Jadis – Carnets et souvenirs picaresques de la ville infinie, Collectif

Jadis

Écrit par :

Charlotte Bousquet, Mathieu Gaborit, Raphaël Granier de Cassagnac, Régis Antoine Jaulin & Nicolas Fructus (illustrations)

L’histoire :
UNE VILLE INFINIE
JADIS, un monde urbain où se succèdent à perte de vue jardins, ruines et palais à l’architecture fantasque inspirée de la Renaissance…
JADIS, la cité aux mille vies où chacun peut défier Dame Fortune, tisseuse du destin, pour gravir la Pyramide des Fanfreluches.
En ce jour, Maestro, le célèbre artiste, a convoqué trente plumes des plus affûtées. Son défi : que chacune narre la plus extraordinaire et la plus mouvementée des aventures qu’il lui ait été donné de vivre !
UN JEU LITTERAIRE
Charlotte Bousquet, Mathieu Gaborit, Régis Antoine Jaulin et Raphaël Granier de Cassagnac ont choisi un personnage parmi les trente dessinés par Nicolas Fructus.
Ensemble, ils ont exploré pour vous JADIS.
Pendant un an, ils se sont livrés à un exercice passionnant, poussant loin l’écriture d’un récit à plusieurs mains. Ils ont échangé textes et illustrations, se sont lancé des défis et finalement rencontrés, pour jouer une pièce de théâtre ou se dire la bonne aventure.
De ces échanges est née l’histoire que raconte ce livre. Hommage vibrant aux inventions de Léonard de Vinci, aux récits picaresques de Don Quichotte, autant qu’aux mousquetaires d’Alexandre Dumas, JADIS compose une œuvre de fantasy baroque, un livre-monde foisonnant et magnifiquement illustré, un récit aux personnages inoubliables.

Mon avis : Mais quel livre ! Quel… Tout ! Après avoir parcouru les artères et ruelles de Jadis durant plus d’un mois, me voici devant vous, dépouillée, afin de vous en parler. Mais… Croyez-moi, mes mots sont bien faibles face à l’ampleur de la tâche : mieux vaut vivre cette aventure littéraire par soi-même, tant elle est riche, complexe, profonde… Complète. Ce n’est pas un simple roman que les éditions Mnémos nous offrent, c’est une porte ouverte sur un multivers fascinant, foisonnant. Une expérience unique, qui marquera la vie de tout lecteur choisissant de s’y plonger…
Comme souvent, c’est grâce à mes chères collègues de Book en Stock que j’ai découvert l’objet. Écoutez plutôt Dup en parler ! L’ouvrage n’était alors pas encore publié, mais soumis à une campagne de financement participatif… Et l’on comprend pourquoi : l’éditeur a tenu à offrir au public une version complète de l’ouvrage, ainsi assortie de tirés à part, d’un jeu de tarot, de signets… Bref, de quoi émerveiller nos petits yeux. La campagne fut un véritable succès (projet financé à plus de 600 %, rendez-vous compte !)… Auquel je n’ai, malheureusement, pas participé. Ce que j’ai fort, fort regretté, soi dit en passant ! C’est à Noël dernier que fut réparée l’erreur, mes beaux-parents ayant eu la gentillesse de le placer sous le sapin ❤️ Et, une fois entre mes mains… Même sans le coffret, l’objet est déjà SUPERBE. La couverture veloutée, le format hors normes, les illustrations magnifiques, des pages dans lesquelles on aime à se perdre des heures durant, le regard fasciné par les merveilles superbement dévoilées par Nicolas Fructus… Un véritable régal pour tout bibliophile, que cela soit dit.
Le résumer serait un outrage, tant cet ouvrage est riche. À travers un jeu littéraire hors norme, nous suivons quatre personnages dont les destins vont se croiser, s’entrecroiser, se mêler, s’emmêler… Vers qui est allée ma préférence ? Éris la Sélène, dont la plume m’a subjuguée ? Silenzio le Bougre, qui a mis mes émotions à mal ? Desiderio, cet être si épris de liberté que j’ai admiré de toute mon âme ? Ou le Sieur, dont les intentions troubles m’ont passionnée ? J’ai lu avec ivresse leurs aventures, découvert avec étonnement et admiration la pièce de théâtre construite autour de ce récit si particulier, me suis délecté des superbes illustrations qui le parsèment, celles-ci lui donnant corps, une matérialité tout à fait saisissante.
Et parce que quelques mots valent mieux qu’un grand discours, laissez-moi vous retranscrire ici l’un des passages m’ayant serré le cœur et fait poindre la larme à l’œil, consciente alors de tenir entre mes mains un petit joyau que je me dois de chérir, pour m’y replonger… Encore, et encore.

Extrait du récit de Silenzio, page 68.

« Couvent l’enfant le condamne, répétait le vieux. Tu dois l’aimer pour qu’il parte, tu dois l’aimer comme un souvenir et ce, dès sa naissance. Tu dois tailer tes bras trop longs autour de ses épaules et délier chaque jour la douleur de son envol. Tu dois l’aimer pour qu’il s’éloigne, Silenzio. Au fil des années, tu rendras tes frontières poreuses, tu feras en sorte que ton royaume ne soit qu’une porte sur l’ailleurs. L’enfant plantera ses racines dans tes certitudes et cherchera les siennes au loin. Prends garde à être le jour pour lui promettre la nuit lorsqu’il partira. Accroche le Rouet à son sillage, éclaire ses échecs, mais ne deviens jamais une aube promise sous peine de l’enfermer. Ne lui offre pas un refuge, il pensera que rien ne peut l’égaler. Agis dans le sens de sa liberté, c’est la seule promesse que tu pourras tenir. Laisse-le se blesser aux angles de ton amour, affranchis-toi du jugement. Tu l’as soumis à ton histoire mais il doit écrire la sienne. Si tu te nourris de lui, vous vous assècherez. Ne le regarde par grandir, grandis avec lui. Tu ne peux déteindre sur une toile encore blanche. Dépose tes couleurs à ses pieds et incarne le cadre. Sois loin sans disparaitre, cherche le méridien de ses espoirs et de ses peurs. La chair de ta chair doit devenir l’hétérodoxe de tes croyances, elle doit caler son âme contre la tienne et c’est ainsi que vous vous tiendrez debout, l’un pour l’autre, comme deux livres blottis et encore tièdes d’une lecture.« 

En bref, une lecture qui m’a étreint le cœur et laissé subjuguée, tant les auteurs nous offrent un travail abouti, incroyable. Braves gens, prenez vous aussi votre baluchon, et allez donc vous perdre dans les rues de la ville infinie… Le voyage en vaut mille fois la peine.

725a8-coupdecoeur2
Coup de cœur !

Pour marque-pages : Permaliens.

5 Commentaires

  1. Comment ne pas craquer face à un tel avis ! =)

  2. Ce « mixage » me tente beaucoup :).
    ça donne vraiment envie.
    Bisous à toi!

  3. J’ai compris : il ne faut pas que je le laisse trainer trop longtemps dans ma pile à lire 😉

  4. Coucou,
    Ce livre est un vrai bijou et très original, comme si on lisait un jeu RPG et j’étais très heureuse de retrouver Charlotte Bousquet et Mathieu Gaborit.

  5. Je l’ai offert à un ami pour Noël, et il ne m’a toujours pas dit ce qu’il en pensait, le bougre…, si c’est pas triste de voir ça !!!
    Tant pis, je me ferai ma propre opinion, et ce, avec grand plaisir, et bercée par ton enthousiasme communicatif, merci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *