Memorex, Cindy Van Wilder

memorex

L’histoire : 2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l’île familiale. Un an qu’Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s’est muré dans une indifférence qui la fait souffrir.
Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l’île : c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au cœur de l’énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoites de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.

Mon avis : Mais que cela fait du bien, de se replonger dans l’imaginaire de Cindy Van Wilder ! Souvenez-vous : j’avais ADORÉ les trois premiers tomes de sa série Les Outrepasseurs, cocktail détonant d’originalité et d’émotions, dont le quatrième opus promet d’ailleurs de bien belles surprises. Avec Memorex, c’est un tout autre univers qu’explore notre chère auteure, se frottant cette fois-ci au thriller anticipatif… Et avec brio !
Il y a un an, Réha et son frère jumeau Aïki ont réchappé à un attentat suicide. Un attentat visant expressément leur mère, artiste reconnue et militante engagée, alors qu’elle donnait une réception présentant son œuvre. Depuis lors, les jumeaux n’ont plus jamais été les mêmes : si Réha s’est peu à peu raccrochée à la vie avec l’aide de sa meilleure amie, gardant au fond d’elle même une rancœur et une colère impossible à faire taire, Aïki s’est totalement replié sur lui-même, semblant avoir oublié l’existence de sa sœur. C’est donc avec angoisse que la jeune fille voit arriver les vacances de Thanksgiving, qu’elle devra passer sur l’île familiale en compagnie de ce jumeau qu’elle ne reconnait plus et d’un père bien trop absent, afin de commémorer le premier anniversaire du décès de celle qui les maintenait unis.  Mais peut-être est-ce surtout l’occasion pour la jeune fille de lever le voile sur ces secrets qu’on lui cache,  ces non-dits qui lui pèsent terriblement…
Pour une réussite, c’en est une ! Je me suis plongée dans cette lecture sans savoir de quoi il retournait, faisant aveuglement confiance à Cindy : et le fait est que j’ai passé un excellent moment. Sur les charbons ardents, certes, mais tout de même. Et j’avoue avoir été surprise ! Comme je vous le disais, j’avais été charmée par son aisance à mêler légendes, fantasy urbaine et intrigue de haut vol. La thriller ne semblait donc pas faire partie de sa zone de confort… Et pourtant, pourtant ! C’est comme si elle avait fait ça toute sa vie : j’ai été de suite happée par cette intrigue qui nous met les nerfs en pelote et nous tient en haleine du début à la fin : chapeau bas ! Si cela démarre doucement, Cindy prend bien soin d’éveiller notre curiosité en ne nous disant pas tout (loin de là !) : notre esprit ne tarde pas à fourmiller de questions, et l’on ne souhaite qu’une chose… Poursuivre notre lecture, pour en obtenir les réponses. Et puis, peu à peu, les choses s’accélèrent. Jusqu’à devenir parfaitement intenses dans le dernier tiers du roman, où les révélations s’enchainent et les rebondissements pleuvent : nous voici entrainés dans un véritable huis-clos, notre cœur battant la chamade.  La plume de l’auteure sied parfaitement à l’atmosphère extrêmement tendue du roman : elle va à l’essentiel, donnant des détails où l’on en a besoin et laissant la part belle à l’action. Sachez-le : vous avez entre les mains un véritable page-turner !
Côté personnages, nous retrouvons avec joie son habileté à croquer des portraits saisissants, profonds, humains. J’ai été touchée par Réha, cette jeune fille si fragile et si forte à la fois, pleine de doutes et de questions restées sans réponse. Sa détresse m’a émue, et j’ai admiré sa détermination à faire face à l’adversité. Aïki, que l’on découvre davantage sur la fin de notre lecture, m’a bouleversée… Mais je ne vous dirai rien de plus. Ni sur les autres, d’ailleurs : j’aime autant vous laisser la surprise. La galerie est restreinte, certes, mais ce n’en est que mieux : nous prenons ainsi le temps de les découvrir à notre aise.
Côté univers, je ne vous en dirai pas non plus énormément : sachez seulement que l’auteure nous en réserve de belles. Contrairement à sa précédente série, elle choisit ici de nous projeter dans un futur proche, dans lequel certains domaines scientifiques auront fait d’immenses avancées… Mais chut ! Je ne dis rien, promis 😛 C’est savoureux et intrigant, voilà !
En somme, j’ai passé un EXCELLENT moment. Que je quitte à regret, tant cela m’a paru court ! Mais quand on dévore la moitié du roman en l’espace d’une soirée, forcément… 😉

En bref, c’est un grand OUI pour ce nouveau roman de Cindy Van Wilder ! L’auteure s’offre un tout nouveau terrain de jeu avec le thriller anticipatif, et le résultat en vaut sacrément la peine : on est pris dans ses filets dès les premiers chapitres, et l’on reste volontiers captifs jusqu’à la toute fin, qui nous laisse… Pantelants, chavirés, soufflés. Un grand OUI, vous dis-je !

On en redemande

On en redemande !

Le libérateur, Cindy Van Wilder (Les Outrepasseurs #3)

les-outrepasseurs,-tome-3---le-liberateur-449250

Tome 1 : Les Héritiers
Tome 2 : La Reine des Neiges

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Un terrible hiver s’abat sur la Grande-Bretagne. Peter, qui a été sauvé par Arnaut, se retrouve seul, car le Chasseur et le lion d’Arnaut sont affectés par la disparition de la magie. Arnaut tombe dans un coma profond, auquel il semble n’y avoir aucune solution. Jusqu’à ce que Peter comprenne que le sous-sol de Lion House regorge de ressources cachées…

Mon avis : … La voilà. Enfin. La suite. THE suite. Ce que l’on attendait tous (ne cherchez pas à me détromper, et foncez plutôt chez votre libraire !), celle pour qui j’ai bravé les hordes déchainées de visiteurs lors du salon du livre (pour elle, et aussi pour avoir un câlin de son adorable auteure ♥). Celle pour qui j’ai trépigné, hurlé, pleuré, ragé. Celle sur qui je me suis précipitée, abandonnant toute autre activité. Celle dont je ne suis pas ressortie avant d’en avoir tourné la dernière page…
Bon. Je vous refais le petit laïus selon lequel le roman est TROP beau ? Que ce serait un crime pour vos rétines de le lire en numérique ? Que le bronze lui va à ravir ?  Que beaucoup d’éditeurs devraient en prendre de la graine ?  Non, vraiment, vous avez compris ?  Admettons. Mais imaginez un peu l’effet de ces trois petites beautés les unes  à côté des autres, sur vos étagères (Je vous aurais bien pris une photo, si les deux premiers n’étaient pas en cartons -_-). Juste, imaginez. Laissez-vous emplir de beauté. Fermez les yeux…
ET MAINTENANT, OUVREZ-LES : IL EST TEMPS DE LIRE ! Parce que, nom d’un best-seller, ce troisième tome est une TUERIE ! La mayonnaise prenait dès le premier opus, le deuxième la rendait carrément délicieuse, et le troisième… Le troisième la sublime à un point tel que l’on pourrait prendre quinze kilos sans s’en apercevoir. (Moi, obsédée par la nourriture ? Jamais.) Le Libérateur m’a envoutée. Et encore, le mot est faible. Je me souvenais encore avec exactitude des émotions qui m’avaient traversée à la lecture du deuxième opus. De la tension qui m’avait habitée tout du long. De la frustration infernale dans laquelle j’avais été plongée, devant cette fin abrupte et inattendue… En discutant avec Cindy, je lui ai donc dit qu’elle entendrait parler de moi si elle osait mettre une nouvelle fois mes émotions à mal. Et elle m’a promis qu’elle essaierait. Qu’elle essaierait de ne pas me faire pleurer.
Et bien, Madame Van Wilder… C’EST RATÉ ! D’une, j’ai pleuré. Pire, j’ai fondu en larmes. Quasiment 70 pages avant la fin du roman. Et avant ça… Avant ça, mon cœur a raté plusieurs battements. Ma gorge s’est asséchée, mes yeux se sont écarquillés, mes poils se sont dressés. Je suis donc passée (de deux) par toutes les émotions possibles et imaginables en lisant ce dernier opus, que je n’ai pas pu lâché un seul instant. J’ai VÉCU cette lecture plus qu’autre chose, incapable que j’étais de penser à autre chose. Cindy nous offre un final plus que grandiose, un final qui réussit l’exploit de surpasser encore deux tomes déjà excellents. Toutes nos questions trouvent leurs réponses, et plus encore. Nos héros, qui vivaient déjà leurs lots d’évènements tragiques précédemment, ne sont pas au bout de leurs peines… Et nous avec eux : l’action ne faiblit pas un seul instant, et est brillamment menée. Malgré cela, ni le fond ni la forme ne lui concèdent quoi que ce soit : la plume de Cindy reste merveilleuse, et son intrigue est à la fois riche et creusée, ajoutant une profondeur non négligeable à son récit. Que du bon, vous dis-je ! Mais qu’attendez-vous, qu’attendez-vous donc pour vous précipitez sur cette trilogie en tout point magique ?

En bref, de longs mois se sont écoulés entre le début et la fin de cette chronique, et pourtant… Mon enthousiasme pour ce troisième et dernier tome n’a pas faiblit un seul instant : la conclusion des aventures de Peter et de ses compagnons m’a simplement bluffée. En un mot ? Wahou !

725a8-coupdecoeur2

Coup de cœur !

La reine des neiges, Cindy Van Wilder (Les Outrepasseurs #2)

les-outrepasseurs,-tome-2---la-reine-des-neiges-449249

Premier tome : Les Héritiers

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Les Outrepasseurs viennent enfin de capturer la dernière fée libre, Snezhkaïa la Reine des Neiges. Ils ignorent qu’ils viennent de déclencher une malédiction qui risque de les anéantir. Peter, qui supporte de moins en moins de se plier à la volonté de Noble, tente de retrouver le Chasseur pour mettre fin à cette lutte séculaire…

Mon avis : Je vous l’avais dit, JE VOUS L’AVAIS DIT ! J’ai été absolument incapable de patienter, ne serait-ce que quelques heures, avant d’ouvrir ce petit bijou. INCAPABLE. Non mais parce que, franchement… Avec un premier tome se terminant de manière aussi abrupte, laissant présager tout un tas de bouleversements tous plus crispants les uns que les autres, je ne pouvais faire autrement que de me précipiter sur la suite.
Et quelle suite, mes aïeux ! Déjà, l’objet est magnifique. Oui, le premier tome l’était aussi, je vous ai écrit tout un paragraphe en l’honneur de sa beauté. Mais là.. Dans les tons bleutés/argentés… Il est à se damner, ce roman. Et avec des petites pépites comme ça, ils voudraient que l’on passe au tout numérique ? MAIS ÇA VA PAS, NON ?! Il est tellement beau, que j’ai passé quasiment dix minutes à en caresser amoureusement la couverture, avant de l’ouvrir d’un geste brusque, le regard un peu fou, me rappelant enfin combien je voulais connaitre la suite des aventures de Peter et… De tous les autres.
Et de ce côté-là… Je n’ai pas été déçue. Je n’ai ABSOLUMENT pas été déçue. Fiiiiou, c’est que je suis particulièrement gâtée avec mes lectures, en ce moment ! Il y avait longtemps qu’un ouvrage ne m’avait enthousiasmée à ce point. C’est simple, bien que je l’ai terminé il y a plusieurs jours, j’ai encore envie de sautiller partout, tant ce deuxième opus m’a plu.
Le premier était génial, je vous l’ai dit : j’ai même eu un joli coup de cœur pour lui, tant l’univers m’avait charmée. Mais alors, avec le deuxième… BIMBAMBOUM, on prend les mêmes et on recommence ! J’ai A-D-O-R-É cette suite, je l’ai littéralement dévorée, totalement happée par l’intrigue, complètement envoûtée par ses personnages. Il faut dire que Cindy Van Wilder met le paquet ! Si Les Héritiers était principalement là pour mettre en place l’intrigue, pour expliquer comment Peter et ses compatriotes en étaient arrivés là, le deuxième tome prend entièrement place dans le présent. Vous vouliez du mouvement, des bouleversements, de la tension ? Vous allez être servis, et plutôt deux fois qu’une !!! Je ne voudrais pas spoiler, car je sais que vous êtes encore nombreux à ne pas avoir ouvert le premier tome. Mais, bon… Il va falloir vous y mettre !!! Car ce n’est pas un vulgaire roman jeunesse, que vous avez là, ça non. D’accord, la plupart des personnages centraux sont à peine sortis de l’adolescence. Mais les thèmes abordés par l’auteure, la façon dont elle mène son intrigue, les tiraillements dont sont agités les protagonistes… C’est juste… Parfait. Parfait, parce que le récit possède une profondeur incontestable, sans pour autant être lourd, pénible à lire. On vole de page en page sans s’en apercevoir, notre lecture  rendue oh combien plaisante par la très belle plume de Cindy. Que vous dire de plus ? J’ai pris mon pied, avec cette lecture. C’est aussi simple que cela.
Bon, je me suis promis de ne pas vous parler de l’intrigue, pour ne pas vous dévoiler quoi que ce soit par inadvertance. Mais laissez-moi au moins vous parler des personnages ! Ou de Peter, tout du moins. Peter, pour lequel mon cœur a foooortement balancé, lors de cette lecture. Autant, dans le premier tome, mes sentiments à son égard ne se sont pas trop éveillés (il est embarqué dans une aventure complètement dingue contre son gré, et on le découvre finalement assez peu), autant, dans le deuxième… Il les a carrément mis à mal. C’est qu’il prend toute son ampleur, notre petit renardeau ! Et je dois bien dire que je suis passée du tout au tout, en ce qui le concerne : j’ai eu beaucoup de mal au début, le trouvant tantôt puéril, tantôt exécrablement égoïste. Mais au fil de l’intrigue, plus on en apprend sur les autres personnages, sur les Outrepasseurs en général et sur Noble en particulier… Et plus on arrive à le cerner, plus on le comprend : son comportement et ses décisions finissent par prendre tout leur sens, et là où je voyais de l’égoïsme, j’ai trouvé du courage, et de beaux principes moraux. Révélation en ce qui concerne Peter, donc. Et aussi pour Shirley et Hermeline, mais je ne vous en dis pas plus. Pour les autres… Il faudra lire ce deuxième tome :3
Finalement, que dire de cette lecture ? Il n’y a qu’un mot qui me vienne en tête : c’est une véritable petite bombe. Un concentré d’émotions et d’action, qui ne se lasse pas de relancer notre intérêt, encore et encore. Une boule de neige lancée en pleine figure, qui nous laisse les yeux rougis, le cœur battant. Et un gros, gros coup de cœur.

En bref, un deuxième tome proprement décoiffant : j’avais adoré le premier, j’ai… surkiffé (?!) celui-ci : Cindy Van Wilder met les deux pieds dans le plat, convoque retournements de situation, révélations et bouleversements pour nous laisser pantelants, pantois, chancelants. Un véritable régal, à la hauteur du supplice dans lequel l’auteure nous plonge à la dernière page : MAIS OÙ EST LA SUITE ?!!!

16046631
Coup de cœur !

Les Héritiers, Cindy Van Wilder (Les Outrepasseurs #1)

Les Outrepasseurs 1

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Londres, 2013. Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat. Il découvre que l’attaque le visait personnellement et qu’elle a été préméditée par de redoutables ennemis : les fés. Emmené à Lion House, la résidence d’un dénommé Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis huit siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Ces derniers lui révèlent un héritage dont il ignore tout.

Mon avis : … Mon mois d’août s’est terminé sur deux coups de cœur. Et ce mois de septembre a tout l’air de vouloir suivre le même chemin : ce premier tome est un RÉGAL. Je ne sais pas du tout à quoi je m’attendais, mais clairement pas à ça : Cindy Van Wilder m’a totalement emportée avec ce récit. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas refréné mon envie de dormir pour continuer (et finir !) un livre… Je ne me suis même pas posé la question pour Les Outrepasseurs : Chéri dormait depuis de longues heures déjà quand j’ai fini par éteindre la lumière…
Nous rencontrons Peter. Peter, adolescent londonien lambda, star montante de son équipe de football, fils d’une femme extrêmement prise par son travail. Peter, qui va être attaqué par deux molosses un soir d’hiver, et mystérieusement sauvé par un renard… Qui se révèle être sa propre mère. Qui, comment, pourquoi ? Le jeune homme n’y comprend plus rien. Or, les réponses qu’il cherche sont détenues par un homme effrayant, un homme devant lequel sa mère, si fière, n’hésite pas à se prosterner. Il va devoir braver ses peurs pour en apprendre davantage, pour faire connaissance avec un passé qui a tout d’un conte… De fés.
Décidément, cette difficulté à trouver par où commencer mes chroniques devient récurrente : le côté sombre des coups de cœur ! C’est que j’aimerais vous parler de tout un tas de choses à la fois : de l’objet-livre en tant que tel, tout simplement magnifique. De la plume de Cindy, qui m’a totalement envoûtée. De l’intrigue, tout bonnement passionnante. De la fin, frustrante au possible…
Je me suis procuré ce petit bijou lors des dernières Imaginales : l’occasion de rencontrer ma copine Cindy, avec laquelle je dialoguais depuis plusieurs mois via blogs interposés. C’est d’ailleurs le dernier craquage que je me suis autorisée, avant de fermer définitivement mon porte-monnaie ! Mais, de vous à moi, il était tout bonnement impossible de résister à ce roman une fois celui-ci entre mes mains : voyez comme il beau !

Ce livre, il est juste magnifique. Avec la couverture rabattable, le titre en relief, les dorures… Et l’intérieur ! Les titres de chapitres stylisées, les petits détails sur les numéros de pages… Bref, c’est une beauté. Et je vais vous dire une chose : le contenant est à l’image du contenu. Parfaitement ! Je me suis régalée avec ce premier tome, et encore, le mot est faible : j’ai ADORÉ. Voilà.
Non pas que je ne m’y attendais pas ! Disons que je ne m’y attendais pas… Autant. On m’a parlé d’un roman jeunesse. J’ai eu entre les mains un roman de Low Fantasy super bien ficelé, avec une intrigue des plus riches et des plus prometteuses. Bon, je vois d’ici le reproche que l’on pourrait faire à ce premier tome : avec un résumé pareil, on s’attend à une intrigue ballotant en tout sens notre jeune héros, à des complots, des histoires de sociétés secrètes, et tout et tout… Alors, qu’en réalité, on ne fait qu’entrevoir Peter au cours de ce premier tome. L’essentiel de l’action se déroule en effet dans le passé (XIIIe siècle), avec quelques passages rapides dans le présent. Pour qui s’attend à suivre le jeune homme, je peux comprendre que c’est assez déstabilisant. Pour les autres… C’est du pur bonheur. Car ce que l’auteure nous offre là, c’est un vrai premier tome, sans pour autant en être vraiment un. Je vous ai perdus ? Je m’explique : avec Les Héritiers, Cindy Van Wilder pose les bases de son récit. Nous explique quand, comment, qui, où. Dans ce sens là, c’est un véritable tome d’introduction, une introduction essentielle pour bien comprendre (j’imagine) la suite des évènements. Mais cette entrée en matière est loin d’être aussi plan-plan que ce à quoi l’on pourrait s’attendre : il s’agit d’un véritable récit à part entière, d’une intrigue dans l’intrigue. Tout aussi passionnante, qu’on se le dise ! Autant j’étais ravie de retrouver Peter, espérant secrètement qu’il en apprendrait (et nous aussi, donc !) un peu plus sur… Tout ça, autant je trépignais d’impatience à l’idée de retourner dans le passé. Aux côté, d’Arnaut, Niels, Hermeline, Pierre… Mais je ne vous dirai rien de plus sur l’intrigue : ce premier tome se lit bien trop vite pour que je vous dévoile quoi que ce soit ! Sachez seulement que mystères et forces… étranges sont à l’œuvre, le tout saupoudré d’une aura envoûtante qui ne vous quittera pas de sitôt.
Si vous voulez être happé, quitter le monde réel l’espace de quelques heures pour plonger dans un univers à la fois sombre, dangereux, et terriblement séduisant, Les Héritiers est donc parfait pour vous. Mais, gare ! Car la fin de ce premier tome m’a fait hurler de rage. J’étais si bien prise dans les rets de ma lecture que je suis tombée des nues une fois la dernière page tournée : où est la suite ? Nul doute que, une fois celle-ci en ma possession, elle ne fera pas long feu…

En bref, je m’attendais à une bonne lecture, j’ai eu droit à un coup de cœur : Cindy Van Wilder nous mène par le bout du nez sans que l’on y fasse attention, pire, en faisant en sorte que l’on y prenne plaisir. Loin d’un simple ouvrage jeunesse, ce roman a su combler toutes mes attentes, sinon les surpasser. A lire sans modération !

16046631
Coup de cœur !