La Grâce de Kushiel, Jacqueline Carey (Imriel #3)

imriel 3

Traduit par Frédéric Le Berre

Premier et deuxième tomes : L’Héritier de Kushiel & La Justice de Kushiel

Se le procurer :
FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication Decitre

L’histoire : Imriel et Sidonie renoncent enfin à la clandestinité. Mais l’aveu de leur amour s’apprête à précipiter le royaume dans le plus grand tumulte. Car les D’Angelins n’ont pas oublié les crimes de la mère d’imriel, la perfide Melisande. Aussi la reine Ysandre impose-t-elle une condition absolue à l’union des amants. imriel doit accomplir un acte de foi : retrouver sa mère et la ramener en Terre d’Ange pour qu’elle y soit exécutée.
Mais tandis que Sidonie et lui se préparent à une nouvelle séparation, une force étrangère venue de loin étend son ombre sur le royaume. Les deux amants survivront-ils à cette nouvelle menace ?

Mon avis : Par Elua ! Mais quelle conclusion ! Quelle trilogie ! Quelle plume ! QUEL TALENT ! J’ai dévoré ce premier tome comme les deux premiers ; je l’ai vécu plus que je ne l’ai lu, comme pour la trilogie initiale. Et, comme pour chacun des cinq romans qui l’ont précédé, j’ai senti mon cœur se désagréger lentement, sûrement, inexorablement. Jacqueline Carey m’a mise au supplice, a écourté mes nuits en me poussant à lire une page, encore, et encore une, et… Jusqu’à ce que je me rende compte, mercredi soir, qu’il ne me restait qu’une poignée de chapitres avant le point final. Comment vous expliquer mon déchirement ? C’est que j’ai rarement été aussi hypnotisée par une série : le fond, la forme, l’univers, les personnages… Tout, dans ces deux trilogies, m’a séduite. Et ce dernier tome… Comment vous dire… C’est un peu la cerise sur le gâteau. Jacqueline Carey m’a transportée, véritablement. Elle m’a prise aux tripes, comme à chaque fois, m’a fait frémir, soupirer, pleurer (et rougir, des fois). Bien que ma lecture des deux premiers tomes remonte au mois de mars, je me suis glissée dans celui-ci aussi aisément que si je venais d’en sortir, retrouvant mes personnages fétiches avec délectation. Sitôt plongée dans l’intrigue, ils sont comme sortis de leur gangue de papier pour m’accompagner durant toute la courte semaine qu’aura duré ma lecture, aussi bien croqués qu’à leur habitude. Et peut-être mieux encore, même : je ne vous dévoilerai rien sur l’intrigue, bien évidemment, mais sachez tout de même que tous, TOUS vont subir un énorme revers de fortune, leur personnalité s’en trouvant changée du tout au tout. Et c’est un vrai tour de force que l’auteure accomplit ici : on lit sans heurt, sans hausser les sourcils, sans trouver quelque incohérence que ce soit, simplement hypnotisée par une intrigue magistrale. Jacqueline Carey va jusqu’au bout des choses, reprend les fils de son récit là où elle les avait laissés, et finit de les tisser de la meilleure des façons : j’en suis ressortie soufflée. Cette fois-ci encore, elle nous lance sur les routes à la découverte de nouvelles contrées, sur les traces d’un héros qui n’est décidément pas au bout de ses peines. Car le couperet tombe, et plutôt deux fois qu’une : la première, quand une certaine Melisande refait son apparition dans des circonstances tout à fait dramatiques et la seconde… Quand une obscure magie s’abat sur la Ville, évènement aux répercussions aussi poignantes que rageantes. Comme à son habitude, l’auteure joue avec nous, maniant rebondissements et retournements de situations avec une dextérité criante : bien que la romance prime cette fois-ci davantage sur les intrigues de cour, l’on n’en sent pas moins notre cœur s’emballer pour le destin de ce royaume qui nous est devenu plus que cher. J’ai lu avec acharnement, rien de moins. J’ai lu avec acharnement, et l’ai refermé avec désespoir, cruellement consciente qu’aucune autre trilogie ne m’attendait derrière celle-ci. Mais la boucle est belle et bien bouclée : la prochaine fois que je retournerai en Terre d’Ange, ce sera aux côtés de Phèdre et Joscelin, pour redécouvrir de nouveau cette série qui aura tant fait battre mon cœur. Une chronique décousue pour un coup de cœur magistral, pour une déclaration d’amour à cette plume qui aura su me faire tant vibrer, pour ces romans si atypiques, ces personnages si attachants, cette intrigue si parfaite. Une chronique décousue pour un immense MERCI ❤️

En bref, un coup de cœur déchirant que ce troisième tome, parce que c’est bel et bien fini : j’ai savouré chaque page comme si c’était la dernière, je me suis accrochée aux pas de mes personnages fétiches avec l’énergie du désespoir. Un troisième tome poignant, merveilleux, parfait ❤️

725a8-coupdecoeur2
COUP DE CŒUR !

Pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Un très bel avis, qui me donne vivement envie de me plonger dans cet univers =)

  2. Ping :Autumn : here we are ! – Les lectures de Bouch'

  3. Ping :Bilan du mois de Septembre – Les lectures de Bouch'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *