Les Emprunts de la semaine #3

Mes petits Marcassins,

Bonjour ! Qui dit nouvelle semaine, dit nouvelles BD ! Et la sélection de cette semaine est particulièrement chouette, il faut l’avouer. Bon, les photos seront restreintes, vu que j’ai totalement oublié d’en faire (petite tête ?), maiiiiis… Là n’est pas le principal, non ?

Cette semaine, j’ai donc lu…

Le Règne #1 : La saison des démons, par Sylvain Runberg et Olivier Boiscommun.

 

Et… J’ai adoré ! Ouiiii, ce premier tome m’a totalement conquise 🙂 Nous nous trouvons dans un monde post-apocalyptique, où la race humaine n’est plus… Ou plutôt si : bien qu’ils aient déserté la Terre (ou disparu, simplement ?), ils sont désormais considérés comme des dieux par les animaux peuplant la Terre, eux-mêmes doués d’intelligence et de parole. Alors que la saison des Démons approche, apportant son lot de calamités et de catastrophes naturelles, l’exode vers le Shrine, une mystérieuse cité, a commencé. Mais le voyage est dangereux : des hordes de pillards déferlent, attaquant le moindre convoi laissé sans défense. Engager une troupe de mercenaires aux crocs acérés ne semble donc pas dénué d’intelligence…
Je l’ai dé-vo-rée, que l’on soit bien clairs : entre le dessin qui m’a totalement charmée et un scénario parfaitement intense, je n’ai su faire qu’une bouchée de cette petite pépite. Que je me suis, d’ailleurs, empressée de mettre en bonne place sur mon mur spécial « coups de cœur » :3

Les cahiers d’Esther 1 & 2, par Riad Sattouf

 

C’est à l’occasion de la sortie du deuxième opus que j’ai découvert les aventures d’Esther, 10 ans, petite fille maligne à la langue bien pendue. Et si ce n’est pas un coup de cœur, je les ai trouvé très bien, ces albums : Riad Sattouf y mêle la candeur de l’enfance à ses réflexions parfois désarmantes que les enfants ont le chic de faire. Enfant… Et, finalement, plus tant que ça : car ce que décrit l’auteur, c’est aussi cette période de transition entre l’enfance et l’adolescence où les enfants sont rarement tendres entre eux, refusent d’être assimilés aux petits, allant jusqu’à la parodie pour s’en démarquer. Certaines planches m’ont faite sourire, d’autres m’ont émue, ou fait hausser les sourcils. Mais peu importe la réaction, au fond : Riad Sattouf aura su toucher chez moi une corde sensible !

Et voilà pour ces emprunts ! Le prochain n’arrivera pas tout de suite : j’ai quelques lectures plus urgentes à faire passer avant de me replonger en BD 🙂 Bonne journée mes petits !

Les emprunts de la semaine #2

 Mes petits marcassins,

Bonjour ! Plus que quelques heures d’efforts avant le week-end, SOYONS FORTS ! Avez-vous prévu quelque chose, d’ailleurs ? Une petite virée, un moment cocooning ? Ce n’est pas encore décidé, en ce qui nous concerne : reste à savoir si j’aurai le courage d’aller acheter une luge, histoire d’aller se dépenser un peu dimanche ^_^ Mais, PASSONS ! Ce n’est pas pour vous parler de notre programme des jours à venir que je suis là, mais bien pour vous présenter… Mes derniers emprunts 🙂 L’inventaire ayant eu lieu fin janvier, ceux-ci ont été bloqués quelques temps… Et reprennent désormais sur les chapeaux de roues ! Au programme, cette semaine : deux nouveautés, et un peu d’humour 🙂

Cette semaine, j’ai donc lu…

Shi #1 : Au commencement était la colère, par Zidrou et Homs

Et j’ai ADORÉ ! Ce premier tome est vraiment très, très prometteur : je l’ai dévoré en l’espace d’une petite heure :3 On y découvre deux époques : l’Angleterre victorienne, ainsi qu’un temps plus récent que l’on imagine être le XXIe siècle. Si la première prend bien plus de place que la seconde, le lien entre les deux se dessine à la toute fin de ce premier opus, aiguisant notre curiosité… La majeur partie de l’intrigue prend donc place en plein cœur de la première exposition universelle : une jeune femme de (très) bonne famille s’y rend pour la première fois, curieuse d’y découvrir les merveilles qui s’y cachent. Et sous la beauté des pavillons, c’est une vérité bien lugubre qu’elle va trouver : une jeune femme, visiblement placée là pour assurer le spectacle de l’exotisme, tient un nourrisson mort dans ses bras. Comment, qui, pourquoi ? Commence pour Jennifer Winterfield une véritable enquête, risquant de mettre à nue une Angleterre bien moins raffinée qu’elle n’aime à le paraitre…
Franchement ! En mêlant thriller et histoire, cette BD était plus ou moins sûre de faire mouche, du moins avec moi. Mais le scénario qui la sert est tellement prenant, les dessins et la colorisation tellement réussis… Que, je vous le demande : comment y résister ? J’avoue avoir été fort surprise de ne pas y trouver un tome plus… introductif : c’est souvent ce qui pêche dans les débuts de séries, l’intrigue souffrent de longueurs suite à la mise en place de l’univers et du contexte. Un problème que l’on ne retrouve guère ici, les planches défilant bien plus vite que l’on ne le voudrait. J’envisage donc très très sérieusement de l’acquérir définitivement… Nous verrons avec les tomes suivants !

Médicis #1 : Cosme l’Ancien – De la boue au marbre, par Peru et Lorusso

Que l’on se le dise, c’est essentiellement le nom de Peru qui m’a attirée vers cette nouveauté : je n’ai pas d’affinité particulière avec les Médicis, mais j’ai trouvé là un bon moyen d’en savoir davantage sur cette famille pour le moins incontournable. Ce premier tome, donc, nous livre les premières aventures de la dynastie, ou comment l’intelligence et la soif de pouvoir d’un homme leur a permis de passer du statut de petits bourgeois sans histoire à celui de banquiers renommés, pères de Florence. Et j’ai trouvé cela fort intéressant ! Le scénario tient vraiment bien la route, et si je n’ai pas été aussi conquise par le dessins que je l’espérais, je n’en ai tout de même fait qu’une bouchée. Pas d’achat en vue, donc (et encore, tout dépendra de la suite), mais les prochains tomes passeront également en emprunts !

Margaux Motin rencontre La femme parfaite est une connasse #2, par Margaux Motin, Marie-Aldine Girard et Anne-Sophie Girard

Il fallait bien un petit quelque chose pour se détendre, ne pensez-vous pas ? Et le fait est que c’est réussi : j’ai passé un sacré bon moment avec cet album. Je n’avais pas lu les deux livres à l’origine de cette adaptation en BD, ni le premier tome, d’ailleurs, mais j’ai trouvé celui-ci fort réussi : on ri, on se reconnait, bref… On passe un bon moment. Cela fait un bout de temps que je suis activement Margaux Motin, aimant particulièrement son coup de crayon et son humour assez décalé, et j’ai été ravie de la retrouver ici… Même Chéri s’y est plongé, alors qu’il a dédaigné les deux autres. C’est dire !

C’en est tout pour cette semaine : je réfléchis déjà sérieusement à ce que je vous présenterai dans les jours prochains 🙂
Bonne journée mes petits !

 

Les emprunts de la semaine #1

Hello mes petits marcassins !

Vous le savez (ou pas), je suis passée depuis le début de l’année au rayon BD (joie, bonheur et cotillons). Un rayon que je connais finalement assez peu, mais qui me rend très curieuse : j’ai donc décidé d’emprunter régulièrement de quoi améliorer ma culture en la matière. D’où ma présence ici : n’est-ce pas une merveilleuse occasion de vous faire partager mes découvertes ? Je ne sais pas quelle périodicité je pourrai donner à ce rendez-vous qui n’en est pas un, mais j’espère pouvoir le faire régulièrement, d’autant plus si cela vous plait 🙂 Nous verrons !

Cette semaine, j’ai donc lu…

Thésée et le Minotaure, issu de la série La sagesse des mythes dirigée par Luc Ferry.

 

Et j’ai beaucoup, beaucoup aimé ! Bon, je ne dois pas hyper impartiale sur ce coup, parce qu’en général, tout ce qui a trait à la mythologie… Ça me plait énormément. Et j’avais d’ailleurs ravie d’apprendre la parution de cette série ! Quatre BD sont pour l’instant parues : outre Thésée et le Minotaure, nous pouvons ainsi découvrir Prométhée et la boite de Pandore, Jason et la Toison d’Or et L’Iliade et la pomme de discorde. Évidemment, le format impose aux auteurs d’être concis, et c’est dans les grandes lignes que nous découvrons le mythe. Mais j’ai trouvé le rendu extrêmement chouette, et particulièrement ludique pour qui s’intéresse au sujet sans en savoir trop. Question public, oublions donc les érudits (et encore ! Les passionnés pourront bien sûr y trouver leur compte ! Reste à vérifier si les faits rapportés le sont avec exactitude, sans trop d’approximation)  et partons plus sur les curieux, à partir de… 15 ans me semble correct : certaines scènes sont tout de même assez crues. Reste à déterminer si les autres tomes seront aussi réussis que celui-ci !

Satanie, de Vehlmann et Fabien.

Là… J’ai moins aimé, autant vous le dire de suite. Avec Satanie, nous plongeons dans les profondeur de la Terre en compagnie d’une équipe de secours, chargée de ramener un jeune homme au but un peu particulier : prouver l’existence de l’enfer. Et, force est de dire que plus notre bande de joyeux lurons descend, plus les choses deviennent… Louches. Sans rentrer dans les détails, bien sûr. Alors, où est le problème ? Oui, j’ai trouvé certaines planches superbes, et les couleurs particulièrement réussies. Mais le dessins m’a laissée de marbre, de même que l’histoire. Au début, oui, j’ai trouvé l’idée intéressante ! Et puis je me suis perdue. Définitivement ‘_’

 L’épouvantable peur d’Épiphanie Frayeur de Gauthier et Séverine

Aurais-je gardé le meilleur pour la fin ? OH QUE OUI ! Gros coup de cœur pour cette petite BD jeunesse, qui plaira aussi bien aux petits (huit ans, je dirais) qu’aux plus grands ! Les dessins sont magnifiques, l’héroïne super attachante, l’histoire toute mignonne et riche en références diverses et variées et les textes de grande qualité. Ouf ! Franchement, je suis tombée sous le charme. Avez-vous vu ces planches ? En fait, je m’y serais volontiers perdue de nombreuses heures de plus, dans cette BD. Qui plus est, l’histoire parlera au plus grand nombre : qui n’a jamais eu peur ? De son ombre, ou d’autre chose ? Une peur énorme, irrationnelle, qui vous paralyse et prend toute la place ? A travers ce petit conte intemporel, nous suivrons donc les péripéties d’Épiphanie Frayeur qui cherche désespérément à s’en débarrasser, de sa peur… Et c’est simple : J’ADORE !

J’espère que cette petite sélection vous aura plu ❤️ Du love mes petits !