Le trône de fer (intégrale 2), George R.R. Martin

Peut-être vous en souvenez-vous, je découvrais en septembre dernier la fameuse série de George R.R. Martin : Le Trône de fer. Et j’avais été mille fois conquise par ce premier opus qui fut, on peut le dire, mon coup de cœur 2012. J’avais dans l’idée de lire la seconde intégrale peu après la première, mais vous savez ce que c’est : on ouvre un autre livre, puis un autre, puis un autre… Et je ne l’ai finalement ouvert qu’il y a quelques jours, ayant besoin de me plonger quelques temps dans une belle épopée fantastique.
Alors, ce deuxième tome fût-il à la hauteur du premier ? Le Trône de Fer mérite-t-il réellement sa place en tête du podium pour cette année ? Réponse dans un instant…
http://feathersheaven.unblog.fr/files/2012/03/tronedeferintegrale2.jpg 
/! RISQUE DE SPOILERS /!
L’histoire : Alors que l’hiver s’installe sur les Sept Couronnes, le royaume est plus que jamais en proie aux troubles. Robert est mort, et le pays se déchire entre les mains de quatre hommes : Joffrey, secondé par sa mère Cersei, Robb, le fils d’Eddard Stark, Renly, frère cadet de Robert et enfin Stannis, son frère ainé. Tous sont en campagne, et les batailles se multiplient, les pertes étant de plus en plus lourdes. Et, dans les donjons, les complots se trament, encore et toujours. Tyrion Lannister, dit le Lutin, agit dans l’ombre de sa sœur, corrompant celui-ci, menaçant celui-là… suivant un plan qui n’appartient qu’à lui. 
Dans les confins du Nord, Jon Snow est parti avec la Garde de la Nuit découvrir ce que trame Mance Rayder, chef des sauvageons. Car, pendant que les grands de ce monde complotent les uns contre les autres, une menace plus grande voit le jour, une menace qui pourrait bien réduire à néant les prétentions de tous ces pantins, quelque soit la noblesse de leur cause. L’hiver arrive, sournois, et pourrait bien recouvrir les Sept Couronnes d’une chape glacée et meurtrière… Quand tous ces rois du Sud ne jure que par l’Été. 

***

Mon avis : POURQUOI me suis-je engagée à faire des LC durant les jours prochains, m’empêchant de m’attaquer derechef à la troisième intégrale ? Mais POURQUOI ? Comment vous dire ça de manière habile, construite et argumentée… C’est juste une TUERIE, cette série ! Je n’y vois pas le moindre point faible, les pages coulent toutes seules et de plus en plus vite et… PFIOUUU ! 
Je dois également vous dire (sans trop vous en dire) que je ne me suis toujours pas remise de ce qui arrivait à Eddard Stark dans la première intégrale. Vraiment pas. (D’ailleurs, je lui ai fait un personnage dans les Sims Medieval, Nah !). Alors, imaginez ma réaction quand George R.R. Martin insinue qu’il pourrait être arrivé la même chose à ses deux fils, Bran et Rickon. Les paroles du chéri sont limpides : « Mais c’est toi qui fait ces petits bruits, là ?! ». Oui, je le dis sans honte, je n’ai pas cessé de couiner durant la dernière partie de cette intégrale : « Non ! Mais pourquoi… ?! Mais c’est pas vrai !! Hein ?! Hein ?! HEIN ?!!!! ». Je ne vous mentirai pas sur l’état de mes ongles, c’est déplorable. Mais QUEL PIED ! 
/! PASSAGE SUR L’INTRIGUE : SPOILERS !!!! /!
La fin de l’intégrale 1 était juste un supplice : tout ce que l’auteur avait patiemment construit jusque là s’est trouvé balayé en l’espace de quelques minces chapitres, nous faisant souffrir le martyr. Parce qu’on ne peut pas dire que George R.R. Martin soit tendre avec ses personnages ! Ce serait plutôt tout le contraire, quand on y pense. Prenez la famille Stark : tous ses membres sont juste mes chouchous, c’est absolument impossible de préférer une autre famille à celle-ci. D’ailleurs, elle est mise au premier plan dans ces deux premières intégrales. Du coup, on s’attache énormément à ses membres. Tandis que les Lannister… A part Tyrion, qui est aussi un personnage chouchou… Les autres sont vraiment des teignes. Cersei, Jaime et Joffrey… Surtout Joffrey en fait. Aaaah, je les exècre. Et ben, le fait est que les Stark sont décimés et éparpillés aux quatre coins du royaume, tandis que les Lannister sont bien tranquilles dans Castral Roc et ont envahi le Donjon Rouge. C’est juste… Intolérable. 
Revenons à nos moutons. Les Lannister se sont donc retrouvés au pouvoir, Joffrey étant l’héritier logique (puisque supposé son fils) de Robert Baratheon. SAUF QUE ! Les frères de Robert, Stannis et Renly, contestent leur lien de parenté, comme la moitié du royaume. Et les deux gogos de s’autoproclamer rois des Sept Couronnes, et donc de s’opposer l’un à l’autre. J’ai suivi avec passion leur guerre personnelle, me demandant bien à quoi tout cela allait aboutir. Et bien, j’ai été servie ! Robb, fils ainé d’Eddard Stark, entend quant à lui venger le sort de
son père. Suivi par tous les bannerets d’Eddard, il est devenu le Jeune Loup, roi du Nord. C’eût été plus simple si les trois autres l’entendaient de cette oreille. Mais, que voulez-vous, les Sept Couronnes se doivent d’être un territoire uni. Il ne peut donc y avoir qu’UN SEUL et même roi. Robb est assez absent, cette fois-ci. Et, s’il bataille dur, ce n’est pas son combat qui prime. Peut-être plus tard… Non, ce qui nous importe ici, c’est surtout le sort du Donjon Rouge. Et les divers complots qui vont mettre à mal la carte du territoire : les châteaux ne vont cesser de passer de l’un à l’autre, se faisant envahir à qui mieux-mieux. Un véritable supplice vous dis-je… 
/! FIN DES SPOILERS /!
J’ai pris énormément de plaisir à suivre toutes ces tractations, frémissant avec et pour les personnages, qui sont de plus en plus attachants/exécrables. Le personnage de Tyrion m’a tout simplement fascinée. Ses motivations sont encore pour moi un mystère, même si l’on sent la logique qui sous-tend toutes ses actions. Il a beau être un Lannister… On ne sait pas vraiment vers où va son allégeance, si tant est qu’il en ait une. Il est très présent dans cette intégrale, et l’on ne peut qu’applaudir pour ça. Bran aussi est très présent, et l’on en apprend beaucoup sur lui. Si je n’ai pas tout saisi, je compte bien sur la troisième intégrale pour faire toute la lumière sur ce jeune garçon… Qui est bien moins vulnérable qu’il n’y parait. Ma petite chouchoute d’Arya est également mise en valeur… Pour notre plus grand plaisir. Intrépide et téméraire, elle va tout faire pour rentrer chez elle et retrouver les siens. J’étais un peu fâchée avec Sansa lors de ma lecture de la première intégrale. Ses jérémiades de princesse gâtée m’avaient un peu tapé sur les nerfs… Pour s’estomper totalement dans cette intégrale-ci. Sansa prend de plus en plus de relief, et l’on ne peut qu’apprécier. Je regrette cependant l’absence de Daenerys et de Jon. Le peu de passages leur étant consacrés sont assez mous, et l’on n’en apprend que peu sur eux.
D’autres personnages font leur apparition dans ce tome, certains pour peu de temps, d’autres pour rester. Mais, comme je vous l’ai dit, George R.R. Martin est particulièrement cruel avec eux et… tous sont sur la sellette.
La narration suit le même modèle que précédemment, c’est à dire en adoptant à chaque chapitre un point de vue différent selon le personnage mis à l’honneur. Nous passons donc d’un coin du royaume à un autre en quelques pages… J’apprécie particulièrement ce mode de narration, qui permet de mieux connaitre et de creuser chacun des personnages phares. Les pages coulent toutes seules, et l’on meurt d’envie de retrouver le personnage que l’on vient de laisser pour savoir ce qu’il va advenir de lui. Le vocabulaire employé par l’auteur est toujours en totale adéquation avec le monde qu’il a construit, j’adore. Certains parlent d’une difficulté à lire et à se plonger dans l’intrigue en raison des termes alambiqués dont George R.R. Martin fait usage. Je n’ai pas trouvé. Au contraire, nous sommes instantanément dans l’ambiance. C’est un véritable régal, quelle que soit la facette de cette série que l’on aborde.
Je ressorts de cette lecture aussi transportée, voire plus, qu’après avoir lu la première intégrale. Complots, trahisons, batailles et espoir sont au rendez-vous, pour nous offrir une formidable épopée fantastique. George R.R. Martin excelle dans son art, pour notre plus grand plaisir, et nous promet avec Le Trône de Fer des heures d’une lecture intense et passionnée. Je pense que vous l’aurez compris : c’est un coup de cœur.
  
  

5/5 : Coup de coeur !
     

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *