’art de tuer ? Poisons, magies et lames effilées vont bien vite devenir le quotidien du jeune bâtard princier…

Mon avis : Hiiiii ! Enfin enfin enfiiiiin ! Depuis le temps que l’on me pousse à lire cette série, j’ai ENFIN compris pourquoi elle faisait tant d’émules. J’aurais dû lire ce premier tome il y a déjà bien des mois, à l’occasion d’une lecture commune (allez donc jeter un coup d’oeil à la chronique de Miyu, juste ici), mais j’ai dépassé le délai sans l’avoir ouvert. Et je l’ai repoussée, repoussée, repoussée… Un peu comme avec Trône de Fer, en fait : à leur arrivée dans ma PAL, je n’avais qu’une idée : me jeter dessus. Et finalement…
Mais mieux vaut tard que jamais, non ? Et quand il s’agit d’un tel livre, le principal est de s’y plonger un jour ou l’autre, de ne surtout pas passer à côté. Inutile, donc, de faire durer plus avant le suspens : j’ai adoré. Tout. Les personnages, l’univers (il y a une carte !!), les magies, la plume de l’auteure… J’ai tout aimé, tout, tout, tout. J’ai été totalement embarquée par ce premier tome, bien que les conditions dans lesquelles je l’ai lu n’aient pas été optimales : le début fut un peu laborieux, j’ai eu du mal à m’y plonger sereinement, complètement. Une lecture un peu chaotique, donc, mais plus que bonne. Très bonne. Gigantesquement bonne.
Fitz n’a que six ans lorsqu’il est arraché à sa mère pour être conduit auprès de son père, le roi-servant Chevalerie. Fils illégitime de celui-ci, il ne le rencontrera jamais, Chevalerie préférant renoncer au trône et s’éloigner de l’objet de sa disgrâce : Fitz est confié aux soins de Burrich, maitre des écuries et fervent partisan de Chevalerie. Aux côtés de cet homme bourru, le jeune garçon apprend à prendre soin des bêtes, tout en essayant de comprendre les lois qui sous-tendent ce nouvel univers. Dédaigné, méprisé par beaucoup, il puise réconfort et amour auprès des animaux qu’il côtoie, les comprenant comme personne grâce à cet étrange pouvoir qui lui permet de ressentir leurs émotions. Et pourtant, il va très vite comprendre que, pour survivre, sa maitrise du Vif doit rester secrète. D’autant que le roi Subtil voit en son arrivée une excellente opportunité… d’en faire l’apprenti d’Umbre, son assassin personnel. Poisons, complots, manigances, secrets… De quelle autre vie un bâtard princier peut-il bien rêver ?
Voilà, après ce petit résumé (qui ne casse pas trois pattes à un canard) qui m’a laissée lessivée côté inspiration (et qui, décidément, ne casse pas trois pattes à un canard), il est temps de décortiquer cette lecture qui m’a tant plu. Pourquoi ai-je aimé ce roman, pourquoi devrais-je vous le conseiller ? Et bien, d’abord, parce que j’adore ces séries qui se concentrent sur UN personnage en particulier, le mettent en scène du début à la fin de sa vie. Nous rencontrons Fitz alors que ce n’est qu’un bambin, et nous le voyons grandir, s’affirmer, se construire tout au long de ces cinq cents et quelques pages. A la fin de ce premier tome, notre héros a une quinzaine d’années. Autant dire que Robin Hobb a du temps devant elle ! Elle creuse chaque petit détail, lui donne une saveur particulière. Le rythme n’est pas lent, simplement juste. Et comme pour La dernière Terre (attention, c’est tout de même très différent, même si la qualité littéraire est bien là pour les deux livres), on dévore. On dévore malgré le caractère tranquille de l’intrigue, parce qu’on a hâte d’en apprendre plus sur Fitz, parce qu’on s’attache de plus en plus à lui.
Fitz m’a d’ailleurs un peu fait penser à Cahir (qui reste mon chouchou, naméoh), dans le sens où tous les deux ont provoqué avec force mon empathie. Je n’ai pas eu le temps de me poser la question que je savais déjà que j’aimais Fitz : il arrive dans un univers qu’il ne connait pas, et où il n’a pas sa place. On ne se gêne d’ailleurs pas pour le lui faire comprendre : sans lui, Chevalerie serait devenu roi, pour le plus grand bien du royaume. Fitz est un rebut (il n’a pas de nom qui lui est propre, puisque Fitz n’est autre qu’une déformation de « fils », pour signifier « bâtard »), une gêne dont on souhaite se débarrasser. Comment voulez-vous ne pas éprouver de pitié, de compassion à son égard ? Après tout, il n’a rien demandé à personne. Son arrivée au château, notamment, m’a interpellée : on s’en « débarrasse » plus qu’on ne le confie au roi. Et bien, en lisant ça… Je me suis dit que je l’aurais bien pris dans mes bras, moi, ce petit bout de chou.
Bon, quand je dis qu' »on » souhaite s’en débarrasser, j’exagère peut-être un peu. Mais le fait est que l’arrivée intempestive du fruit des amours d’un prince avec une roturière n’est pas forcément vue d’un très bon œil. Rapidement, cependant, les grands de ce monde vont mettre le statut de cet enfant à profit, et vont faire de lui une parfaite pièce d’échec. Mais quels sont les joueurs, quelles sont les règles ? Fitz a tout à découvrir, et nous aussi.
La vie de Fitz est marquée par plusieurs figures fortes, chacune signalant une nouvelle étape dans l’existence du garçon : Burrich, tout d’abord, tuteur et père de substitution. Pas doux pour un sou, c’est pourtant vers lui que ce tournera Fitz dans ses moments de plus profond dénuement. On sent derrière le gros bonhomme brut de décoffrage une vraie sensibilité, et malgré ses coups de sang récurrents, je l’ai beaucoup aimé. Umbre vient en deuxième position. Assassin au service du roi, il a la charge d’enseigner son art au jeune garçon. Leur relation se développe très vite, et devient rapidement intime : Fitz voit en lui son modèle, son mentor. Son apprentissage chez Umbre le détache un peu de Burrich, mais les deux hommes se partagent son affection de manière sensiblement égalitaire. La personnalité d’Umbre ne m’a pas autant séduite que celle de Burrich, et certains de ses traits de caractère m’ont fait froid dans le dos. J’ai hâte d’en apprendre plus sur son compte pour être fixée. Vérité, enfin, est la troisième figure que je retiendrai. Fils cadet du roi Subtil, il devient donc roi-servant à la suite du renoncement de Chevalerie. Je ne vous en dirai pas plus sur leur relation, pour ne pas vous spoiler, mais elle m’a fortement fait pensé à celle régnant entre Burrich et Chevalerie. J’ai vraiment beaucoup aimé son personnage, qui porte extrêmement bien son nom.
J’aurai également pu vous parler de Galen, cet homme censé former Fitz à l’Art. Mais je l’ai trouvé tellement abject que… Un peu comme Royal, en fait, sauf que le prince benjamin est idiot, en plus. Et puis, il y aussi le Fou. Et Molly. Et, et….
Ouuh, mais voilà un bon moment déjà que je vous parle des personnages, il serait peut-être temps que je passe à autre chose… Mhhh, voyons voir… Ah oui, les magies ! J’ai beaucoup aimé la voie prise par Robin Hobb en ce qui les concerne : le Vif et l’Art sont des magies essentiellement mentales, l’un agissant sur les animaux et l’autre sur les hommes. Toutes deux requièrent énergie et maitrise de soi, et j’ai hâââââte de voir les possibilités qu’elles vont offrir à Fitz <3
L’univers, quant à lui, m’a charmée : c’est si rare de tomber sur un roman dont les personnages ne traversent pas la carte de bout en bout en quelques heures à peine (oui, j’ai la rancune tenace.)(mais Licia Troisi avait un peu abusé, quand même) ! La description de Jhaampe m’a laissée sans voix, la tête remplie de couleurs éclatantes. D’une manière générale, la plume de Robin Hobb s’est magnifiquement prêtée à l’exercice descriptif, ce que j’admire : il est assez rare de réussir à ne pas ennuyer ses lecteurs en leur offrant un panorama du paysage pour que je prenne la peine de le souligner.
Vous l’aurez compris, j’ai trouvé ce roman… Excellent. L’atmosphère si propre aux récits de Dark-Fantasy m’a encore une fois charmée, bien qu’elle ne fasse pas tout : Robin Hobb est sans conteste une excellente auteure. Les ficelles de son ouvrage sont maitrisées, on sent qu’elle sait où elle va. Et on n’a qu’une envie : la suivre. Le personnage central a énormément de potentiel, les personnages secondaires également. L‘intrigue est extrêmement prenante et le tout est parfaitement écrit. Je n’ai rien à redire, en somme ! Rien à redire, si ce n’est… Que j’ai eu un coup de coeur. Pas un coup de coeur massif comme pour La dernière Terre ou Le Trône de Fer, mais un coup de cœur qui demande à s’épanouir avec la lecture des prochains tomes. Qui ne tardera pas à venir, je puis vous l’assurer.

En bref, coup de cœur pour ce premier tome excellent, qui m’aura fait passer un grand moment de lecture. La trame est passionnante, l’écriture maitrisée, le personnage central extrêmement bien construit et possède un fort potentiel. Où est la suite ?

Coup de coeur !
Pour marque-pages : Permaliens.

38 Commentaires

  1. Je suis contente que tu aies aimé!! Depuis le temps que j’attendais que tu le lises, c’est une de mes premières sagas de fantasy et j’adore!! 🙂

  2. Trop heureuse que tu es autant adoré !! 🙂

  3. J’ai déjà entendu parler de ce roman. Pourquoi pas ? 🙂
    Oh et je t’ai tagué ici : http://herbysbooks.blogspot.fr/2013/09/the-versatile-blogger-award.html
    Même s’il me semble que tu l’as déjà fait 🙂

    Bisous 😀

  4. Il y a très longtemps que cette saga me tente ..je repousse sans cesse l’achat du tome 1 et j’ai l’impression que j’ai tort !

  5. Malheureusement, je ne pense pas que ce livre soit fait pour moi :(.
    Bon weekend, bisous 😀

  6. Je suis tellement contente que tu ait aimé 😀 !! Cette série fait partie de mes gros GROS coup de cœur, et je ne me lasse jamais de la relire. je me plonge dedans à chaque fois, et j’en ressors émerveillée. Vraiment une de mes séries-doudous, que du bon, rien à jeter.
    J’arrête là avec l’hystérie (ça s’est vue que j’adore cette série ?). Je retravaille actuellement sur mes chroniques sur les différents tomes, j’ai vraiment envie que L’Assassin Royal soit connu et ait le succès qu’il mérite (et je verrais tellement cette série adaptée comme pour Game of Thrones… Même si ca ne vaut pas le roman 😉 !).
    Bref, tout ca pour dire, j’adore 😉 !!

    • Huuum, je suis pas sure d’avoir compris… Tu as aimé ? 😛
      C’est vrai que ce premier tome est très prometteur, j’ai hââââte d’avancer et de lire la suite 🙂
      Je comprends que tu aies envie de la faire connaitre davantage ! Tu pourras compter sur moi 😉

      • Yeeeaaah un nouvel adepte pour L’Assassin Royal 😉 ! Très contente que tu sois des nôtres !
        (Oui, j’ai aimé.)
        Je viendrais voir ce que tu as pensé de la suite, j’espère que ca te plaira autant :).
        Je plussoie pour l’avis de MiyuNeko : intercale la lecture des Aventuriers de la Mer entre La Reine solitaire et Le Prophète blanc 😉

  7. Ouiiii tu l’as lu 😀 Je me connecte ce matin et que vois-je ? Ta critique de l’AR : hop je me jette dessus et en oublie le reste xD Et très belle chronique, j’adore ! 😀 Contente de voir que tu as apprécié autant que moi ^^ Je me retrouve très bien dans ta lecture (j’ai mis aussi plus de temps pour lire le début, mais ça s’enchaîne tout seul dès que commencent les leçons d’Umbre ^^). Ah la la je crois que je vais t’envoyer des messages FB pour t’en parler quand j’aurais du temps x) C’est mon coup de cœur de l’année et je n’ai juré que par ça cet été sans pouvoir en parler *w*
    Par ailleurs, petit conseil : après avoir fini les 6 premiers tomes (la première trilogie), mieux vaut lire les Aventuriers de la Mer, qui se passe dans le même univers mais pas avec les mêmes persos (quoi que… ^^) puis reprendre ensuite l’AR -> les 9 tomes me faisaient peur, je voulais lire l’AR, mais au final, j’ai vraiment adoré (voire presque préféré) cette autre saga *w*

    Robin Hobb est une auteure comme je les aime <3

    • Hihi, quaaand tu veux pour discuter ! J’ai hâte 😀 Et j’ai surtout hâte de continuer cette série qui est décidément toooooopissime 🙂
      Je note ton conseil pour l’ordre de lecture : je vais faire comme tu me le conseilles ! Il faut juste que j’achète les tomes qui me manquent : je ne les ai que sur ma liseuse ^_^
      Gros bisous ma bichette <3

  8. Je suis ravie que tu aies adoré ce premier tome de cette magnifique saga ! Elle fait partie de mes préférées.

  9. VILAINE VILAINE VILAINE ! Je les ai et je n’ai jamais commencé parce que ça me ferait une autre série en cours. Mais OK JE VAIS LE LIRE.

  10. Hello !
    J’avoue que je ne me serai probablement pas attardée sur la couverture à laquelle je n’accroche pas tellement mais heureusement que j’ai pris le temps de lire ta chronique. L’intrigue semble avoir du potentiel et comme toi, j’apprécie de suivre un seul personnage dans son périple (c’est l’adopter et s’y attacher :3). Je crois que je vais attendre ton avis du tome suivant avant de me laisser tenter. (je suis bien trop prise par Game of Thrones en ce moment pour me lancer dans une autre saga fantasy x))

    • Coucou Hala 🙂
      C’est vrai que la couverture n’est pas top top, mais il ne faut pas s’y arrêter 🙂
      Je comprends que tu aies envie de te donner corps et âme à Trône de Fer, j’ai fait pareil 😀

  11. Booouuuoooouh la couverture me fait un peu peur 😛 En tout cas il a l’air cool ! Tu me donnes envie alors qu’il ne me tenterait pas comme ça ^^

  12. J’ai le premier tome dans ma bibliothèque. Tu m’as donné envie de lui donner sa chance ! J’espère aimer autant que toi !

  13. et une saga en plus que je vais être dans l’obligation de lire ! Merci Bouch <3 xD

  14. Heuuuu… ZUT !!! Pourquoi je suis passée par là !
    Au vu de ton enthousiasme, je ne peux que céder… Hop, WL !

  15. Ping :C’est lundi, que lisez-vous ? (66) | Les lectures de Bouch'

  16. Une super chronique qui m’aurait fait commencer sans hésiter la saga si je ne l’avais pas déjà entamée 😉 En tout cas, je suis contente que tu l’ai autant apprécié, depuis le temps que je guettais le moment ou tu allais le lire 😉 T’as vu ce qu’il est attachant ce Fitz hein ^_^ (c’est vrai que la couverture france loisirs est mochissime lol).

  17. Ping :Bilan du mois de septembre | Les lectures de Bouch'

  18. Ping :L’assassin du roi, Robin Hobb (L’assassin royal #2) | Les lectures de Bouch'

  19. Ping :La nef du crépuscule, Robin Hobb (L’Assassin Royal #3) - Les lectures de Bouch'

  20. Ping :Le poison de la vengeance, Robin Hobb (L’assassin Royal #4) - Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *