Le Doute, S.K. Tremayne

Traduit par Isabelle Maillet

L’histoire : Un an après le décès accidentel de Lydia, l’une de leurs filles jumelles, Angus et Sarah Moorcroft quittent Londres pour oublier le drame. Ils s’installent sur une petite île écossaise, qu’ils ont héritée de la grand-mère d’Angus, au large de Skye.
Mais l’emménagement ne se passe pas aussi bien que prévu. Le comportement de Kirstie, leur fille survivante, devient étrange : elle se met à affirmer qu’elle est en réalité Lydia. Alors qu’un brouillard glacial enveloppe l’île, l’angoisse va grandissant… Que s’est-il vraiment passé en ce jour fatidique où l’une des deux sœurs a trouvé la mort ?

Mon avis : … Et bien… Waaah ! Quelle réussite ! S.K. Tremayne m’a collé une de ces trouilles, je vous assure ! Je l’ai commencé lundi soir, ai très difficilement fermé l’œil… Pour le rouvrir le lendemain aux aurores, sitôt Chéri parti au travail. Autant vous dire que cela ne m’était pas arrivé depuis bien longtemps, de me lever consciemment à 5h du matin pour me replonger dans mon livre, alors que le Bout ne se lève pas avant 7h ! Et de faire également une croix sur notre petite sieste du mardi après-midi, afin de le finir… Car, oui, l’auteur m’a tout simplement FASCINÉE. Son récit m’a happée, et s’il m’a donné des frissons glacials, je n’en ai pas moins adoré ma lecture : moi qui le conseillais à pas mal de clients en me fiant aux bons avis que j’avais lus, je pourrai désormais leur dire… Que ce petit bouquin est une tuerie !
Angus et Sarah Moorcroft ont vécu, voilà un an, ce qu’aucun ne devrait avoir à endurer : le décès d’un de leur enfant. L’une de leurs jumelles, Lydia, est morte dans un tragique accident, sous les yeux de sa sœur Kirstie. Afin de tenter de se reconstruire, la famille décide dont de partir loin de Londres, profitant d’un héritage opportun : l’île de Torran, à l’écart de tout et de tous, sera leur nouvelle demeure. Mais tout ne se passe pas comme prévu : outre le cadre peu chaleureux de l’île et l’aspect franchement lugubre du cottage abandonné, Kirstie adopte un comportement des plus inquiétants : elle affirme être Lydia, affirme que ses parents se sont trompés ce jour-là. Pour Sarah, qui ne s’est jamais remise de la perte de sa fille préférée, c’est le début d’une longue descente aux enfers…
Frrrr… J’en tremble encore ! Qu’il est efficace, ce petit thriller psychologique ! De toute façon, soyons clairs : dès que cela touche aux enfants, moi… Je ne réponds plus de rien. Autant vous dire que le sujet a ici touché une corde particulièrement sensible, faisant écho à l’une des mes peurs les plus profondes, animales : celle de perdre mon bébé. Impossible de ne pas se sentir touché, concerné par la peine incommensurable de cette mère ! J’ai donc lu, avec curiosité d’abord, puis frénésie… Et horreur, enfin. Parce que l’auteur crée une atmosphère particulièrement sombre et oppressante, construisant son intrigue sur plusieurs niveaux, alimentant plusieurs pistes : qu’est-il réellement arrivé, cette nuit-là ? Kirstie dit-elle vraiment la vérité ? Quelle est la part de responsabilité des parents dans le drame ? Bref, les questions s’accumulent, et les indices se font rares… L’angoisse monte donc crescendo, et je peux vous garantir avoir senti se former une véritable boule de nerfs au creux de mon ventre, tant cette lecture m’aura éprouvée. BOUH !
J’appréhendais pourtant de m’y plonger : il me faisait envie depuis un long moment déjà, et j’avais vraiment peur d’être déçue… Sans compter que cela faisait des MOIS que je n’avais pas lu de thriller. Autant vous dire que, malgré mes sueurs froides, je suis ravie : voilà qu’il me permet de renouer avec un genre que j’ai affectionné pendant longtemps (bien avant ma passion pour les littératures de l’Imaginaire !), avant de l’abandonner petit à petit. Évidemment, il n’est pas exempt de défauts… Ou pourrait, plutôt, subir quelques améliorations : j’aurais volontiers, par exemple, approfondi davantage le rôle du pédopsychiatre et ses théories pour le moins prometteuses. Tout comme j’aurais continué de creuser un peu plus dans la fange résumant la vie de couple d’Angus et Sarah…. Ou en aurais peut-être rajouté un peu sur le folklore lié à l’île… Mais à trop vouloir en faire, on finit par se perdre : Le Doute est diablement efficace tel qu’il est, et c’est bien tout ce qu’on lui demande. Vivement le prochain !

En bref, Le Doute fut ainsi à la hauteur des espoirs que je plaçais en lui : l’écriture de l’auteur est efficace, son intrigue l’est tout autant, et j’ai eu bien du mal à m’empêcher d’aller rejoindre Malo au beau milieu de la nuit pour me rassurer. Un vrai bon thriller comme je les aime ! 


On en redemande !