Lumières – L’Encyclopédie revisitée – Franck Prévot

L’idée : 2013 est l’année du tricentenaire de la naissance de Diderot, père de l’Encyclopédie. Cet album au format hors norme, à mi-chemin entre le documentaire et le livre d’art, lui rend hommage. Onze illustrateurs et un auteur de littérature de jeunesse revisitent onze thèmes de l’Encyclopédie. Tout en s’inspirant des planches originales, ils les actualisent, les personnalisent et y ajoutent toute la fantaisie que permet la littérature de jeunesse.

Mon avis : Quiconque aura fait de la philo au moins une fois dans sa vie aura entendu parler de Diderot, et à fortiori de sa très chère Encyclopédie. Projet titanesque ayant suscité bien des controverses, il fut le symbole de tout une période, remettant en cause l’hégémonie intellectuelle de l’Église. Trois cents ans ont passé depuis la publication de ce chef d’œuvre, et c’est une toute nouvelle Encyclopédie que je tiens entre mes mains : Lumières, un album magnifique rendant hommage à ce farouche combattant de l’obscurantisme et des vérités toutes faites.
Quand j’ai vu que Babelio le proposait dans son dernier Masse Critique, je n’ai pas hésité un instant : les encyclopédies et moi, c’est une grande histoire d’amour. Et par encyclopédies, j’entends bien évidemment encyclopédies papier (quoique, entre nous, j’ai passé des heures et des heures sur Encarta)( je recommencerais bien, tiens). Or, il ne s’en publie plus. Internet est passé maitre dans l’art de la recherche d’informations, et ces gros pavés qui font battre mon cœur ont été relégués au fin fond des bibliothèques, prenant la poussière en attendant misérablement qu’un lecteur charitable vienne effleurer leurs pages. L’entreprise était donc déjà, en soi, suffisamment inhabituelle -insolite, rarissime- pour que je veuille aller y voir de plus près. Si l’on ajoute à cela les discours enflammés qu’ont eu mes divers professeurs de philo/littérature à propos de l’œuvre originelle, vous comprenez bien que je n’ai pas pu passer à côté : zou, à moi cette nouvelle Encyclopédie ! Imaginez les étoiles dans mes yeux quand je l’ai enfin eu entre les mains (et les éclairs, quand j’ai vu que La Poste n’avait pas été fichue de traiter le colis correctement) : cet album est tout simplement magnifique. D’un format peu commun (24*34 cm), tout est fait pour que l’on en prenne plein les yeux. Et ça marche ! Les planches sont… Exceptionnelles. Vraiment. Elles attirent l’œil immédiatement, invitent le lecteur à se perdre dans leur contemplation, à savourer le moindre petit détail. Chaque illustrateur (au nombre de onze, tout comme le nombre de sujets traités) a son propre coup de crayon, donnant ainsi à l’ouvrage une diversité des plus appréciables : les planches sont tantôt réalistes, tantôt oniriques, mais toujours captivantes. C’est en remarquant les miniatures des planches originales que l’on prend la mesure du travail qui a été fait pour remettre au goût du jour l’Encyclopédie : chaque illustrateur s’est réapproprié son sujet, l’interprétant à sa manière pour nous offrir ensuite le fruit de sa réflexion. Que l’on interprétera à notre tour ! Je me suis amusée à montrer l’album à ma nièce et mon neveu, âgés respectivement de 6 et 4 ans. S’ils sont bien trop petits pour lire l’ouvrage, ils n’en ont pas moins été fascinés par les dessins, les couleurs qu’ils avaient sous les yeux. Alors que nous étions tous les trois confortablement installés sur le canapé, chacun y est allé de son petit commentaire : « Oh, un géant ! » « Et ben moi, c’est ce papillon là que je préfère. » « Pourquoi il a des ailes, le chien ? ». J’ai mis fin à la séance quand ils ont voulu savoir où était situé tel ou tel os(1), et que cela a dégénéré en bataille de guili.
Quand j’ai ouvert pour la première fois Lumières, je ne me suis que très peu intéressée aux textes. Négligence que j’ai rattrapé plus tard, une fois seule. Et, comme les illustrateurs, Franck Prévot (seul à la barre, cette fois) allie humour et légèreté pour faire passer l’information. Ce qui nous donne un corpus à la fois intelligent et agréable à lire, que l’on se plaira à picorer de-ci de-là au gré nos envies. Je ne pense effectivement pas que cette version revisitée de l’Encyclopédie ait été conçue pour être lue linéairement. J’ai, pour ma part, préféré la savourer, prendre une page au hasard et la lire, en prendre une autre, et ainsi de suite.
J’ai donc passé un excellent moment avec cet album, et je suis certaine que je n’ai pas tout vu. Encore heureux ! J’adore l’idée d’être surprise, de grappiller ici et là une idée, de découvrir et redécouvrir, tomber sur un détail qui m’avait échappé… Je suis un peu retombée en enfance durant ma lecture, et j’ai aimé ça. Un grand merci pour ce beau cadeau !

En bref, un très bel hommage à un grand homme, que je me suis plu à parcourir à de multiples reprises. Les illustrations sont superbes, les textes bien ficelés : c’est une réussite.

On en redemande !
(1) Voir la quatrième illustration de la première planche pour comprendre.
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *