Enkidare, Marie Pavlenko (Le livre de Saskia #3)

Tome 1 : Le Réveil
Tome 2 : L’Épreuve

/! Risque de Spoilers sur les tomes 1 et 2 /!

L’histoire : Après l’attaque du Nid, c’est la débâcle. Obligée de se réfugier à Arion, Saskia héberge les survivants. Mais Tod est gravement blessé, et de nouvelles attaques fragilisent le petit groupe. Saskia ne peut plus reculer : il lui faut trouver le Surclan, et éclaircir le mystère du Cercle des cent. Elle part donc à la recherche de ses ennemis, sans rien soupçonner, ni de leur puissance, ni de leurs effrayants secrets.

Mon avis : Ma rencontre avec Saskia remonte au mois de mars dernier… Et on peut dire qu’elle avait été explosive ! J’avais enchainé la lecture des deux tomes, je les avais littéralement dévorés : coup de cœur franc et intense pour cette série franchement géniale. Et, avec le troisième… Laissez moi vous dire que nous avons là du bon, du très bon, du très très bon. Si vous n’avez pas encore lu cette petite beauté, précipitez-vous chez votre libraire, jetez-vous sur cette trilogie et enfermez-vous le temps d’un weekend. Vous allez A-D-O-R-E-R !
En terminant le deuxième tome, je n’avais qu’une idée en tête : me procurer le troisième, coûte que coûte. Il se termine de manière horrible, Marie Pavlenko aimant manifestement mettre ses lecteurs (et ses personnages) à l’agonie. Souvenez-vous (ou ne lisez pas, si vous n’avez pas lu les deux premiers tomes) : le Nid avait été attaqué par un groupe composé de Faucheurs et de Gardiens, de nombreux membres du clan avaient été tués et Tod… avait été très gravement blessé. Enkidare commence donc quelques jours seulement après que la petite troupe ait été rapatriée à Arion, dans la maison que Saskia partageait avec sa mère adoptive. Laissant Tod, désormais plongé dans le coma, aux bons soins de Niels et des autres Faucheurs, Saskia se met en route pour Paris aux côtés de Mara, Jenna et Viktor : il est temps pour la jeune fille de rencontrer sa mère biologique, et d’éclaircir cette situation totalement incompréhensible. Saskia ne peut s’empêcher d’appréhender : son accueil au Nid avait été plutôt froid. Qu’en sera-t-il du côté des Gardiens ? Même si elle ne le sait pas encore, Saskia est sur le point de mettre à nu le plus grand complot de l’histoire Enkidare. Et certains sont prêts à tout pour la faire taire…
HAAAAAAAAAAAAAAAA ! Pardon, mais il fallait que ça sorte. CE TROISIÈME TOME EST UNE BOMBE ! Surpassant incontestablement les deux premiers (qui étaient géniaux, je le répète !!) , il m’a littéralement SUBJUGUÉE. Impossible de me le sortir de la tête, de le faire durer : j’avais BESOIN de l’ouvrir, de lire quelques lignes, quelques unes encore, et encore, et encore, jusqu’à ce que… Enkidare est un véritable page-turner, une tuerie, une magnifique conclusion pour une série non moins magnifique. L’action est constamment là, l’émotion aussi (et quelle émotion !), la mythologie s’étoffe encore et encore, les personnages sont de plus en plus attachants…. Ce tome, il est plus TOUT. Voilà. J’avais peur que le charme soit moindre, vu le nombre de mois passés entre mes lectures du deuxième et du troisième tome. Que nenni !! Grâce à la petite récap’ au tout début du roman, j’ai pu me replonger en moins de deux dans cet univers qui m’avait tant plu. Si je pouvais voir Marie Pavlenko, là, tout de suite, maintenant, je crois que je lui sauterais dans les bras : elle nous offre avec ce dernier tome… un merveilleux cadeau, je ne peux dire que cela : clore une saga est toujours un moment délicat, et cet ultime tome a surpassé toutes mes espérances. Vraiment, c’est un grand, un IMMENSE un coup de cœur.
Saskia m’avait un peu tapé sur le système au cours du deuxième tome, en partie à cause de ses jérémiades incessantes. Or, c’est une Saskia grandie que nous retrouvons avec ce troisième opus, une Saskia déterminée, prête à en découdre, adulte. Disparue, la frêle jeune fille rongée par le doute : nous avons là une héroïne forte… Très forte. Ses ennemis n’ont qu’à bien se tenir ! La suivre dans ses aventures fut un véritable régal. Je m’y suis énormément attachée, bien plus qu’au cours des deux premiers tomes ! Il faut dire également qu’elle est très bien entourée, et a de qui tenir : ses parents m’ont paru trop CHOUX, surtout quand ils se retrouvent après toutes ces années. Frea m’a énormément plu, j’ai beaucoup apprécié découvrir son personnage en même temps que Saskia. La relation qu’elles nouent m’a beaucoup touchée, émue même. Et Jenna, Mara, Viktor… Tous ces personnages que l’on rencontrait dans les tomes précédents, que l’on apprend à connaitre davantage, apportent du peps au roman, un charme indéniable. Sans compter ceux que l’on rencontre pour la première fois !  Et puis Tod, Tod ! Marie Pavlenko a fait de ses personnages l’un des plus gros points forts de son roman, j’ai vraiment adoré les découvrir, les suivre, les voir évoluer les uns par rapport aux autres, Saskia au centre.
Je ne rentrerai pas en détail en ce qui concerne l’intrigue, pour vous laisser la surprise intacte. Mais sachez une chose : vous n’êtes pas au bout de vos peines ! Marie Pavlenko va jusqu’au bout des choses, et plus loin encore. Je n’ai pas vu passer les 475 pages du roman, totalement absorbée par ma lecture : stress, effroi, larmes, rires… Je suis passée par tous les états possibles et inimaginables, pour finir le cœur gros, les yeux gonflés, un sourire léger sur les lèvres. Marie Pavlenko est une grande, une très grande, et je ne peux que la remercier pour les heures formidables qu’elle m’a fait passer.

En bref, rires et larmes sont en rendez-vous avec ce dernier tome, qui clôt magistralement une trilogie fantastique. La plume de Marie Pavlenko est toujours aussi belle, l’émotion toujours aussi perceptible, les personnages toujours plus attachants, l’action toujours plus intense. Enkidare est un pur bijou, à découvrir absolument !

5/5 : Coup de coeur !
** Je tiens à remercier les éditions Scrinéo jeunesse pour m’avoir permis de passer ce fabuleux moment <3 **
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *