La porte d’Azoth, Emma Sha (Pierre Obscure #2)

L’histoire : Après s’être perdue et évanouie dans le Temple du Souvenir et de l’Oubli, Chayma fait la rencontre d’Azraël Adamas, gardien du temple et maître des histoires passées, présentes et à venir. Pour l’aider dans sa quête et sauver son petit frère, il ne lui offre que ces quelques mots : « Cherche la Porte d’Azoth ! ». La jeune fille des Hauts plateaux, aidée de ces amis du Clan des Fennecs, devra plonger au plus profond des méandres de la ville d’Alzar, affronter son pouvoir autoritaire, déjouer ses pièges, cacher son identité, lutter, grandir et découvrir l’histoire mystérieuse de sa propre famille…

Mon avis : Souvenez-vous : je découvrais en mai dernier le premier opus des aventures de Chayma, et ressortais de cette lecture convaincue d’avoir une bonne dystopie jeunesse entre les mains. Par dystopie jeunesse, j’entends donc accessible dès 9-10 ans : de jeunes lecteurs souhaitant s’initier au genre y trouveront tout à fait leur compte. Bien qu’en dehors du cœur de cible, ce premier tome m’avait plu, et c’est donc avec plaisir que j’ai participé au dernier Masse Critique de Babelio pour recevoir le deuxième. Et permettez-moi de vous dire que nous avons là une suite très satisfaisante !
Nous quittions Chayma alors que la jeune fille se trouvait en mauvaise posture : sa cruelle grand-mère l’avait contrainte à se perdre dans le Temple du Souvenir et de l’Oubli, lieu sinistre fait de dédales interminables et jonché d’ossements, vestiges de visiteurs perdus. Secourue par Azraël Adamas, homme mystérieux et gardien du temple, notre héroïne retrouve peu à peu ses esprits, profondément marquée par ce qu’elle vient de vivre. Elle qui pensait pouvoir remplir sa mission en un jour ou deux… L’abattement la guette : le docteur Pavel semble réellement inatteignable, et son frère ne l’attendra pas éternellement. C’est alors qu’Azraël lui offre un indice précieux : elle trouvera ce qu’elle cherche à la porte d’Azoth. Mais comment Chayma peut-elle prétendre à trouver ce lieu mythique, elle qui ne connait Alzar que depuis quelques jours ? Secondée par le clan des Fennecs, Chayma repart à la recherche du remède qui guérira Elie. Et elle le trouvera, même si elle doit pour cela démonter Alzar pierre par pierre…
Passées quelques minutes de dénuement complet -l’auteure démarre au quart de tour, j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver-, je me suis replongée avec joie dans l’univers si particulier d’Alzar, cette ville au fonctionnement profondément inégalitaire. Alors que je ne l’avais par remarqué lors de ma première lecture, cela m’a sauté aux yeux avec celle-ci : le premier tome fait bien fonction d’introduction. Dans La porte d’Azoth, Emma Sha va à l’essentiel et ne revient pas sur l’univers qu’elle a mis en place précédemment. L’action est au centre du roman, et même si j’ai aimé voir l’intrigue avancer, j’ai tout de même été un peu déçue que l’auteure ne pousse pas plus loin certaines réflexions amorcées dans le premier tome. Enfin, peu importe : je le dis et le répète, il s’agit d’un ouvrage destiné à de jeunes lecteurs.
L’intrigue en elle-même est très sympa, particulièrement agréable à lire : on était déjà sous le charme de Chayma en terminant le premier tome, et cela se confirme ici. Elle est débrouillarde, intelligente, courageuse, un peu candide… Bref, profondément empathique. En pénétrant dans Alzar, elle n’imaginait pas le nombre de secrets dissimulés par sa famille. Ceux-ci se dévoilent peu à peu, et j’ai admiré avec quelle force de caractère elle appréhendait tous ces bouleversements. Emma Sha a trouvé la recette qui marche : une héroïne attachante, un univers suffisamment fouillé pour être crédible, une quête exemplaire et des mystères en veux-tu en voilà… Tout ce qu’il faut pour pousser le lecteur à se plonger profondément dans son roman.
Notre jeune héroïne avance donc dans sa mission, épaulée par Mihiran, Douxyeux (que nous connaissions déjà grâce au premier tome) et Bakary, un mystérieux petit garçon qui n’est pas sans rappeler… Non, je ne vous dirais rien 😛 Cet opus creuse encore davantage le fossé entre les populations aisées et les plus démunis, mettant l’accent sur la misère et la violence régnant sans partage sur l’existence des plus basses castes. Le pouvoir en place m’a vraiment fait froid dans le dos, et j’ai hâte de voir comment tout cela va tourner pour Chayma. L’auteure pose beaucoup de questions, introduit de nombreuses nouveautés… Le troisième tome risque bien d’être explosif !
Vous l’aurez donc compris, j’ai passé un bon moment avec ce titre. Un bon moment, malgré quelques longueurs, quelques prévisibilités, très certainement dues au fait que mes exigences en matière de dystopie sont un peu plus élevées que ce que ce livre a à offrir. Et pourtant, je ne peux m’empêcher de penser qu’Emma Sha a tout à fait réussi son coup avec cette série : on se divertit tout en réfléchissant sur des questions de fond, et c’est bien le principal.

En bref, un deuxième opus très sympathique, continuant sur la lancée du premier : les aventures de Chayma sont plaisantes à suivre, et les indices semés par l’auteure titillent notre curiosité. Où est la troisième ?

Un bon moment !
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *