La ménagerie de papier, Ken Liu

La menagerie de papier

Traduit par Pierre-Paul Durastanti

Se le procurer :
Decitre FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication

L’histoire : « Elle plaque la feuille sur la table, face vierge exposée, et la plie. Intrigué, j’arrête de pleurer pour l’observer. Ma mère retourne le papier et le plie de nouveau, avant de le border, de le plisser, de le rouler et de le tordre jusqu’à ce qu’il disparaisse entre ses mains en coupe. Puis elle porte ce petit paquet à sa bouche et y souffle comme dans un ballon.
“Kan, dit-elle. Laohu.” Elle pose les mains sur la table, puis elle les écarte.
Un tigre se dresse là, gros comme deux poings réunis. Son pelage arbore le motif du papier, sucres d’orge rouges et sapins de Noël sur fond blanc.
J’effleure ce qu’a créé Maman. Sa queue bat et il se jette, joueur, sur mon doigt… »

Ken Liu est né en 1976 à Lanzhou, en Chine, avant d’émigrer aux états-Unis à l’âge de onze ans. Titulaire d’un doctorat en droit (université de Harvard), programmeur, traducteur du chinois, il dynamite les littératures de genre américaines, science-fiction aussi bien que fantasy, depuis une dizaine d’années, collectionnant distinctions et prix littéraires, dont le Hugo, le Nebula et le World Fantasy pour la seule « Ménagerie de papier », ce qui demeure unique à ce jour. Le présent recueil, élaboré au sein d’un corpus considérable, et sans équivalant en langue anglaise, consacre l’éclosion du plus brillant des talents, protéiforme et singulier — l’avènement d’un phénomène.

Mon avis : Ma première lecture made in Le Bélial’, ça se fête, non ? Et je dois avouer que ce choix fut des plus heureux : j’ai été subjuguée par La Ménagerie de papier. C’est beau de voir que, même si tout ne va pas comme je le voudrais dans ma vie perso, je sais encore choisir mes lectures ^_^ Mais laissons-là ces considérations mélancoliques, et parlons de ce petit bijou : moi qui ne suis habituellement pas -pas du tout, même- férue de nouvelles, j’ai été transportée par ce recueil. Parce que Ken Liu a une plume envoûtante, et qu’il nous livre des récits empreints d’une sensibilité poignante. Évidemment, tous les textes ne m’ont pas touchée au même degré. Certains m’ont même laissée assez insensible. Mais, pour la plupart… C’est magique ❤️
J’ai découvert ce recueil grâce à Dup, juste . Depuis bientôt un an, il me trottait gentiment dans la tête, sans que je cède à la tentation… Comme je vous le disais plus haut, je ne suis habituellement pas férue de nouvelles, trouvant ce format trop court pour y créer, véritablement, une ambiance, une atmosphère suffisamment prégnante pour immerger le lecteur. Et puis, les Imaginales sont arrivées. Et, alors que je furetais sur le stand du Bélial’, mon regard est tombé sur la magnifique couverture d’Aurélien Police (je vous conseille vivement d’aller faire un tour sur son site, ce monsieur est extrêmement talentueux !), et… Vous connaissez la suite. C’est en attendant que Malo termine sa sieste que je l’ai commencé, décidée à prendre la température du recueil en lisant une ou deux de ses nouvelles… Pour en lire finalement les cinq premières. Et en arriver à la conclusion que je tenais sans aucun doute un OLNI, avec lequel j’allais passer un très, très bon moment : qu’ils fassent une ou quinze pages, je me suis plongée dans chacun des textes avec une facilité déconcertante. En quelques lignes, Ken Liu a su capturer l’essence même de son propos… Je ne dirais pas que des textes plus longs auraient été superflus (tout au contraire : ses idées sont si passionnantes qu’on le laisserait nous en parler des chapitres durant !), mais l’essentiel est là. Suffisamment développé pour ne pas frustrer le lecteur, et magnifié par une plume extrêmement poétique, visuelle et immersive. Rien que cela !
Si la plupart des nouvelles sont estampillées SF (voyages interstellaires, colonisation de planètes éloignées, avancées futuristes…), certaines d’entre elles relèvent davantage du fantastique : ainsi en est-il, notamment, pour La ménagerie de papier, nouvelle donnant son titre au recueil et figurant, pour ma part, au rang des plus touchantes. Touchantes, oui, mais toujours avec cet arrière goût amer laissé en bouche, aucune d’elles ne donnant gratuitement dans le pathos. Les thèmes traités par Ken Liu sont vastes, et entrent pourtant en résonance les uns avec les autres, conférant au recueil une unité certaine.
Si j’ai souvent eu la gorge serrée et l’œil humide (j’ai même carrément fondu en larmes en lisant Trajectoire et Journal intime), je n’en ai pas moins souri (voire ri franchement, pour certaines !) régulièrement. Le Golem au GMS, Emily vous répond… Le bonhomme a de l’humour et ne s’en prive pas, tant mieux pour nous ❤️ Aucune de ces dix-neuf nouvelles ne m’aura ainsi laissée insensible, et je n’espère désormais qu’une chose : pouvoir expérimenter la plume de l’auteur à travers l’un de ses romans qui, je l’espère, ne tardera pas à être traduit en français…

En bref, une lecture magnifique. Massivement primé (Prix Hugo, Nebula, World  Fantasy et, plus récemment, Grand prix de l’Imaginaire 2016), La ménagerie de papier est un recueil qui se savoure, et se relit. La plume de Ken Liu est magnifique, et les sujets qu’il a choisi d’aborder sont aussi divers que passionnants, tous porteurs d’un questionnement, d’une réflexion qui ne pourra laisser le lecteur insensible. A lire, et vite !

On en redemande
On en redemande !

Pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Je ne suis pas non plus férue de nouvelles mais ta chronique donne vraiment envie et intrigue! A voir… 🙂

  2. Génial Ken Liu. La Ménagerie de papier m’a fait pleurer… Superbe recueil ! (Moi j’adOoOre les nouvelles, et dans le style je te suggère Infinités de Vandana Singh)

  3. Bah je suis pas fan de nouvelles…
    Je suis pas fan e la couverture…
    Mais tu m’as donné envie !!!
    Je note 🙂

  4. En voilà encore un qui me fait furieusement envie, et pour lequel je n’ai pas du tout l’intention de me montrer raisonnable 😉
    Tu as vu un peu comme je maîtrise l’art de me déculpabiliser vis à vis de mes futurs craquages 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *