Chroniques du monde émergé – Tome 3, Le talisman du pouvoir – Licia Troisi

Et oui ! Je n’ai pas attendu bien longtemps pour me procurer ce troisième tome, ayant été quelque peu frustrée par le deuxième opus.

Traductrice : Agathe Sanz 
Chroniques :

L’histoire : Grâce à son armée de fantômes, le Tyran est près de remporter la guerre contre les Terres libres. Seule Nihal peut encore l’arrêter. Si elle parvient à réunir les huit pierres d’un mystérieux talisman, dispersées dans les Terres du Monde Emergé, Nihal pourra invoquer les Esprits de la nature et contrer la magie du Tyran. Escortée par Sennar, la demi-elfe se lance dans cette mission au terme de laquelle elle découvrira enfin le sens caché de son destin. 
Mon avis : Et voilà une trilogie qui n’aura pas fait long feu ! Souvenez-vous : premier tome dévoré à la fin du mois de janvier, deuxième tome lu mi mars, et maintenant le dernier opus. On peut dire que j’ai été emballée. Mais, avant de vous parler de la série dans son ensemble, je vais tout d’abord vous présenter ce tome de clôture.
Nous quittions Nihal et Sennar alors que la jeune fille venait de prendre une décision capitale : celle de tenter le tout pour le tout en réunissant les huit pierres du talisman de pouvoir, afin de priver le Tyran de sa magie durant une seule et unique journée. Voilà donc nos deux héros partis à la recherche des sanctuaires renfermant les différentes gemmes. Si les premières pierres ne sont pas aisées à acquérir, ce n’est pourtant rien comparé aux effort que Nihal et Sennar devront fournir lors de leur séjour en territoire ennemi. Malgré tout, la réussite de leur mission est capitale pour l’avenir du monde émergé : les troupes du Tyran sont toujours plus nombreuses, ne laissant aucun espoir aux Terres libres : Nihal semble être le pion décisif quant à l’issue de cette guerre.
Ce troisième tome se départage ainsi entre le quotidien de Nihal et Sennar – sur les Terres libres tout d’abord puis en territoire ennemi – et la vie sur le front, à travers le personnage d’Ido. Même si Licia Troisi met nettement l’accent sur la mission de Nihal – et tout ce qui en découle, c’est-à-dire une perpétuelle remise en question de la part de la jeune fille, mais également de son ami – j’ai trouvé très intéressant le fait qu’elle n’oublie pas complètement Ido et l’avancée de la guerre et, mieux, qu’elle leur confère une place somme toute importante. J’ai trouvé ces passages-ci extrêmement bien construits et intéressants, donnant à l’ouvrage une force supplémentaire.
Le talisman du pouvoir pourrait être vu comme le tome du « retour sur soi-même« . J’ai parlé de la remise en question perpétuelle de Nihal et de Sennar, mais cela va plus loin et englobe une quantité impressionnante de personnages. J’ai vraiment beaucoup aimé cette évolution des mentalités : on sent que l’auteure n’a pas voulu rester figée dans ses postulats de départ, et c’est tant mieux.
Le gros point fort de ce livre réside, à mon sens, dans le personnage qu’est le Tyran. Je ne peux pas trop vous en dire sous peine de vous spoiler un gros pan l’intrigue, mais je peux néanmoins souligner le fait qu’il n’est pas vraiment celui que l’on croyait, et j’ai trouvé ça très intelligent de la part de l’auteure : elle se distingue ici de la majorité des séries de Hight Fantasy, et j’ai apprécié cette nouveauté, j’ai apprécié le fait d’avoir été surprise par de telles révélations. Et, si je suis tout à fait honnête, j’ai trouvé une part de vérité dans la justification des actes du Tyran
Passons aux quelques points faibles que j’ai noté. Et oui, ce troisième tome ne sera pas non plus un coup de coeur.
Je commencerai par vous parler d’un détail qui, sans véritablement me gêner, m’a tout de même fait tiqué : Licia Troisi a décidé d’ancrer son récit dans une chronologie particulièrement précise, allant jusqu’à mentionner le mois durant lequel l’action se déroule. C’est peut-être un détail, mais entendre parler de décembre, mai ou juin dans un récit qui n’a aucune réalité tangible, j’ai trouvé ça moyen-moyen. Je ne me souviens pas de l’avoir remarqué au cours de ma lecture des deux précédents tomes, mais là, je n’ai pas pu passer à côté. 
Mon second reproche se réfère à toute la quête de Nihal et Sennar. Non pas que je n’ai pas aimé, au contraire, j’avais trouvé le principe plutôt sympa : parcourir les différent
es Terres à la recherche de mystérieuses gemmes, pourquoi pas. Mais… Je n’ai pas pu m’empêcher de trouver cela un tantinet bâclé : c’était presque trop simple. On passe d’une terre à l’autre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, et les épreuves sont assez… bref. J’aurais aimé que Licia Troisi développe un peu plus cet aspect, donne un peu plus de fil à retordre à nos deux amis. Mais, n’allez pas voir en cette critique une bonne raison de ne pas lire ce roman, ce serait une méprise : je suis assez exigeante en matière de quête épique, et pour le coup, je me trouve presque tatillonne.
Finalement, j’ai trouvé que ce dernier tome nous donnait vraiment matière à réfléchir, plusieurs de ses réflexions sous-jacentes pouvant s’appliquer à notre propre monde. Il clôt vraiment bien la série, je ressors conquise et heureuse de ma lecture.
Certes, ce ne sera pas une série coup de cœur. Peut-être oublierais-je d’ici un an, deux ans ou davantage toute ma lecture. J’en doute. Ce fut une très bonne découverte, et je suis ravie de savoir que deux autres trilogies – dans la lignée de celle-ci – m’attendent chez mon libraire. Le monde émergé ne m’a pas encore dévoilé tous ses secrets…
En bref, un troisième tome qui clôt intelligemment cette trilogie, nous poussant à réfléchir sur nos propres façons d’être. Quelques petits défauts n’ont pas entaché cette lecture, qui m’a procuré un vrai bon moment de plaisir. 
 

 

On en redemande !


Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *