Top Ten Tuesday #108

C’est mardi, l’heure du TTT hebdomadaire ! Ne me retrouvant plus dans les sujets français, j’ai décidé de passer sur les originaux, à savoir ceux planifiés sur le blog The Broke and the Bookish 🙂 Le principe reste le même : proposer notre top 10 (ou 5, ou 20) de livres pour un thème prédéfini.

top-ten-tuesday

Le thème de la semaine :
Les 10 livres de notre PAL de printemps !

Et si je vous montrais ça en photo ?

Et non, une nouvelle fois je transgresse la règle et n’affiche pas 10 au compteur… Mais je pense avoir une bonne raison : j’ai volontairement omis d’y glisser tous mes SP en attente, et Dieu sait si je suis en retard si le sujet. Non, ces sept-là font partie de ma PAL profonde : j’ai bien lu Même par mort et Manesh, mais je tiens à m’y replonger avant de m’attaquer à la suite. Les cinq autres… Me promettent de belles découvertes, j’en suis sure ! J’espère réussir à tenir le rythme et à tous les lire d’ici juin prochain, en plus de mes lectures obligatoires. Croisons les doigts !

Et vous, quelle est votre PAL printanière ? Bonne semaine mes petits ❤️

In My Mailbox -4-

Mes petits marcassins,

Bonjour ! Le dimanche est-il ensoleillé, chez vous ? Chez nous, il sera quoi il en soit neigeux : nous montons, une fois encore ! Et pas seuls, cette fois-ci : ce sera fondue et luge avec les collègues :3 Mais avant, parlons acquisitions ! Ces derniers jours furent assez remplis, je dois bien l’avouer : ma BAL n’a pas désempli ! Et, à ma grande joie, j’y ai trouvé quelques petites pépites que j’attendais depuis foooooort longtemps : autant vous dire que mes prochaines semaines vont être fort remplies, et que je vais devoir améliorer un peu mon rythme de lecture si je souhaite tout lire dans les temps :3


*Un enfant s’est glissé sur cette photo, sauras-tu le retrouver ?*

Et vous, quelles sont les dernières nouveautés entrées dans votre PAL ? Faites-moi rêver !! ❤️

Les Emprunts de la semaine #3

Mes petits Marcassins,

Bonjour ! Qui dit nouvelle semaine, dit nouvelles BD ! Et la sélection de cette semaine est particulièrement chouette, il faut l’avouer. Bon, les photos seront restreintes, vu que j’ai totalement oublié d’en faire (petite tête ?), maiiiiis… Là n’est pas le principal, non ?

Cette semaine, j’ai donc lu…

Le Règne #1 : La saison des démons, par Sylvain Runberg et Olivier Boiscommun.

 

Et… J’ai adoré ! Ouiiii, ce premier tome m’a totalement conquise 🙂 Nous nous trouvons dans un monde post-apocalyptique, où la race humaine n’est plus… Ou plutôt si : bien qu’ils aient déserté la Terre (ou disparu, simplement ?), ils sont désormais considérés comme des dieux par les animaux peuplant la Terre, eux-mêmes doués d’intelligence et de parole. Alors que la saison des Démons approche, apportant son lot de calamités et de catastrophes naturelles, l’exode vers le Shrine, une mystérieuse cité, a commencé. Mais le voyage est dangereux : des hordes de pillards déferlent, attaquant le moindre convoi laissé sans défense. Engager une troupe de mercenaires aux crocs acérés ne semble donc pas dénué d’intelligence…
Je l’ai dé-vo-rée, que l’on soit bien clairs : entre le dessin qui m’a totalement charmée et un scénario parfaitement intense, je n’ai su faire qu’une bouchée de cette petite pépite. Que je me suis, d’ailleurs, empressée de mettre en bonne place sur mon mur spécial « coups de cœur » :3

Les cahiers d’Esther 1 & 2, par Riad Sattouf

 

C’est à l’occasion de la sortie du deuxième opus que j’ai découvert les aventures d’Esther, 10 ans, petite fille maligne à la langue bien pendue. Et si ce n’est pas un coup de cœur, je les ai trouvé très bien, ces albums : Riad Sattouf y mêle la candeur de l’enfance à ses réflexions parfois désarmantes que les enfants ont le chic de faire. Enfant… Et, finalement, plus tant que ça : car ce que décrit l’auteur, c’est aussi cette période de transition entre l’enfance et l’adolescence où les enfants sont rarement tendres entre eux, refusent d’être assimilés aux petits, allant jusqu’à la parodie pour s’en démarquer. Certaines planches m’ont faite sourire, d’autres m’ont émue, ou fait hausser les sourcils. Mais peu importe la réaction, au fond : Riad Sattouf aura su toucher chez moi une corde sensible !

Et voilà pour ces emprunts ! Le prochain n’arrivera pas tout de suite : j’ai quelques lectures plus urgentes à faire passer avant de me replonger en BD 🙂 Bonne journée mes petits !

Mummy Time : « … Et, t’as pas l’impression d’en faire trop ? »

Deux Mummy Time en si peu de temps ? Le blog vire doucement de bord ! Il faut croire que le besoin de parler est trop prégnant, que les questions se bousculent un peu trop ‘_’ Tout a débuté avec cette réflexion. Cette réflexion qui tombe comme un couperet, sans que tu t’y attendes, alors que tu discutes avec des personnes que tu ne connais finalement pas si bien que ça. Que tu discutes de quoi ? Mais, de ce que tu fais avec ton fils, pardi. Des coussins sensoriels que tu couds pendant ta pause de midi. Des ateliers Montessori. Des livres qui peuplent tes étagères, parlant de pédagogie positive. Des couches lavables, même. De tout ça, tout ce qui te rend heureuse. Et la réflexion, qui tombe :

« Mais, t’as pas l’impression d’en faire trop ? »

D’abord, l’interrogation. Trop de quoi ? Trop par rapport à quoi ? Je fais ce que je peux pour mon Bout’d’chou, à quel moment devrais-je me dire que c’est TROP ? Parce qu’il faut quantifier, en fait ? Je devrais le laisser vivre à côté de moi, et non avec ? J’avoue, je comprends pas.
Ensuite, la culpabilité. Parce que, ce qui est sous-entendu, c’est ça : « Mais, t’as pas l’impression d’en faire trop… T’as quelque chose à te reprocher ? » Et là, tu cogites. Oui, tu culpabilises de ne pas passer tout ton temps avec lui. De devoir le laisser chaque jour pour aller bosser, de ne pas pouvoir lui consacrer 100% de ton attention quand tu es avec lui, parce qu’il y a toute la maison à faire tourner. Tu culpabilises de ne pas avoir intégré TOUS les principes des pédagogies positive et Montessori, tu balises à l’idée de ne pas savoir lui donner confiance en lui. Tu culpabilises de ne pas savoir garder ton calme en permanence, surtout quand cela fait une demi-heure qu’il hurle sans que tu saches pourquoi, qu’il est 23h et que tu aimerais pouvoir te reposer un peu. Tu balises, culpabilises, pour tout et n’importe quoi. Alors peut-être que tu en fais trop, oui… Pour compenser.
Et puis… Le rejet. Merde, à la fin ! Je le prends comme un reproche, ce trop. Et je ne peux pas. Parce que oui, je fais un max de choses pour lui. Avec lui. Je lui prépare tous ses repas, des gâteaux qu’il mange au goûter à la brioche du matin, en passant par le poulet au curry et la quiche aux lardons. Je lui lave ses couches, pour qu’il soit plus à l’aise qu’en couches jetables, pour ne pas lui mettre des produits chimiques sur les fesses. Je me renseigne, j’apprends constamment, pour être la meilleure maman possible. Pour en faire un enfant épanoui et confiant. Je passe un maximum de temps avec lui. Je, mais c’est on, en fait : parce que Jo, c’est pareil. Et tout ça, ça a un coût. Un coût qui est lourd, que l’on a parfois du mal à assumer, mais que l’on oublie quand on voit son sourire. Un coût : moins, beaucoup moins de temps pour nous. Pour nos passions, pour nos moments à deux. Moins de temps pour se reposer, moins de temps pour flâner. Pour lire, bloguer. Pour dormir, aussi. Un coût qui me fait parfois craquer, mais que je ne voudrais pour rien au monde réduire : parce que ce petit bout, c’est de loin de la plus belle chose qu’on ai faite. Et qu’il mérite amplement tout ce que l’on fait pour lui. Un coût, donc, que j’assume pleinement. Mais pas quand on m’envoie dans la face ce TROP. Ce trop qui hurle et tourne en boucle dans ma tête, ce trop qui me pousse à tout remettre en question : et si je me plantais. Et si… ET SI. Et si quoi ? Et si ce n’était pas la peine ? Et si ça ne servait à rien ? Et si j’étais stupide d’avoir ces principes ?
Aujourd’hui, c’est un Mummy time, oui. Mais aujourd’hui, c’est aussi la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Et aujourd’hui, moi ce que je réclame, plus que l’égalité des salaires, l’égalité des sexes, l’égalité tout court, c’est qu’on NOUS FOUTE LA PAIX. À nous, les femmes, mais aussi aux mères. Qui sont constamment dans l’obligation d’être parfaites, d’avoir une maison bien tenue, de faire des bons petits plats, d’habiller leurs enfants avec les plus beaux vêtements, d’être polies et gentilles en toute circonstances. Mais aussi, d’être d’excellentes épouses ET employées. Parce qu’on l’a voulu cet enfant, enfin ! Être mère ne doit pas être un poids, un handicap. Être mère ne doit pas être une excuse à une fatigue toujours un peu trop présente. Être parfaites, donc, mais pas trop quand même. Parce que c’est suspect, après. Je parle de Montessori ? On me demande si je fais partie d’une secte. J’avoue à demi-mot allaiter encore Malo ? On me regarde d’un œil bizarre, jetant un petit « mais ça ne se fait pas » bien senti. Du coup, je ne parle plus. Du moins, je choisis à qui. Parce qu’on en rencontre, des gens, qui vont simplement s’intéresser à ce que tu fais, chercher à comprendre pourquoi, comment, sans jugement. On en rencontre plein. Mais on rencontre aussi les autres, ceux qui te regardent d’un œil noir, qui vont toujours trouver à te dire que, ce que tu fais, ce n’est pas assez… Ou c’est trop. Et c’est pour ça que j’écris ici, aujourd’hui, même si ce n’est sans doute pas le lieu : parce que quand vous êtes capables de faire abstraction de tout ça, ce n’est qu’un peu pénible. À la longue, cela devient franchement agaçant. Mais quand vous prenez tout de plein fouet, remettant absolument TOUT en question, cogitant et cogitant encore, sans répit, ça fait mal. Une fois, deux fois… Certains d’entre vous le savent, j’ai relativement peu confiance en moi. Et Malo, c’est mon plus grand sujet d’inquiétude. Je veux bien faire, mais je n’ai pas de manuel pour réussir à coup sûr. Et ça m’angoisse, terriblement. Alors, la petite réflexion à la noix dans le style du « Et, t’as pas l’impression d’en faire trop ? »… Très peu pour moi et ma relative tranquillité d’esprit.
Aujourd’hui, je ne demande rien d’autre que d’être rassurée, finalement. Elle est où, la Haute Autorité des mères qui te dit « Allez, garde le cap, tu fais du bon boulot ! » ? Parce que, je vous le dis, si on avait ce genre de petit rappel régulièrement, on serait peut-être moins sur les rotules. On se poserait moins de questions, on profiterait davantage du moment présent. Alors, à toutes les mères qui passez par ici : vous faites du bon boulot. Du très bon boulot, j’en suis intimement convaincue. Même si le quotidien n’est pas toujours simple à assumer, même si on a parfois envie de tout envoyer balader. Même si… Vous êtes femmes, mères, peut-être pas parfaites aux yeux de la société, mais aux yeux de votre enfant… Bien sûr que si.

Du Love, et pardon pour la digression, les propos sans queue ni tête, et tout le reste. Aujourd’hui, c’était atelier défouloir 🙂

Bilan du mois de Février

Mes petits marcassins,

BONJOUR ! Je dois vous avouer une chose : ce bilan a bien failli ne jamais voir le jour. J’avais tout bonnement… Oublié que nous étions déjà à la fin du mois ‘_’ Oui, le timing et moi… C’est pas trop ça ! Bon, je ne vous referai de laïus comme quoi « c’est passé trop vite », « je n’ai rien eu le temps de faire » « Je vais finir par avoir des cheveux blancs avant d’avoir pu dire ouf » et tutti quanti : c’est la même rengaine à chaque fois ! Prenons-en notre parti, et acceptons de n’être que les victimes innocentes d’un vaste complot visant à nous faire croire que les journées font vingt-quatre heures, quand elles en font en réalité à peine douze. C’EST UN FAIT !
… Bref. Quel mois mes petits, quel mois ! Je maintiens un rythme plus ou moins égal de lectures avec cinq livres lus (et des BDs, mais je ne les compte pas), ce qui me satisfait tout de même pas mal… Étant donné que notre quotidien est bien rempli : nous sommes sortis chaque dimanche explorer les stations du coin (LA NEIGE !), et nous tenons le bon bout en ce qui concerne les couches lavables : elles sont définitivement adoptées ! Je vous en parlais d’ailleurs juste ici 🙂 Ce mois aura également vu la parution de l’interview (il était temps !) de Brandon Sanderson, un petit concours ayant été organisé pour l’occasion : les gagnants sont d’ores et déjà désignés, il ne me reste qu’à envoyer les lots ! Malo s’est finalement distingué par son langage s’améliorant sans cesse, et nous sert désormais des petites phrases de son cru (que nous sommes les seuls à comprendre, évidemment). Un mois riche, je vous le disais !

Côté lectures

Cinq livres, donc, comme le mois dernier ! C’est pas fou, mais la faible quantité se compense par la grande qualité des ouvrages dévorés : deux coups de cœur, et trois excellentes lectures ! Franchement, peut-on rêver mieux ? Je me suis ainsi régalée avec Sénéchal et le cinquième tome des Gardiens des Cités Perdues, qui m’ont tous deux plongée dans les affres du manque sitôt la dernière page tournée. Fantasy médiévale et complots politiques pour le premier, fantasy jeunesse, aventures à gogo et héros inoubliables pour le second… Que du bon, vous dis-je.
Petit dépaysement ensuite avec Les papillons géomètres, une petite fantasy spirite ma foi fort agréable, et gros moment de bonheur avec une lecture terminée hier, Chasseurs de livres : la chronique arrive vite, promis, mais je peux déjà vous dire que j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce premier tome jeunesse ! Enfin, très, très bon moment avec The Curse, un premier tome également, nous présentant cette fois-ci une romance sur fond de fantasy mi-médiévale mi-orientale. J’ai adoré !

Côté acquisitions

Il faut dire ce qui est : c’est carrément la Bérézina. Pour ma PAL et non pour mon porte-monnaie, ceci dit : j’ai eu le plaisir de recevoir ma carte cadeau FNAC (merci Père Noël) et… Je me suis fait plaisir. Un peu, beaucoup, passionnément. D’où mon besoin de refaire des IMM réguliers, histoire de ne pas vous balancer ça d’un coup ! Quoi qu’il en soit, ce ne sont pas moins de onze livres qui sont entrés dans ma PAL, ainsi que quatre plus orientés pédagogie et cie. Bon, pour nuancer, six d’entre eux sont des SP, un m’a été offert (Merci Chéri !), et les autres… Hum. Je vous montre ?

Prévisions livresques

Si je vous lire tout ce qui me passe par la tête, il va falloir CRAVACHER ! Bon, Février est une petite arnaque avec ses vingt-huit jours, certes, mais je doute de réussir à lire dix livres de plus en mars. Il va falloir… Trouver un moyen. Arrêter de bosser, peut-être ? Enfin, passons. Au mois de mars, seront donc lus, de source sûre : Winter People (je m’y plonge d’ailleurs ce soir, sur les conseils d’une adorable personne bien intentionnée), Le sixième sommeil et Les Seigneurs de Bohen. Comme je vous le disais, j’aimerais lire les deux autres romans d’Estelle Faye que je possède dans ma PAL, à savoir Porcelaine et La Voie des oracles. Et après… Après, je ne dis rien, parce qu’il y a au moins MILLE livres qui me tentent atrocement. Genre… Sorcières Associées, la suite de Lux, Mes vrais enfants… MILLE, au moins !

 

Je vous souhaite à tous un excellent mois de Mars mes petits choux, ainsi que de superbes lectures ! À très vite ❤️

 

{Mummy Time} On a testé… Les couches lavables !

Mes petits marcassins…

BONJOUR ! Comment allez-vous ? Fin prêts pour une nouvelle journée d’aventures ? Ici, le programme ne bouge pas d’un iota : boulot de 11h à 20h, autant vous dire que, pour l’aventure… C’est vite vu. Mais cela ne m’empêchera pas de vous mitonner un petit article dès l’aurore, histoire de vous mettre quelque chose sous la dent ! Le titre de celui-ci en déconcertera d’ailleurs peut-être plus d’un, étant donné le rapport peu évidemment avec les livres. Et, de fait… Il n’y en a pas. Aucun. Nada. Mais… J’avais envie ! J’avais envie, étant donné que je vous parle régulièrement de notre lutte pour baisser nos déchets, que Boubou a une place que l’on pourrait qualifier d’omniprésente (juste) dans nos vies, BREF, j’avais envie. Cela fait un bout de temps que je n’avais pas fait de Mummy time, le moment est venu de changer ça !

Quand, comment, pourquoi ?

Si vous suivez bien, p’tit Bout a désormais 18 mois. Qu’est-ce qui a bien pu, après autant de temps passé en couches jetables, nous convaincre de passer aux lavables ? Un ras-le-bol, tout simplement. J’en avais marre de voir nos poubelles déborder, exhalant une odeur tout à fait putride. J’ai donc commencé à y songer très sérieusement… Avant de me décider en prenant connaissance du rapport de 60 millions de consommateurs, celui-ci nous démontrant par A + B que nous mettions un concentré de produits chimiques sur les fesses de notre bébé depuis le début. Alors même que nous avions choisi Pampers pour la prétendue « qualité » de leur produit. J’en ai donc parlé avec Chéri (qui n’a pas vraiment eu le choix, si je dois être tout à fait honnête), avec la nounou (à qui je ne voulais pas imposer quelque chose qui lui aurait déplu) et… BANCO.
Après moult recherches, mon choix s’est finalement porté sur les Best Bottom Diaper, marque américaine. J’avoue que j’aurais préféré acheter français, mais les marques en présence ne m’ont pas convaincue… Et n’ayant pas envie d’acheter un panaché de couches pour faire mon choix entre les différentes marques et systèmes (ce qui est tout de même fortement conseillé, telle ou telle couche pouvant ne pas convenir à chaque bébé), j’ai décidé de la faire quitte ou double…

Verdict ?

Verdict, on est conquis ! Voici comment l’on s’est équipé : sept couches TE2 (on ne change que l’intérieur de la couche, l’enveloppe extérieure se réutilise toute la journée), 25 inserts (c’est la partie absorbante), et 7 doubles pour la nuit. Nous avons également des doublures pour nos sorties, et des voiles de protection (de la marque Zébio – on a testé les Popolini, mais p’tit Chou y a fait une réaction plus ou moins allergique) que l’on jette dans les toilettes s’ils sont salis, ou que l’on lave si Boubou n’a fait qu’un pipi. Techniquement, voici comment ça se passe : on attrape l’enfant, on on change l’insert et le voile, on lui en remet un propre, on rince ce qui est souillé avant de le mettre dans la machine… Que l’on fait tourner, approximativement trois fois par semaine. Oui, ça fait des machines. Mais étant donné que les inserts et les voiles passent sans problème au sèche-linge, nous ne sommes pas vraiment envahis de linges. Oh, j’en vois certains venir « Tu veux réduire tes déchets, mais t’as vu l’énergie que tu consommes avec tes lessives ?! ». Bon, déjà, on en faisait deux par semaine, des lessives. Donc une de plus ou de moins… D’autant que l’on a acquis, à peu près en même temps que les couches, un truc formidable qui s’appelle des balles de lavage. En gros, ce sont des petites boules vertes, qui sont censées reproduire un mouvement de battage assurant au linge d’être mieux lavé en utilisant moins de lessive. Et mieux essoré, séché aussi ! Exit, donc, les programmes longs à plus de 40°… Ces balles, elles, se réutilisent à l’infini. Investissement minimum pour un super rendu !
Alors oui, c’est sûr, ça prend plus de temps que de jeter une couche à la poubelle avant d’en remettre une neuve et de passer à autre chose. Mais… J’apprécie TELLEMENT d’avoir rompu avec ma poubelle de salle de bain ! Si Boubou a été un peu interloqué la première fois qu’on lui a mis une couche lavable (l’encombrement est un peu plus gros, impossible de le nier), il s’y est vite habitué. Je crois même qu’il les aime bien, ses dessous avec de jolis dessins 🙂 Autre point non négligeable : ses fesses, elles, apprécient vraiment. Quand il a fait sa réaction allergique aux voiles, il les avait en sang. On ne s’est pas posé de questions, on lui a de suite remis des couches jetables… Avant que je me décide à lui mettre la couche telle quelle, sans voile. Et, miracle ! Alors que son passage en jetable n’avait rien arrangé, au contraire, il n’a suffit que d’une journée pour que tout redevienne normal. Il faut dire que la face coton/polaire est assez agréable au toucher 🙂

Et la suite ?

La suite, on y est déjà : nous sommes passés aux cotons lavables. En polaire, s’il vous plait ! Et quand je dis on, c’est on : Boubou en a vingt-quatre pour lui, moi douze. Terminé, les cotons jetables ! Bon, j’avoue qu’on garde quand même un paquet de secours : Chéri ne s’y est pas encore mis, je ne vais pas imposer ça à la nounou, et c’est toujours bien en cas de… Hum, gros accident. Mais l’idée est là, et le principe me plait. Alors, c’est vrai : l’investissement de départ est important. Pour nous, 400 € (couches et cotons, tout confondu). Parce que nous n’avons acheté que du neuf, quand on trouve de l’occas’ en très bon état et à des prix très raisonnable. Je me demande d’ailleurs si je ne vais pas revendre mes doublures, qui ne nous servent pas à grand chose : je trouve ces couches très absorbantes ainsi. Ceci dit, l’impact financier est fortement amoindri quand on pense aux couches lavables que l’on doit acheter (non, on ne tourne pas sur trois changes par jour avec Malo, mais plus six ou sept. Je vous laisse imaginer le nombre de couches nécessaires jusqu’à ce qu’il soit propre, mettons… Dans un an !), mais aussi au fait qu’elles serviront aussi pour le prochain petit Bouchon. Dès le début, je ne sais pas (les mamans de bébés allaités sauront pourquoi), mais je pense que oui : nous verrons le moment venu !

Il nous reste encore beaucoup, beaucoup d’efforts à faire : quand je regarde la montagne de sujets à retravailler, je me sens parfois découragée. Laver les couches, préparer tous les repas en respectant l’équilibre alimentaire, faire ses gouters maison, essayer d’acheter le moins de produits industriels possibles… Et pourtant, ça ne suffit pas. Pourtant, je fais encore mon acheteuse compulsive trop souvent (on reste sur les livres, maiiiis) alors même que je souhaite me désintoxiquer de cette société de sur-consommation, je n’ai pas encore trouvé où faire mes courses pour ne pas récupérer un maximum d’emballages plastiques, je devrais faire mes cosmétiques maison… Bref, des petites choses à prendre les unes après les autres pour y arriver, mais qui m’angoissent terriblement quand je pense à mon impact actuelle sur la planète. Mais ce que j’espère, avant tout autre chose, c’est d’arriver à sensibiliser Malo sur le sujet 🙂 Croisons les doigts !

Et vous, quel est votre avis sur les couches lavables ? Avez-vous des petites astuces pour réduire votre impact environnemental ? Dites-moi tout ❤️

Im My Mailbox -3-

Mes petits marcassins,

Bonjour ! J’espère que le soleil est de la partie chez vous aussi, ici il brille depuis ce matin ! Nous en avons donc profité pour aller découvrir une nouvelle station, histoire de se dégourdir les jambes :3 Ce qui explique cet IMM tardif… Mais non moins rempli ! Les semaines se suivent et se ressemblent en ce qui concerne ma PAL : les nouveautés affluent :3 Et si j’ai un peu craqué, ce n’est -pour une fois- pas pour des romans ! Je continue à me faire une petite bibliothèque spéciale Malo, en mettant cette fois-ci l’accent sur la pédagogie positive. Et j’apprends beaucoup ! Pour autant, quelques pépites sont venues s’ajouter aux autres : je suis d’ores et déjà plongée dans The Curse, et Les Seigneurs de Bohen ne tardera pas à y passer aussi 😀

Je vous souhaite à tous une excellente fin de dimanche, et une superbe semaine ! Du love mes petits ❤️