Les polars nordiques s’affichent !

Le bonhomme de neige - la princesse des glaces

Depuis plusieurs années, les auteurs de polar nordiques ont la cote : Stieg Larsson, Arnaldur Indridason et autres Jussi Adler Olsen ont ainsi envahi les étals de nos librairies, faisant souffler un vent polaire sur nos auteurs traditionnels… Un courant nouveau qui a le vent en poupe, et duquel je devais absolument me rapprocher. Pour se faire, j’ai décidé de me frotter à deux piliers du genre : Camilla Lackberg, avec la première aventure de son enquêtrice chouchou, Erica Falk, et Jo Nesbo, lui aussi accompagné de son personnage fétiche, Harry Hole…

la princesse des glaces

Traduit par Lena Grumbach & Marc de Gouvernain

Se le procurer :

FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication Decitre

L’histoire : Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point, et sur beaucoup d’autres, l’inspecteur Patrik Hedstrôm, amoureux transi, la rejoint.
Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard, encore une mise en scène de suicide…

Mon avis : Il y avait bien longtemps que je me tâtais pour me frotter, enfin, à Camilla Läckberg : n’ayant eu que des retours positifs sur ses romans, je ne prenais pas grand risque. L’occasion m’en a été offerte lors de mon dernier anniversaire, et je n’ai pas tardé à le dévêtir de son emballage pour l’embarquer avec moi… Et bien m’en a pris : si cette lecture ne fut pas explosive, du moins fut-elle tout à fait agréable 🙂
Nous rencontrons Erica, trentenaire un brin atypique, retranchée depuis peu dans la maison de son enfance afin d’y faire le deuil de ses parents. Biographe de son métier, Erica s’attendait à tout, en pénétrant dans la demeure de son amie d’enfance, alors ouverte aux quatre vents. A tout, sauf à trouver cette dernière dans son bain, les poignets tailladés. Suicide ? C’est du moins ce que l’on a voulu faire croire… Missionnée par les parents de la défunte pour écrire une nécrologie à la hauteur du personnage, Erica se lance sur la piste du meurtrier. Au risque de faire ressurgir de vieux souvenirs, que beaucoup s’attachent à cacher…
Précisons tout d’abord une chose : à choisir, je m’oriente plus facilement vers les thrillers que les polars : j’ai besoin de me ronger les sangs, de frémir sous ma couette. Avec La princesse des glaces… Ce ne fut pas vraiment le cas : l’auteure n’instille pas vraiment de tension à son intrigue, ne nous met jamais au supplice en plaçant ses héros dans de tragiques situations. Non, Camilla Lackberg développe en ce sens un vrai polar : l’accent est mis sur l’enquête, la mise en scène reste assez sobre, et les personnages, tout comme leur environnement, sont plutôt bien soignés. Pour autant, cette sortie de ma zone de confort ne m’a pas déplu : j’ai apprécié ma rencontre avec Erica, suivre ses aventures sur fond de paysage glacé. Si la plume (la traduction ?) m’a laissée quelque peu insensible, j’ai suivi avec intérêt la progression de notre enquêtrice du dimanche… Et pourtant diablement perspicace. Camilla Lackberg nous offre là un récit à la fois efficace et prenant, et nous prouve joliment qu’elle n’usurpe pas sa réputation, tout au contraire !

******

le bonhomme de neige

Traduit par Alex Fouillet

Se le procurer :

FNAC-logo-noir-et-blanc-UNE-communication Decitre

L’histoire : Les premiers flocons ont quelque chose de féerique. Ils rapprochent les couples dans la chaleur des veillées, étouffent les bruits, étirent les ombres et masquent les traces. Dans le jardin familial des Becker, un bonhomme de neige fait son apparition, sorte de croquemitaine blanc, ses grands yeux noirs braqués vers les fenêtres du salon. Le lendemain matin, la mère a disparu seule reste une écharpe rose autour du cou du bonhomme de neige…
Trop de femmes en Norvège, depuis des années, n’ont plus donné signe de vie le jour des premières neiges. Harry Hole reçoit une lettre qui lui annonce d’autres victimes. D’une sobriété étonnante, l’inspecteur va se retrouver confronté, pour la première fois de sa carrière, à un tueur en série agissant sur son territoire. L’enquête le conduira jusqu’au gouffre de la folie.

Mon avis : Les connaisseurs s’étonneront certainement de trouver ce roman ici, sans trace d’autres écrits de Jo Nesbo sur le blog. Effectivement, je n’avais lu encore aucun récit de cet auteur… Et ai décidé, naturellement, de commencer par le huitième (si je ne m’abuse) tome des aventures de son enquêteur attitré, Harry Hole. Vous vous en doutez, c’est une erreur de ma part 😅 J’ai donc été un peu perdue en rencontrant Hole, puisque les détails le concernant sont assez rares. Nesbo distille ça et là informations éparses, toutes ou presque faisant référence à des évènements passés que je n’ai pu, donc, que deviner. Cela a quelque peu haché mon récit, et ma lecture s’en est trouvée un poil laborieuse. Dommage ! Car la trame de fond, elle, est vraiment intéressante : l’auteur m’a complètement baladée de bout en bout, et je suis tombée des nues à chacune de ses révélations. Nul doute que si j’avais suivi l’ordre habituel de lecture, les moments passés en compagnie de cet enquêteur revêche mais talentueux m’auraient paru bien moins longuets ! Pour une première expérience avec l’auteur, ce fut tout de même concluant : du moins assez pour que j’ai envie de m’essayer à un autre de ses romans !

En bref, ces deux romans m’ont plutôt convaincue, sans pour autant m’emporter comme ont pu le faire Mo Hayder ou Sire Cédric. A voir si leurs prochains romans sauront me faire vivre une expérience de lecture inoubliable !

972b6-bonmomentUn bon moment !

Pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Moi qui lit peu de polars, je dois reconnaître que je me laisse facilement emporter par les polars nordiques!

  2. Ma maman apprécie beaucoup Camille Lackberg, il faudrait que je m’y frotte également… =)

  3. Aurélie Sinoir

    Si tu veux continuer ta découverte des polars nordiques je te conseille vivement Lars Kepler!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *