Syrli #1, Maegan Spooner

SyrliTraduit par Guillaume Fournier

Se le procurer :
Decitre

L’histoire : Dans un monde normal, Syrli pourrait être une jeune fille comme les autres. Aller au lycée. Tomber amoureuse. Se disputer avec ses parents… Mais Syrli ne vit pans ce monde-là. Son monde est en lambeaux, l’humanité ne tient qu’à un fil. Une seule ville a réchappé de la destruction, protegée du chaos extérieur par une barrière d’énergie. Pour fonctionner, elle est alimentée par l’énergie vitale dégagée par certains adolescents aux pouvoirs particuliers : les Renouvelables.
Syrli serait des leurs, mais refuse d’être réduite à une simple batterie humaine. Une seule issue : la fuite. La traque peut commencer…

Mon avis : c’est grâce à mon petit Caribou que j’ai découvert ce roman. En même temps, y résister après avoir lu sa chronique relevait carrément de l’exploit ! Elle me l’a donc gentiment prêté, et je me suis jetée dessus dès que j’en ai eu l’occasion…
Syrli a seize ans. Son monde est réduit au dôme enserrant sa ville de toute part. Personne ne se risque au delà : des guerres ont ravagé la planète, la transformant en un cloaque hostile et peuplé de créatures monstrueuses. Cette petite poche d’êtres humains survit donc, confinée, préservée et totalement assujettie à l’énergie dont est alimentée la barrière. Une énergie présente chez les adolescents, et récoltée lors d’une cérémonie consacrant leur passage à l’âge adulte. Alors que Syrli s’apprête à faire elle-même l’expérience de la Collecte, elle met le doigt sur l’un des secrets les mieux gardés par les Architectes, les dirigeants de la ville : certains adolescents ont la capacité de renouveler l’énergie qui est en eux. Emprisonnés, torturés, ils sont usés jusqu’à la moelle pour le bien de la Cité. Quand Syrli comprend qu’elle est elle-même une Renouvelable, elle prend la fuite et traverse la barrière… Sans penser une seule seconde qu’ils pourraient la suivre. Peuvent-ils seulement se permettre de perdre une denrée si précieuse ? Et sont-ils vraiment ce qu’elle doit craindre le plus ?
Voilà plusieurs jours que j’ai terminé ce roman, et la sensation que j’ai eu en en tournant la dernière page ne m’a toujours pas quittée : je suis à la fois enthousiaste et… Un peu frustrée. Le fait est que nous avons sensiblement les mêmes goûts avec Sae : je m’attendais donc à avoir le même ressenti qu’elle, à peu de choses près. Et bien, pour une fois, ce n’est pas vraiment le cas : là où elle parle carrément de coup de cœur, je ne trouve qu’une bonne lecture. N’y voyez pas une dépréciation du roman, ce n’est pas le cas ! Mais je crains de ne pas avoir été autant emportée que je l’imaginais. Pas de quoi s’affoler, malgré tout : j’ai tout de même passé un très bon moment en compagnie de Syrli.
Un moment très… Intrigant, d’ailleurs ! Il faut dire que l’univers mis en place par Meagan Spooner est très particulier. Sombre, complexe… Et surtout peu explicité : j’ai trouvé l’auteure assez avare en matière de détails « techniques ». Quelque chose qui me rebute habituellement, il faut le dire. Et pourtant, loin d’être lassée, ma curiosité s’en est plutôt trouvé attisée : qui, quoi, comment, quand, où ? Je me suis amusée à traquer le moindre indice pour mieux comprendre ce qui était arrivé pour que l’humanité en arrive là, en plus de tout le reste. Car, en plus d’être sombre, l’univers créé par Meagan Spooner est riche. Très riche. Magie, technologie… Pas simple de s’y retrouver, je l’avoue. Mais j’ai pris plaisir à en découvrir les principes, même si je ne suis pas encore bien sure d’avoir tout saisi.
A côté de ça, l’intrigue. Prenante, c’est le moins qu’on puisse dire ! Nous suivons donc Syrli, alors qu’elle se retrouve en fuite sur un territoire totalement inconnu, et dangereux. Elle qui a passé son enfance en ville, qui n’a jamais eu besoin d’apprendre les rudiments de la survie en pleine nature, se retrouve ainsi confrontée du jour au lendemain à des situations totalement inédites, des situations dépassant l’entendement. Je peux vous dire que j’ai frémi plus d’une fois ! J’ai été rapidement captivée par le destin de cette jeune fille, par les questions qu’elle soulève sur son passage et ce qu’elle implique. Non, je ne vous dirai rien ! Sachez seulement qu’on y parle de magie, de sacrifices, de résistants, de mutants, le tout enrobé dans cette atmosphère oppressante au possible… Bouuuh !
Enfin, les personnages. Si j’ai trouvé Syrli attendrissante, ce n’est pas pour elle que mon cœur a battu le plus fort, mais bien pour Oren. Il est sombre, mystérieux (décidément !), ressemble plus à une bête traquée qu’à un garçon civilisé, mais… Il est avant tout très attachant. J’ai trouvé très dur de le quitter, d’autant plus que… NON ! Je n’ai rien dit.
Mon sentiment, bien que globalement positif, aurait pu être meilleur si je n’avais été un peu… Rebutée par la plume de Meagan Spooner. Je ne sais pas trop comment l’expliquer (comme souvent), mais il y a quelque chose qui m’a gênée, qui m’a poussée à hacher ma lecture quand je l’aurais voulu continue. C’est bien le seul point négatif (et encore, c’est très subjectif) que je peux relever ! Cela ne m’empêche pas, d’ailleurs, de regretter la non-parution du troisième opus en France. D’où ma réticence à lire le deuxième. A voir !

En bref, Syrli fut une très bonne découverte. Certes moins que ce que j’attendais, mais tout de même ! On s’élance sans un regard en arrière à la suite de cette jeune fille solitaire, mais surtout décidée à survivre, parés pour une aventure haletante et prenante au possible. Quel dommage que le troisième tome ne soit pas prévu au catalogue de Macadam !

On en redemande

Pour marque-pages : Permaliens.

8 Commentaires

  1. J’ai le premier tome à lire mais vu que le tome 3 ne paraîtra pas en France et que lire en VO c’est assez compliqué pour moi (manque de temps…), je crois que je vais passer sur cette série. C’est dommage !

  2. Un roman qui pourrait bien atterrir dans ma PAL 😀

  3. Ping :Sunday’s books #9 - Les lectures de Bouch'

  4. Tristesse je suis.
    Voilà.
    Pourquoi ne pas éditer le troisième.
    Je pleure…



    Bouhouhou

  5. C’est vraiment dommage et peu logique de publier les deux tomes sur trois, sans la conclusion.
    Je ne sais pas si je vais me plonger dedans, mais le résumé est assez tentant, néanmoins si on à peu de détails sur l’univers et le passé et que tout se retrouve dans le troisième tome, très peu pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *