Le Héros des siècles, Brandon Sanderson (Fils-des-brumes #3)

Tome 1 : L’Empire Ultime
Tome 2 : Le puits de l’ascension

Traductrice : Mélanie Fazi

L’histoire : Pour mettre fin à la tyrannie, Vin a tué le Seigneur Maître. Mais en essayant de fermer le Puits de l’Ascension, elle a laissé s’échapper une des formes maléfiques de l’Insondable. Depuis, les Inquisiteurs et les brumes font toujours plus de victimes, tandis que les cendres qui tombent du ciel menacent d’affamer les hommes et d’ensevelir le pays. Vin et Elend tentent de sauver ce qui peut encore l’être. Pour cela, ils doivent à tout prix découvrir les derniers secrets du Seigneur Maître : l’ultime cachette d’atium, le plus puissant métal des Fils-des-Brumes… et l’identité du Héros des Siècles.

Mon avis : Et voilà, c’est fini. Après plus de trois mille pages d’aventures génialissimes, il est temps de passer à autre chose. Et ça ne va pas être évident, je vous le dis ! Cette trilogie est un coup de cœur ÉNORME, comme j’en ai rarement eu. Et je n’ai absolument pas envie de me plonger dans un autre roman, peu importe le genre : cette lecture fut si prenante, si… parfaite, que tout va me paraitre bien fade, ensuite. Pour surmonter ça, il ne me faudrait rien de moins que le troisième tome de La Dernière Terre , je crois ^_^ Bon, tâchons de transformer en mots toutes ces émotions. D’avance, pardonnez-moi si je me montre… confuse 🙂

En libérant le pouvoir contenu dans le Puits de l’Ascension, Vin ne se doutait pas de la puissance destructrice qui y était emmagasinée. Et Ravage semble bien décidé à accomplir ce pourquoi il a été créé : en un an, L’Empire Ultime est passé d’inhospitalier à franchement dangereux. Les volcans se réveillent, les chutes de cendres se densifient, les brumes se font toujours plus hostiles. Pour Vin et Elend, il n’est plus question de restaurer une société juste et égalitaire, mais de sauver ce qui peut encore l’être. Pour cela, une seule solution : découvrir les cinq entrepôts cachés par le Seigneur Maitre dans tout l’Empire Ultime, et surtout, surtout… Mettre la main sur sa réserve d’atium. Éparpillée dans tout le royaume, l’ancienne bande de Kelsier va se mettre en devoir de contrer la fin du monde… Pour autant que cela soit possible. Mais Ravage rôde, doté de pouvoirs que nos héros sont bien loin d’imaginer. Et si le mal était déjà en eux ?
En deux mots, ce dernier tome est… SUBLIME. Dans la continuité du deuxième, mais doté d’une force encore supérieure, grâce au côté inéluctable de l’action : nos héros sont en train de vivre la fin de leur monde et, malgré tous leurs efforts… rien ne semble y faire. J’ai vécu cette lecture comme un véritable déchirement, m’attendant au pire à chaque page. Autant vous dire que mes abdos ont travaillé !

Comme pour Le puits de l’ascension, Le Héros des siècles s’ouvre sur quelques pages récapitulant brièvement les évènements précédents. Quelques pages que je me suis empressée de sauter, tant j’avais hâte de connaitre la suite. Entre nous, j’aurais volontiers fait durer le plaisir que m’a procuré cette trilogie, en étalant davantage ma lecture. Mais voilà, c’était impossible : le deuxième tome m’avait tant captivée que je n’aurais pas pu lire autre chose. A un point tel que, depuis lundi dernier, je ne cesse de rêver de l’Empire Ultime et des Inquisiteurs (ok, cela ressemble plus à des cauchemars). Exactement comme quand je passais mes journées sur WoW ! Bref, tout ça pour vous dire que l’univers mis en place par Brandon Sanderson m’a totalement envoûtée, et que je n’avais aucune envie de lire autre chose. Mais alors vraiment AUCUNE. Du coup, une couette, un bon oreiller, et HOP ! En avant pour Le Héros des siècles.
Un an a passé depuis la libération de Ravage au Puits de l’ascension. Dès le début, on comprend que l’essentiel de l’action ne se déroulera pas à Luthadel, comme pour les deux premiers tomes : deux nouvelles cartes font leur apparition, détaillant des villes dont on ignorait tout jusqu’à lors : Fadrex, ancienne capitale du royaume de Cett et désormais aux mains d’un obligateur zélé, et Urteau, siège d’une nouvelle rébellion skaa. Toutes deux renferment les dernières cachettes élaborées par le Seigneur Maitre, sur lesquelles Elend doit à tout prix mettre la main : les réserves de nourriture qu’elles contiennent pourraient permettre à son peuple de survivre quelques mois de plus. Son objectif ? Convaincre les habitants des deux villes de rejoindre au plus vite Luthadel, pour contrer l’avancée inexorable des brumes, et ramener dans la capitale les vivres ainsi récupérées.
Le Héros des siècles s’articule donc autour de nombreux points, chacun des personnages ayant une mission bien particulière à remplir : Elend assure le siège de Fadrex, Spectre se chargeant aux côtés de Brise de l’infiltration d’Urteau. Des combats, donc, et un côté assez « terre à terre », puisqu’il s’agit avant tout de gagner du temps, de permettre aux hommes de vivre quelques semaines de plus. Pour Vin et Sazed, en revanche, le combat se déplace sur une tout autre dimension : alors que Sazed tente de retrouver la foi et se plonge à corps perdu dans l’étude des religions qu’il a compulsé au fil des ans, Vin choisi d’élaborer un plan pour contrer l’œuvre de Ravage. Mais comment battre un ennemi que l’on ne connait pas, omnipotent et omniprésent ?

Image

On suit chacun d’entre eux au fil du texte, se demandant où cela va nous mener, et surtout comment B.S. va relier tous ces évènements sans rapport apparent. Et bien, laissez-moi vous dire une chose : il y arrive, et très bien. Tout fait sens, la grande toile d’araignée qu’il avait commencé à tisser dès le premier tome se dévoile enfin. Mais seulement lors des dernières pages : il brouille si bien les cartes que la surprise est gardée intacte jusqu’au bout, que le suspense demeure à son comble jusqu’à la toute fin. Les révélations s’enchainent, entrainant de nouvelles questions, de nouveaux problèmes. Pas un instant je ne me suis ennuyée, pas un instant je n’ai cessé d’écarquiller les yeux. On apprend, on comprend, on assemble. J’ai lu ce dernier tome encore plus rapidement (misère !) que le deuxième, tant j’étais captivée. Parce qu’on a tout : émotions (j’ai cru finir les joues en sang), action, rebondissements… Quand on croit avoir compris, Brandon Sanderson nous fait un pied de nez et nous montre à quel point on avait tord. Quand on imagine comment tout cela pourrait bien finir, il nous fait vite comprendre à quel point nous sommes loin du compte. Et quand, finalement, on en arrive au dénouement… J’étais tellement loin d’imaginer ça ! Et je n’étais TELLEMENT pas préparée à en finir si vite ! J’ai lu les cent dernières pages la gorge serrée, le ventre noué, les mains crispées sur mon livre, un mot tournant en boucle dans ma tête « Nonnonnonnonnonnon… ». Puis, je l’ai refermé. Et serré fort contre moi, plus consciente que jamais de la pépite que j’avais entre les mains.

Je pourrais vous parler des heures entières de l’action de ce dernier tome, de son intensité, des lacérations profondes qu’il a laissé dans mon cœur. Parce qu’il offre une fin grandiose à cette trilogie merveilleuse. Je pourrais également vous parler de ces paysages dévastés, que l’auteur nous décrit si bien. De ces volcans que j’ai cru voir prendre forme sous mes yeux, de ces champs de cendres dans lesquels j’ai cru marcher. Je pourrais enfin vous parler de ces personnages magiques, qui m’auront fait vivre une aventure des plus mémorables. De Vin, qui me manque déjà, de sa bonté, de son courage, de sa force. D’Elend, qui a tellement changé en si peu de pages, de cet érudit un peu à côté de ses pompes, devenu un empereur des plus mémorables. De Spectre, cet adolescent à l’accent si marqué, au rôle capital dans la sauvegarde du monde. De TenSoon, si étrange, si important. Et de Sazed, Sazed… Sazed auquel je me suis terriblement attachée, qui n’aura eu de cesse de me surprendre et de faire battre mon cœur.
Je pourrais vous parler de tout cela et bien plus encore, mais ce serait sans compter l’émotion qui me serre le ventre depuis le début de cette chronique. Parce qu’elle représente un peu le pont qui me permettra de passer à autre chose, bien que je n’en ressente ni le besoin, ni l’envie. Alors voilà, c’est vraiment la fin… Je ne suis pas sure d’avoir trouvé les bons mots, les bonnes formulations, pour que vous compreniez combien cette lecture fut particulière, combien je l’ai apprécié. Combien je suis frustrée d’en avoir fini avec, quand j’en aurais voulu plus, bien plus. Combien je remercie Brandon Sanderson pour ce merveilleux cadeau. Combien, pfiou… Combien je me sens orpheline, désormais.

En bref, un ultime tome qu’il m’a été très difficile de refermer, tant cette série m’aura ensorcelée. Cette lecture m’aura tant plu, tant emportée, que je doute de réussir à lire quoi que ce soit d’autre dans un futur proche. Mais, vous… Si ce n’est pas encore fait, lisez-le. Fils-des-brumes fait partie de ces petites pépites littéraires que l’on ne croise que rarement dans une vie de lecteur, et je ne peux que vous la conseiller. Promis, juré, vous ne le regretterez pas.

5/5 : Coup de coeur INTERSIDÉRAL !

Pour marque-pages : Permaliens.

22 Commentaires

  1. Je suis ravie qu’il t’ait autant plus (et ça se ressent très bien dans ta chronique) car j’avais adoré aussi ce dernier tome. La trilogie est parfaite et ce tome 3 en est l’apothéose ! Qu’est-ce que j’ai pleuré à la fin !

  2. Devant une telle chronique, je ne peux que noter cette trilogie!!!

  3. Je n’ai lu qu’en diagonale, quelques mots par-ci par-là. Je ne veux pas me spolier mais il me faut absolument le caser. Tu m’as trop donné envie de poursuivre cette série 🙂

  4. Je n’ai lu qu’en diagonal ta chronique vu que je n’ai pas lu les premiers tomes, mais vu que pour toi c’est un coup de cœur intersidéral, ça donne envie de se lancer!! 🙂

  5. Je ne connais pas cet auteur mais c’est amusant je connais les ouvrages de la traductrice (Mélanie Fazi)..elle même auteur…J’ai aimé son Arlis des Forains !

  6. Ta chronique est vraiment superbe ♥ Et si j’étais un peu mitigée face à l’envie de découvrir cette histoire, je ne le suis plus du tout. J’ai vraiment envie de découvrir cet univers et ses personnages.

  7. Zut, pourquoi je suis passée par là hein ? 😉
    Je l’ai dans la tête depuis quelques jours… Je le lirai tôt ou tard, c’est décidé !
    Magnifiques images dans ton article hihi

  8. Ping :C’est lundi, que lisez-vous ? (72) | Les lectures de Bouch'

  9. Ping :Bilan du mois de Novembre | Les lectures de Bouch'

  10. Ping :Les âmes vagabondes, Stephenie Meyer | Les lectures de Bouch'

  11. Ping :Les fiancés de l’hiver, Christelle Dabos (La passe-miroir #1) | Les lectures de Bouch'

  12. Ping :Top Ten Tuesday (70) -

  13. Ping :L’alliage de la Justice, Brandon Sanderson - Les lectures de Bouch'

  14. Ping :SANDERSON Brandon ~ Fils-des-Brumes – Le héros des siècles, tome 3 | Livrement

  15. J’ai beaucoup aimé cette trilogie moi aussi 🙂 Aussi bien sur l’univers développé, les « pouvoirs » tirés des trois arts vis à vis des métaux. Oh l’illustration de Vin que tu as choisie est superbe ! J’ai apprécié les choix scénaristiques de l’auteur concernant la fin. As-tu lu « L’alliage de la Justice » ? Il est inscrit comme tome 4 mais si j’ai bien compris, c’en est pas un : l’aventure prend bien pied dans le même univers mais plus loin dans le temps que l’époque de Vin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *