La messagère du ciel, Lionel Davoust (Les dieux sauvages #1)

Couverture réalisée par Alain Brion

L’histoire : Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.
Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

Mon avis : ET BIEN ! Deux grosses, grosses semaines que Mériane me tient compagnie. Cela fait bien longtemps que je n’avais pas mis aussi longtemps pour lire un livre ‘_’ Il faut bel et bien se rendre à l’évidence : je suis en plein dans une grosse, grosse panne livresque !
Ceci dit, ce n’est pas pour autant que je n’ai pas apprécié ma lecture : au contraire, même, ce premier tome m’a beaucoup, beaucoup plu : j’y ai trouvé un univers foisonnant et une écriture riche, mettant en valeur des personnages complexes. L’intrigue a su me tenir en haleine, là où j’aurais sans doute abandonné un ouvrage moins prenant : l’exploit était difficile à atteindre Monsieur Davoust, mais vous l’avez fait !
L’intrigue, parlons-en : elle est tentaculaire. Tentaculaire, et difficilement réductible à un simple résumé… Mais essayons tout de même : celle-ci prend place en Rhovelle, un royaume réunissant sept duchés, et parcouru de zones dites instables, où des bulles de magie brute font des ravages. Vestige du chaos s’étant abattu sur l’Empire corrompu d’Asrethia, ces Anomalies transforment tout être vivant s’y frottant en une immonde mutation mêlant chair et métal, laissant bien plus souvent le malheureux plus mort que vif. Mériane, trappeuse de son état, s’y entend particulièrement pour s’en tenir le plus éloignée possible : vivant à l’écart des hommes, elle est devenue experte dans l’art d’écouter son sixième sens pour échapper au danger. Et pourtant, rien ne pouvait la préparer à ce qu’elle allait vivre : contre son gré, c’est bien elle qui va se retrouver au beau milieu d’une terrible confrontation entre deux puissances divines : Wer, dieu révéré par le clergé de la Rhovelle, ayant pourtant décidé de faire payer aux hommes les erreurs de leurs aïeux en créant ces Anomalies, et Aska, dieu du chaos. Bien décidées à régner sans partage sur cette terre, les deux entités se lanceront dans une guerre sans merci… Où les hommes ne seront que de simples pions.
Hum. Je vous avoue que c’est quand même pas mal frustrant, cette affaire. Parce qu’il y a tant à dire ! Tant à dire, si l’on ne veut pas avoir l’impression de rogner misérablement cette intrigue gigantesque ! Gigantesque; d’abord, parce que Lionel Davoust choisit de la placer à plusieurs niveaux : avec ces deux Dieux, d’abord, que l’on va retrouver de manière récurrente tout au long du récit, qu’ils interviennent directement dans le monde des hommes ou se livrent à des joutes orales effrénées. Avec les hommes, ensuite, qui ne se préoccupent guère des manigances divines pour mieux se concentrer sur leurs propres petites bassesses : quête de pouvoir, complots et trahisons… Pas de doute, nous nous trouvons bel et bien dans un roman de dark fantasy, où les thèmes abordés sont aussi sombres que les personnages. Enfin, loin de se contenter de ne développer que quelques personnages de-ci de-là, l’auteur décide au contraire de nous fournir une galerie de portraits très détaillée, couvrant la totalité du territoire mis en lumière : qu’il s’agisse des sbires d’Aska sur la cordillère Egide, de Meriane et de ses déboires, des conseillers crapuleux de la Reine et j’en passe… On pourrait s’y perdre, si ce n’était pas si bien mené : les fronts sont nombreux, et pourtant Lionel Davoust nous y guide avec une aisance incroyable. Certains personnages sont évidemment développés davantage que d’autres, mais la qualité règne partout : tous sont bien plus complexes, fouillés et travaillés qu’on ne pourrait le croire de prime abord, et je me suis régalée à les voir évoluer et gagner en profondeur au fil du récit. Mériane, notamment, m’a beaucoup plu : comment résister à cette jeune femme qui dénote tant de l’époque dans laquelle elle vit ? Son franc-parler m’a laissée admirative, il faut l’avouer (je rêve secrètement d’avoir autant de repartie !). Mériane, donc, mais pas que ! Que dire de Leopol, Chunsen, Ganner, Juhel… ! Si l’on ne perd pas notre mauvaise habitude de leur coller à tous une étiquette sitôt qu’on les croise dans le récit, l’auteur s’amuse à battre et rebattre ses cartes en permanence : nul n’est ce que l’on croit, et l’on va de surprise en surprise. Autant vous dire que… J’ai adoré. Adoré me perdre à leurs côtés, adoré les suivre, les voir se débattre au milieu de ce combat qui les dépasse. Adoré rager, trépigner, gronder. Oui, oui.
Mais ce que j’ai surtout aimé, c’est la richesse du background : l’univers créé par Lionel Davoust est d’une complexité folle, et il nous abreuve constamment de détails mythologiques, religieux, sociétaux, topographiques… Tout, absolument tout y passe : vous vouliez vous immerger corps et âme dans votre roman ? Celui-ci sera parfait pour cela ! Découvrir cette société profondément inégalitaire m’a fascinée, et j’ai absolument ADORÉ toutes les pistes de réflexions que l’auteur soulève au fil de son intrigue. Le roman n’en sort que grandit, et moi… Moi, je suis comblée ! De même, j’ai particulièrement apprécié le côté post-apocalyptique de l’univers : mais qu’y avait-il avant ? Je ne peux empêcher mon esprit de se poser mille questions, et ne peut qu’espérer y trouver des réponses très bientôt…
Ajoutez à cela une intrigue foisonnante et fascinante, qui ne connait aucun temps mort malgré l’épaisseur de la bête (on atteint presque les 700 pages, c’est dire !) et qui, mieux, sait nous faire aussi bien gémir, rire, pleurer, que pester, et vous aurez une idée de la raison qui m’a poussée à ne pas abandonner mes moments lectures ces derniers jours. Enrobez enfin tout cela d’une plume ciselée et efficace, se prêtant aussi bien aux descriptions proprement affreuses des sbires d’Aska et de leurs méfaits, qu’aux moments bien plus émouvants qui n’ont pas manqué de me serrer le coeur, et vous comprendrez vraiment pourquoi cette lecture m’a tant touchée. Alors, merci m’sieur Davoust, merci pour tout. Et… Vivement la suite !

En bref, un premier tome passionnant, qui aura su me faire passer outre une vilaine panne de lecture. Vivement, vivement la suite !


On en redemande !

Retrouvez les différents interviews de Lionel Davoust sur Book en Stock, où nos chères Dup et Phooka nous ont une nouvelle fois accueillis pour un merveilleux Mois De ! Un grand, grand merci à elles !

Les Seigneurs de Bohen, Estelle Faye

Couverture par Marc Simonetti

L’histoire : « J’avais seize ans quand j’ai quitté la steppe. Mais je ne vais pas vous narrer mon histoire. Je ne vais pas non plus vous relater les exploits de grands seigneurs, de sages conseillers, de splendides princesses et de nobles chevaliers. Je croyais, quand j’étais jeune, que c’était dans ce bois qu’on taillait les héros. Je me trompais. Je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l’escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wenceslas le clerc de notaire, condamné à l’enfer des mines, et qui dans les ténèbres trouva un nouvelle voie… Et de tant d’autres encore, de ceux dont le monde n’attendait rien, et qui pourtant y laissèrent leur empreinte. Leur légende. Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra. »

Mon avis : … Je crois que je pourrais me contenter de faire un article blanc, avec un immense COUP DE CŒUR en plein milieu, histoire que vous compreniez bien l’effet que ce livre a eu sur moi. Mais, outre le fait que ce ne serait plutôt pas pro, j’ai BESOIN de vous en parler. BESOIN de vous dire pourquoi ce livre m’a chamboulée, BESOIN de vous dire à quel point il faut que vous le lisiez. BESOIN, surtout, de vous dire que je ne remercierai jamais assez Book en Stock et les édition Critic pour m’avoir permis de découvrir cette pépite à laquelle je ne m’attendais absolument pas. BESOIN de remercier Estelle Faye, pour nous offrir un récit aussi riche qu’enivrant. Tout ça, et plus encore…
Très honnêtement, je ne sais pas si je dois me lancer dans l’exercice ardu du résumé, d’autant que l’intrigue de ce petit pavé ne saurait contenir en quelques lignes succinctes. Estelle Faye nous offre une plongée en Bohen, une Terre faite de guerres et de conflits, d’intrigues politiques et de magie ancestrale. Aujourd’hui gouvernée par des Hommes ayant interdit la pratique de cet art païen, elle était jadis aux mains des Wurms, créatures difformes ayant apprivoisé les Dracs. Chassés par ceux-là mêmes qu’ils avaient réduis en esclavage, ils ont laissé une empreinte indélébile sur Bohen, une cicatrice purulente à l’odeur nauséabonde. C’est dans cet univers que nous rencontrons une multitude de personnages : Estelle Faye nous offre en effet un roman choral, bien que la narration soit effectué par un personnage bien précis. Personnages, donc, éparpillés aux quatre coins de l’Empire et n’ayant, vraisemblablement rien à voir les uns avec les autres. Pourtant, tous ou presque finiront par poursuivre un même but : faire de Bohen un autre monde, et rétablir une vérité depuis longtemps oubliée…
… Ce roman est ÉPOUSTOUFLANT. Et je pèse mes mots. Vous le savez, j’ai lu tout récemment Porcelaine, d’Estelle Faye également. Un conte d’inspiration asiatique qui m’avait beaucoup, beaucoup plu. Mais que dire, dans ce cas, de celui-ci ? Après une semaine où je me suis plongée à chacun de mes temps libres dans ce récit mené d’une main de maitre, je ne sais plus trouver mes mots : l’auteure m’a coupé la parole, laissée orpheline. Son intrigue m’a captivée, ensorcelée, hypnotisée : rares sont les romans de fantasy à être aussi aboutis, aussi merveilleusement menés. L’auteure ne laisse rien au hasard, et tisse avec intelligence et habileté une toile qui nous laisse abasourdis. Les détails sont pensés, pesés, toujours avec une justesse millimétrée. Séduite dès les premières lignes, j’ai été tout à la fois ravie et admirative de voir avec quelle maestria Estelle Faye réunissait finalement tous les pans de son intrigue pour nous servir sur un plateau un roman complet, complexe et… Émotionnellement surpuissant, puisqu’il faudra bien y venir : j’ai lu les cinquante dernières pages en pleurant à chaudes larmes, quasiment incapable de distinguer les mots filtrant à travers mon regard brouillé. Tout cela pour une simple et bonne raison : l’auteure nous livre des portraits d’hommes et de femmes extrêmement crédibles et attachants, et ne les ménage pas… C’est même le moins que l’on puisse dire. Ne vous y trompez pas ! Nous sommes bel et bien dans un roman de dark fantasy : tous, je dis bien tous, ont leur part d’ombres et de lumière, tous sont loin d’être des modèles de sainteté. Mais tous sont croqués avec une justesse incroyable, rendant leur portrait d’une vitalité vibrante. Je me suis attachée à chacun d’entre eux, de Sorenz à Sainte-Étoile, de Maëve à Sigalit, de Janosh à Wens en passant par Lantane… Et tous les autres, tous ces autres qui, à un moment ou à un autre, pénètrent avec force dans ce roman, y ajoutant toujours un peu plus d’émotions, un peu plus d’humanité. Estelle Faye crée des personnages forts, loin de tout manichéisme et, surtout, loin de tout clichés : fonctionnant essentiellement en duos, ils m’ont tous émue par la pureté de leurs sentiments, la justesse de leurs réactions. J’avoue avoir été surprise du chemin qu’empruntait l’auteure quant à ces duos, celui-ci étant rarement abordé en fantasy (du moins, dans le romans que j’ai pu lire jusqu’à présent…), mais je n’ai tout simplement rien à y redire : ce vent de fraicheur m’a fait un bien fou, et j’ai trouvé cela… Beau, tout simplement. Toutes ces rencontres un peu dues au hasard, ces sentiments à l’œuvre, ces relations aussi improbables que touchantes… Oui, j’ai été subjuguée. Subjuguée, aussi, parce qu’Estelle Faye crée des personnages terriblement réels : non, leurs décisions ne sont pas toujours sages, censées. Non, ils ne sont pas parfaits. Non, ils ne rentrent pas dans le moule que l’on trouve habituellement dans le genre, ce personnage emblématique qui ne fait jamais, JAMAIS le moindre faux pas. Des faux pas, ils en font. Beaucoup. Et prennent des chemins auxquels nous n’aurions pas songé un instant : Maeve, par exemple, m’a assise, je ne pourrais dire mieux. Me serais-je attendue à cela ? JAMAIS. JA-MAIS.
Une fois encore, j’ai l’impression de vous offrir une chronique terriblement décousue, qui veut tout et rien dire à la fois. Mais, comprenez-moi : je tiens là, sans hésitation, ma plus belle lecture de ce premier trimestre. En lice pour l’année, et très bien placée, m’est avis. Et pourtant, j’en ai eu, des coups de cœur ! Mais, force est de le dire, rien d’aussi… D’aussi parfait. Mon cœur en souffre encore, mes yeux sont toujours humides, et mes mains se trainent misérablement vers mon roman laissé là, sur le canapé, comme posé un instant pour être repris dans quelques secondes. Je suis tombée amoureuse d’un livre, oui, de ses personnages, surtout, de son intrigue, aussi. Je suis tombée amoureuse d’une plume pleine de poésie, et la rupture est cruelle. Je suis tombée amoureuse des Seigneurs de Bohen, de ce livre que je mettrais volontiers dans les mains de tout le monde, si je n’avais envie de le garder encore un instant pour moi. De ce livre dont j’attendais beaucoup, et qui m’a apporté plus encore. Alors oui, Estelle, merci, merci, merci. ❤️

En bref, COUP DE CŒUR pour ce roman à la fois puissant, merveilleux, et magnifiquement conté. A mettre dans toutes les mains, sans hésitation aucune !


Coup de cœur !

Retrouvez tous les articles sur Le mois d’Estelle Faye chez Book en Stock ❤️