Le tombeau du Roi Suprême, Kristen Britain (Cavalier Vert #3)

cavalier-vert-3

Traduit par Claire Kreutzberger

Premier tome : Cavalier Vert
Deuxième tome : La première Cavalière

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : Karigan G’ladheon est désormais un Cavalier Vert aguerri. Deux ans auparavant, elle était parvenue à transporter l’esprit de Mornhavon dans l’avenir, gagnant ainsi du temps pour son roi et pour son pays. Mais la jeune femme et ses camarades n’ont pas conscience d’une menace beaucoup plus proche qui pèse sur le royaume. Car les descendants de Mornhavon s’apprêtent maintenant à réclamer la terre que leur aïeul avait tenté de conquérir. Et ces ennemis vengeurs, cachés derrière les frontières en apparence paisibles du royaume, ont passé des générations à étudier la magie noire, une force contre laquelle les Sacoridiens ne savent plus du tout se défendre…

Mon avis : KARIGAN ! Mais c’est que je m’y suis attachée, à cette petite ! Après avoir adoré les deux premiers tomes, je me faisais une joie de lire celui-ci, qui promettait d’être tout à fait prenant. Et, effectivement… Il l’est, et plutôt deux fois qu’une. A l’image de la couverture, d’ailleurs : un vrai petit bijou ! Pour faire simple, je l’ai dévoré. Voire carrément englouti, en ce qui concerne la deuxième moitié du roman : moi qui n’avais pas ressenti de frénésie particulière lors de ma lecture du tome précédent, cela a été tout le contraire ici, happée que je l’étais par ma lecture… Chapeau, Miss Britain !
Deux ans ont passé. La menace planant sur la Sacoridie est pour l’instant éloignée, et l’ordre des Cavaliers Verts s’étoffe de plus en plus : de nouvelles recrues ne cessent d’entendre l’Appel. Karigan, désormais Cavalière aguerrie, gravit doucement mais sûrement les échelons au sein de l’Ordre : loin de la jeune fille écervelée qu’elle était quelques mois plutôt, elle fait désormais preuve de réflexion et de mesure, afin de pouvoir prendre en charge les jeunes apprentis et les missions qui lui sont confiées. Missions qui vont, justement, l’envoyer sur les routes avec le jeune Fergal. Au programme, une visite à Selium, puis un petit tour du côté de l’élevage des chevaux si particuliers des Cavaliers et, enfin, dans la province de Mirpuits. En soi, rien de bien compliqué. Et pourtant, sur les traces de notre héroïne, les ennuis ne sont jamais loin…
FRANCHEMENT. J’ai adoré ! Je ne sais pas, je l’ai trouvé bien plus rythmé, entrainant, prenant que le deuxième tome : si la première partie reste assez tranquille, l’auteure se contentant de nous lancer sur les routes aux côtés de notre héroïne et de son boulet apprenti, la seconde est tout bonnement haletante. Vous vous en doutez, Karigan va de nouveau se retrouver plongée dans les ennuis jusqu’au cou : elle a décidément un véritable don pour les attirer ! Entre ses péripéties que nous suivons avec attention, le développement toujours plus intéressant du background du roman (j’ai ADORÉ rendre visite à cette famille d’éleveurs si particulière ❤️) et l’avancée d’Alton du côté du mur… Je dois bien avouer avoir été fascinée. Il faut dire également que ce volet travaille davantage sur la psychologie des personnages, ce qui n’a pas été pour me déplaire. L’arrivée de Fergal, notamment, apporte beaucoup au récit en brisant le manichéisme ambiant (qui avait déjà été mis à mal par Alton) : malgré mon agacement premier, je me suis beaucoup attachée au jeune homme, espérant qu’il panserait ses blessures en devenant un Cavalier Vert à part entière. J’ai également beaucoup apprécié l’évolution de Karigan : on sent que la jeune femme a mûri, qu’elle est prête à faire passer son devoir avant ses intérêts personnels. La relation qu’elle entretient avec l’un des personnages (dont je tairais le nom) m’a enfin beaucoup touchée : si mon côté fleur bleu aurait préféré une toute autre voie, ce choix de l’auteure me parait -malheureusement- bien plus crédible. Et cela rajoute un peu de difficulté là où, parfois, on peut avoir l’impression que les choses sont un peu trop faciles : le récit reste bon enfant, convaincus que nous sommes que, malgré tous les obstacles se présentant devant nos héros, ils finiront par s’en sortir sans trop d’égratignures. C’est peut-être le seul petit défaut que je pourrais trouver à la série, et encore : je dois bien avouer que ce qui me plait avec elle c’est aussi, et surtout, cette assurance qu’elle m’offre de passer un moment bien plus qu’agréable et sans prise de tête. Une lecture qui fait du bien, en somme, dans laquelle on se perd avec grand plaisir. Alors, merci, Miss Britain, et vivement la suite !

En bref, j’ai BEAUCOUP aimé ce troisième tome que j’ai tout simplement dévoré, le cœur battant la chamade au rythme du galop des coursiers Verts. L’action y est plus rythmée que dans le précédent opus, et nous continuons avec grand plaisir à découvrir cet univers oh combien particulier. Vivement la suite !

On en redemande

Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. j’adore ton enthousiasme et ta passion pour cette serie que j’aime tellement 🙂 merci pour tous cela !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *