Le mois de… Lionel Davoust !

Mes petits marcassins,

BONJOUR ! Et… Un nouveau mois qui commence sur les chapeaux de roue ! Car oui, vous l’avez deviné, ce mois-ci encore… J’ai l’honneur de participer au fameux Mois de organisé chez Book en Stock 🙂 Et, pour ne pas changer, nos chères Dup et Phooka nous gâtent plus que de raison ! Au mois de juin, nous aurons donc le plaisir de cuisiner Monsieur Lionel Davoust (que j’ai eu l’occasion de rencontrer aux Imaginales, et je crois qu’il ne mord pas !), et notamment sur son petit dernier, Les dieux sauvages. Cela fait maintenant deux petites semaines qu’il me fait clairement de l’œil, et j’ai dû réfréner mon envie dévorante de le faire passer avant d’autres lectures (très) urgentes. Heureusement, il passera bientôt à la casserole :3

Le résumé : Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal.Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

En attendant, je vous laisse donc retrouver la page facebook de nos hôtes, leur blog, ainsi que sur leurs deux chroniques du bébé, celle de Dup ici, et celle de Phooka !

On se retrouve très vite mes petits ❤️

Le mois de… Nathalie Dau !

Mes petits marcassins,

Bonjour ! Et pardonnez mon manque de présence ici (cela fait un bout de temps que je n’ai pas pu répondre à vos petits mots), les journées ont été chargées : un projet (assez lourd, puisqu’il faut l’avouer) se met en place, doucement mais surement… Afin de remédier à une situation professionnelle qui me pèse de plus en plus. J’espère pouvoir vous en dire davantage très bientôt ! Mais nous sommes pas là pour cela aujourd’hui.. Non, aujourd’hui nous parlons fantasy, fantasy française qui plus est ! Comme le mois dernier, j’ai l’honneur de participer à fameux Mois de organisé par nos très chères Dup et Phooka, qui mettra à l’honneur en avril…

NATHALIE DAU !

Après mon coup de cœur pour Source des tempêtes, autant vous dire que j’ai bien du mal à contenir ma joie : il est l’heure de découvrir la suite des aventures de nos héros ! Je m’y plongerai d’ailleurs sans tarder : je vais passer quelques jours chez mes parents, et ensuite… BANCO ! N’hésitez pas à aller faire un tour sur la page FB de ces dames, sur leur blog, ou encore sur l’article consacré à ce mois de qui s’annonce fabuleux, afin de suivre tout cela !

❤️❤️❤️

Les Seigneurs de Bohen, Estelle Faye

Couverture par Marc Simonetti

L’histoire : « J’avais seize ans quand j’ai quitté la steppe. Mais je ne vais pas vous narrer mon histoire. Je ne vais pas non plus vous relater les exploits de grands seigneurs, de sages conseillers, de splendides princesses et de nobles chevaliers. Je croyais, quand j’étais jeune, que c’était dans ce bois qu’on taillait les héros. Je me trompais. Je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l’escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wenceslas le clerc de notaire, condamné à l’enfer des mines, et qui dans les ténèbres trouva un nouvelle voie… Et de tant d’autres encore, de ceux dont le monde n’attendait rien, et qui pourtant y laissèrent leur empreinte. Leur légende. Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra. »

Mon avis : … Je crois que je pourrais me contenter de faire un article blanc, avec un immense COUP DE CŒUR en plein milieu, histoire que vous compreniez bien l’effet que ce livre a eu sur moi. Mais, outre le fait que ce ne serait plutôt pas pro, j’ai BESOIN de vous en parler. BESOIN de vous dire pourquoi ce livre m’a chamboulée, BESOIN de vous dire à quel point il faut que vous le lisiez. BESOIN, surtout, de vous dire que je ne remercierai jamais assez Book en Stock et les édition Critic pour m’avoir permis de découvrir cette pépite à laquelle je ne m’attendais absolument pas. BESOIN de remercier Estelle Faye, pour nous offrir un récit aussi riche qu’enivrant. Tout ça, et plus encore…
Très honnêtement, je ne sais pas si je dois me lancer dans l’exercice ardu du résumé, d’autant que l’intrigue de ce petit pavé ne saurait contenir en quelques lignes succinctes. Estelle Faye nous offre une plongée en Bohen, une Terre faite de guerres et de conflits, d’intrigues politiques et de magie ancestrale. Aujourd’hui gouvernée par des Hommes ayant interdit la pratique de cet art païen, elle était jadis aux mains des Wurms, créatures difformes ayant apprivoisé les Dracs. Chassés par ceux-là mêmes qu’ils avaient réduis en esclavage, ils ont laissé une empreinte indélébile sur Bohen, une cicatrice purulente à l’odeur nauséabonde. C’est dans cet univers que nous rencontrons une multitude de personnages : Estelle Faye nous offre en effet un roman choral, bien que la narration soit effectué par un personnage bien précis. Personnages, donc, éparpillés aux quatre coins de l’Empire et n’ayant, vraisemblablement rien à voir les uns avec les autres. Pourtant, tous ou presque finiront par poursuivre un même but : faire de Bohen un autre monde, et rétablir une vérité depuis longtemps oubliée…
… Ce roman est ÉPOUSTOUFLANT. Et je pèse mes mots. Vous le savez, j’ai lu tout récemment Porcelaine, d’Estelle Faye également. Un conte d’inspiration asiatique qui m’avait beaucoup, beaucoup plu. Mais que dire, dans ce cas, de celui-ci ? Après une semaine où je me suis plongée à chacun de mes temps libres dans ce récit mené d’une main de maitre, je ne sais plus trouver mes mots : l’auteure m’a coupé la parole, laissée orpheline. Son intrigue m’a captivée, ensorcelée, hypnotisée : rares sont les romans de fantasy à être aussi aboutis, aussi merveilleusement menés. L’auteure ne laisse rien au hasard, et tisse avec intelligence et habileté une toile qui nous laisse abasourdis. Les détails sont pensés, pesés, toujours avec une justesse millimétrée. Séduite dès les premières lignes, j’ai été tout à la fois ravie et admirative de voir avec quelle maestria Estelle Faye réunissait finalement tous les pans de son intrigue pour nous servir sur un plateau un roman complet, complexe et… Émotionnellement surpuissant, puisqu’il faudra bien y venir : j’ai lu les cinquante dernières pages en pleurant à chaudes larmes, quasiment incapable de distinguer les mots filtrant à travers mon regard brouillé. Tout cela pour une simple et bonne raison : l’auteure nous livre des portraits d’hommes et de femmes extrêmement crédibles et attachants, et ne les ménage pas… C’est même le moins que l’on puisse dire. Ne vous y trompez pas ! Nous sommes bel et bien dans un roman de dark fantasy : tous, je dis bien tous, ont leur part d’ombres et de lumière, tous sont loin d’être des modèles de sainteté. Mais tous sont croqués avec une justesse incroyable, rendant leur portrait d’une vitalité vibrante. Je me suis attachée à chacun d’entre eux, de Sorenz à Sainte-Étoile, de Maëve à Sigalit, de Janosh à Wens en passant par Lantane… Et tous les autres, tous ces autres qui, à un moment ou à un autre, pénètrent avec force dans ce roman, y ajoutant toujours un peu plus d’émotions, un peu plus d’humanité. Estelle Faye crée des personnages forts, loin de tout manichéisme et, surtout, loin de tout clichés : fonctionnant essentiellement en duos, ils m’ont tous émue par la pureté de leurs sentiments, la justesse de leurs réactions. J’avoue avoir été surprise du chemin qu’empruntait l’auteure quant à ces duos, celui-ci étant rarement abordé en fantasy (du moins, dans le romans que j’ai pu lire jusqu’à présent…), mais je n’ai tout simplement rien à y redire : ce vent de fraicheur m’a fait un bien fou, et j’ai trouvé cela… Beau, tout simplement. Toutes ces rencontres un peu dues au hasard, ces sentiments à l’œuvre, ces relations aussi improbables que touchantes… Oui, j’ai été subjuguée. Subjuguée, aussi, parce qu’Estelle Faye crée des personnages terriblement réels : non, leurs décisions ne sont pas toujours sages, censées. Non, ils ne sont pas parfaits. Non, ils ne rentrent pas dans le moule que l’on trouve habituellement dans le genre, ce personnage emblématique qui ne fait jamais, JAMAIS le moindre faux pas. Des faux pas, ils en font. Beaucoup. Et prennent des chemins auxquels nous n’aurions pas songé un instant : Maeve, par exemple, m’a assise, je ne pourrais dire mieux. Me serais-je attendue à cela ? JAMAIS. JA-MAIS.
Une fois encore, j’ai l’impression de vous offrir une chronique terriblement décousue, qui veut tout et rien dire à la fois. Mais, comprenez-moi : je tiens là, sans hésitation, ma plus belle lecture de ce premier trimestre. En lice pour l’année, et très bien placée, m’est avis. Et pourtant, j’en ai eu, des coups de cœur ! Mais, force est de le dire, rien d’aussi… D’aussi parfait. Mon cœur en souffre encore, mes yeux sont toujours humides, et mes mains se trainent misérablement vers mon roman laissé là, sur le canapé, comme posé un instant pour être repris dans quelques secondes. Je suis tombée amoureuse d’un livre, oui, de ses personnages, surtout, de son intrigue, aussi. Je suis tombée amoureuse d’une plume pleine de poésie, et la rupture est cruelle. Je suis tombée amoureuse des Seigneurs de Bohen, de ce livre que je mettrais volontiers dans les mains de tout le monde, si je n’avais envie de le garder encore un instant pour moi. De ce livre dont j’attendais beaucoup, et qui m’a apporté plus encore. Alors oui, Estelle, merci, merci, merci. ❤️

En bref, COUP DE CŒUR pour ce roman à la fois puissant, merveilleux, et magnifiquement conté. A mettre dans toutes les mains, sans hésitation aucune !


Coup de cœur !

Retrouvez tous les articles sur Le mois d’Estelle Faye chez Book en Stock ❤️

Le mois de… Estelle Faye !

Mes petits marcassins,

>Bonjour ! Et Joyeux mois de Mars ! En attendant un bilan qui ne manquera d’arriver, laissez-moi vous informer que j’ai de nouveau la chance de participer au fameux rendez-vous organisé par nos très chères Dup et Phooka, j’ai nommé… Le mois de ! Et cette fois-ci, c’est Estelle Faye qui est mise à l’honneur, avec son petit dernier… Qui est, ma foi, fort alléchant. Voyez plutôt :

« « Je m’appelle Ioulia La Perdrix. Mon récit commence il y a près de cent ans, à l’époque où Iaroslav le Juste siégeait sur le trône de Bohen. Sur les hauteurs des monts des Sicambres, par une glaciale nuit d’hiver, une abbaye brûlait… »
Je vais vous raconter comment l’Empire est mort.
L’Empire de Bohen, le plus puissant jamais connu, qui tirait sa richesse du lirium, ce métal aux reflets d’étoile, que les nomades de ma steppe appellent le sang blanc du monde. Un Empire fort de dix siècles d’existence, qui dans son aveuglement se croyait éternel.
J’évoquerai pour vous les héros qui provoquèrent sa chute. Vous ne trouverez parmi eux ni grands seigneurs, ni sages conseillers, ni splendides princesses, ni nobles chevaliers… Non, je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l’escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wens, le clerc de notaire, condamné à l’enfer des mines et qui dans les ténèbres découvrit une nouvelle voie… Et de tant d’autres encore, de ceux dont le monde n’attendait rien, mais qui malgré cela y laissèrent leur empreinte.
Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra. »

Se trouvent également dans PAL le premier tome de La voie des oracles, ainsi que Porcelaine que j’espère bien pouvoir lire durant les prochains jours ! Pour suivre nos discussions, n’hésitez donc pas à vous rendre sur le blog de nos hôtes, ainsi que sur l’article consacré à ce mois de qui s’annonce formidable. Et sur leur page facebook, tant qu’on y est !

À très vite mes petits ❤️

Le mois de… Guy Gavriel Kay !

le mois de Gavriel Kay

Bonjour mes chatons !

Qui dit nouveau mois dit… Nouvel auteur à l’honneur chez Book en Stock ! Ce mois-ci, c’est Sieur Gavriel Kay qui est à l’honneur dans ce rendez-vous organisé mensuellement. Autant dire que Dames Phooka et Dup ont décroché le gros lot ! Comme d’habitude, le mois se divisera en plusieurs interviews, à l’occasion desquels nous pourrons questionner l’auteur sur toutes les facettes de sa personnalité littéraire (mais pas que !).
Pour la deuxième fois, donc, j’ai l’honneur de participer à ce fameux rendez-vous. Au programme, Ysabel ! Dixième roman de l’auteur, il a remporté en 2008 le World Fantasy Award. Du lourd, donc !

Ysabel

Ned, un jeune Montréalais de quinze ans, accompagne son père, Edward Marriner, dans le Midi de la France. Photographe de renommée internationale, Marriner -assisté de Mélanie, Steve et Greg, son équipe technique- a six semaines pour croquer des images inédites de ce magnifique coin de pays, qui regorge de ruines datant de l’époque des celtes et des romains. Mais des évènements inquiétants perturbent le séjour de Ned : un inconnu le menace dans la cathédrale d’Aix en Provence, un étrange malaise l’affecte aux abords de la montagne Sainte Victoire, des chiens l’attaquent dans un café… Sans compter qu’au cours de la nuit de la Beltaine, une antique fête celtique, il assiste à la « magique » disparition de Mélanie ! Dès lors, Ned comprend que, dans cette contrée plusieurs fois millénaires, des personnages mythiques ne veulent pas mourir et que, d’une mystérieuse façon, il est personnellement concerné par leur histoire…

Et, pour l’avoir commencé… Je peux vous dire qu’il est carrément prometteur ! Un grand merci, donc, à Dup et Phooka, et aux éditions Alire ! Quant à nous, on se retrouve très vite pour parler plus avant de ce roman des plus mystérieux…

*Clique, clique !*

Le blog : Book en Stock
Les rendez-vous : Le mois de…
La page facebook

Le mois de… Manon Fargotten !

Le mois de Ban 1Hey mes chatons !

Deux articles dans la même journée ? Mais c’est l’opulence ! Oui, mais c’est aussi pour la bonne cause : connaissez-vous « Le mois de » ? Non ? Vous tombez bien !
Le mois de… est un rendez-vous mensuel organisé par Dup et Phooka, révérées admins du blog Book en Stock. Rien que ça ! Chaque mois, un auteur est donc mis à l’honneur via ce rendez-vous. Et comme les dames ne font pas les choses à moitié, c’est aussi l’occasion pour quelques blogueurs de découvrir (ou non !) un large panel de ses ouvrages, via partenariat. Oui oui ! Le mois se parsème enfin de discussions et autres questions posées à l’auteur, excellente occasion pour le connaitre davantage. Que du bon, je vous ai dit ! Cette fois, c’est Manon Fargetton que les filles nous proposent de découvrir. Une auteure dont j’ai entendu énormément de bien, sans avoir eu l’occasion d’explorer plus avant sa bibliographie ‘_’

Or, ce mois-ci… Je vais pour la première fois y participer *_* J’ai en effet eu l’immense joie d’apprendre que j’avais été sélectionnée pour recevoir le tout nouveau tout beau Héritage des Rois-Passeurs qui me faisait de l’oeil depuis que je l’avais vu passer sur FB. Moi, complètement foufoute ? Dans le mille ! Matez-moi donc cette suuuuublissime couverture réalisée par Marc Simonetti himself :

L'héritage des rois passeurs 1

Tant de beauté me brûle la rétine ! Et la quatrième de couverture en rajoute une bonne couche :

Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité.
Enora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre.
Lorsque sa famille est décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres.
Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue.
Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre.

Autant vous dire que j’ai plus que HÂTE de m’y plonger. D’autant plus que j’en profiterai pour en faire une petite LC avec ma p’tite choupinette Allison (elle parle elle aussi du rendez-vous, juste !) ♥ On vous en parle plus dès que les livres sont entre nos mains ! Un graaaand merci à Dup et Phooka, et aussi à Bragelonne, of course. YOUHOU !

*Clique, clique !*

Le blog : Book en Stock
Les rendez-vous : Le mois de…
La page facebook
Premier volet de l’interview
Second volet de l’interview