Le chant des épines, Adrien Tomas (Le royaume rêvé #1)

19.08.Royaume-rêvé

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : Avec Le Chant des Épines débute l’extraordinaire fresque aux origines des Six Royaumes. Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d’unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse. Mais leur chemin vers l’accomplissement de cette quête sera semé d’embûches : le respect du peuple s’arrache dans le sang et les larmes, et la victoire sur leurs ennemis demandera de grands sacrifices. Ils sont la dernière chance de survie du Nord : l’empereur-tigre menace de fondre sur les marches du Gel, et les mandragores s’éveillent pour les ravager. Les lames, la magie et le verbe seront leurs armes.

Mon avis : Une lecture imprévue… Qui s’est révélée être une excellente, EXCELLENTE surprise ! Je ne connaissais absolument pas la plume d’Adrien Tomas (grossière erreur !), mais pour avoir rencontré le Monsieur lors des dernières imaginales… J’étais plutôt curieuse de découvrir son imaginaire. Tentée par mon Boubangle préféré qui s’organisait une petite LC tranquilou-bilou sur son dernier né, j’ai décidé de rejoindre joyeusement la bande, mettant -une fois de plus- à mal ma décision de n’acheter aucun livre. Mais PROMIS, cette fois, j’arrête (après les deux Bélial’, et peut-être un ou deux Bad Wolf. Hum). Hein, hein ?
Mais revenons à nos moutons : avec Le Chant des Épines commence la merveilleuse saga du Royaume Rêvé, mettant en scène six adolescents, réunis à la Cour du clan Svelsen. Quatre d’entre eux sont les héritiers des plus grands clans du Royaume, l’un n’est que simple vassal… Et la dernière, Vermine, est une jeune fille sauvage, libre de toute entrave. Tous sont rassemblés dans un seul but : bâtir un royaume plus juste, se fondant sur le mérite plus que sur le sang, créer un royaume uni, à-même de faire face aux menaces extérieures. Mais pour y arriver, nos héros devront apprendre à travailler de concert, à se faire confiance, à passer outre leurs préjugés… Et, surtout, à abandonner la vision du monde que leurs ont légué leurs pères…
Dire que j’ai aimé ce roman serait bien faible : je l’ai tout simplement D-É-V-O-R-É Je l’ai trouvé à la fois particulièrement bien écrit (merci merci merci M’sieur Tomas pour cette belle langue que vous savez si bien manier !), original, et bien mené. Franchement, je ne me suis pas ennuyée UNE SECONDE : j’ai surtout eu énormément de mal à m’en détacher, pour tout vous dire. Car, ce bouquin… Il est bourré de mystères ! L’intrigue principale m’a passionnée : j’ai beaucoup, beaucoup aimé suivre nos héros dans leur quotidien, les voir apprendre les uns des autres et, surtout, gagner en maturité. Si tous sont au premier plan, nous suivons plus particulièrement Vermine, cette enfant des bois oh combien vive et attachante (j’avoue que son petit côté rétif m’a beaucoup plu), qui a, au début, bien du mal à trouver sa place dans un projet dont elle ignore tout, et pour lequel elle imagine n’avoir rien à apporter. Plus les chapitres défilent, et plus l’on comprend que son rôle sera pourtant crucial… Sans que l’on saisisse encore complètement de quoi il sera question : le début (avec l’orbe) comme la fin (avec le Chroniqueur) de ce premier tome m’ont ainsi laissée profondément songeuse, la tête remplie de questions sans réponse.
Et le reste ! Quelle est cette mystérieuse créature entretenue par la Locuste ? Les Elfes ont-ils réellement disparus ? Et mystérieux projet n°68 ? Sans parler de nos multiples personnages, qu’ils soient secondaires ou principaux, qui semblent avoir pas mal de secrets bien cachés… J’ai lu tout d’abord lu avec intérêt, puis avec passion… Avant de m’acharner littéralement sur les dernières pages, cruellement consciente que la suite se ferait bien trop attendre. Mais quelle idée, aussi, de se jeter sur la rentrée littéraire ?
Côté personnages, ils sont tous très bien dépeints : nos six héros, notamment, sont tout à fait différenciables et, de manière générale, très bien croqués, avec une vitalité indéniable. Sans être complètement manichéens (Ysemir, notamment, peut nous faire penser à une petite brute épaisse en devenir… Sauf quand il abandonne ses poings pour réfléchir), tous ont ce côté à la fois plein de bonne volonté et un peu candide qui caractérise parfois la jeunesse, pressés d’en découdre pour construire un monde meilleur. Si je n’ai pas encore établi de jugement sur Ithaen, préférant attendre la suite, je n’ai pas su résister à Merisia et Solheim, la première pour sa fraicheur irrésistible et le second pour son empathie incommensurable. Vous l’aviez compris, Vermine a, elle aussi, su me toucher droit au cœur, étant à mon sens le personnage le plus prometteur de cette galerie 🙂
En somme, ce premier tome fut une excellente découverte à laquelle je ne m’attendais pas particulièrement : je l’ai commencé sans trop savoir à quoi j’avais affaire, et l’ai terminé amplement conquise. Si vous cherchez un roman à la fois prenant, original -sans déparé des traditionnels codes du genre-, bien écrit et donnant envie de se ruer chez l’auteur pour y réclamer la suite, vous avez trouvé : pour un premier essai avec l’auteur ainsi qu’avec cette rentrée de la fantasy française… C’est un succès !

En bref, gros coup de cœur imprévu pour ce premier tome : tous les ingrédients constituant un excellent roman de fantasy y sont réunis. Mais, franchement, où est la suite ?

725a8-coupdecoeur2
Coup de cœur !

Et en plus : la chronique d’Alli et de Sae-chou !

Pour marque-pages : Permaliens.

7 Commentaires

  1. Tout pareil, tout pareil <3 Vivement la suite ! Merisia, Solheim <3 TOUT PAREIL J AI DIT 😀

  2. J’ai entendu de bons avis sur l’auteur et je pense que ce livre pourrait me plaire =)

  3. Ping :Chroniques des livres éligibles au Prix Planète-SF 2017 : A à K (par titre) - Planète-SF

  4. Voilà qui donne envie, d’ailleurs ça tombe bien, je l’ai en numérique ! Hop, lecture prévue… heuuuu, faut que je trouve un créneau ! 😀

  5. Je n’ai encore rien lu d’Adrien Thomas, mais c’est un auteur dont j’aimerais beaucoup tester les romans. Celui là me fait de l’œil depuis que ma maman m’en a ramené un extrait des Imaginales et ton avis me conforte bien dans l’idée que ce sera l’élu. J’ai hâte de me le procurer et de pouvoir l’entamer.

  6. Ping :Chroniques des livres éligibles au Prix Planète-SF 2017 : L à Z (par titre) - Planète-SF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *