Le panier du jour (17)

 

 

Et moi qui avais promis à Chéri de ne plus acheter de livres (sauf cas d’extrême urgence, comprenez par là les sorties imminentes en matière de YA) tant que nous n’avions réaménagé l’espace bibliothèque ! Je ne vous raconte pas le drame, ce matin, quand j’ai vu que je n’aurais aucun moyen de remettre sur mes étagères les livres que j’ai prêté. Mais bon, quand j’y réfléchis bien… D’une, ces rentrées livresques ne sont pas de mon fait. De deux, j’adore ça, voir ma bibliothèque pleine à craquer. 
Vous imaginerez donc aisément ma joie quand j’ai vu hier soir que ma BAL regorgeait de paquets. Recevoir un colis, c’est un peu Noël en avance ! Ni une, ni deux, je cours m’enfermer chez moi, jette par terre sac et manteau et m’installe confortablement. Et voici ce que j’y ai trouvé : 


Hiiiii ! Ma choupette chérie, Arcaalea, a encore frappé ! Deux livres qu’elle souhaite absolument me faire découvrir, un troisième sur lequel je bavais depuis X temps, une merveilleuse lettre accompagnée d’une non moins merveilleuse carte, et un superbe kit d’écriture….  J’adore Gorjuss !!! J’étais comme une petite folle, je vous assure.

La jeune fille à la perle, Tracy Chevalier
La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l’âge d’or de la peinture hollandaise. La ville est aussi prospère que rigide. Griet s’occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s’efforçant d’amadouer l’épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune étant très jalouse de ses prérogatives. Au fil du temps, la douceur de la jeune fille, sa vivacité, sa sensibilité émeuvent le maître. Il l’introduit dans son univers. À mesure que s’affirme leur intimité, la tension et la suspicion règnent dans la maisonnée, le scandale se propage dans la ville. Tracy Chevalier s’est inspirée d’un des plus célèbres et mystérieux tableaux de Vermeer, La Jeune Fille à la perle, pour écrire ce roman envoûtant sur la corruption de l’innocence. C’est l’histoire d’un cœur simple sacrifié au bûcher du génie.

Le dragon noir, Pénélope Williamson
Angleterre, 1157. Les Normands s’abattent sur le pays de Galles, qu’ils dévastent. À leur tête, le plus sauvage d’entre tous : Robert le Bâtard, surnommé le Dragon Noir. Fils illégitime du comte de Chester, ce chevalier sans terre a jeté son dévolu sur Rhuddlan, un fief appartenant au seigneur de Gwynedd. Cet homme, Arianna le hait. À la première occasion, elle le tuera. Elle se l’est juré. Mais pour l’instant, ligotée et bâillonnée au fond de la tente du conquérant, elle est réduite à l’impuissance… Soudain, la porte de la tente s’ouvre et Arianna voit la bannière de son tortionnaire se déployer dans une bourrasque : un dragon sur fond de gueules. Le Dragon Noir se dresse devant elle, silhouette immense dans son armure de métal. Le protège-nez de son heaume lui confère une allure d’oiseau de proie. Lentement, il s’approche de sa prisonnière et, de la pointe de son épée, relève la tunique sur les jambes fuselées de la jeune femme… 
Delirium, Lauren Oliver

Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme la pire des maladies. Un monde où tous les jeunes subissent à leur majorité une opération du cerveau pour être immunisés. À quelques mois de ses dix-huit ans, Lena aspire presque à subir à son tour le Protocole car depuis toujours amour rime pour elle avec souffrance et danger. Jusqu’à ce qu’une rencontre inattendue fasse tout basculer. Avant, tout était simple, tout était organisé. Mais est-ce vraiment vivre que de laisser la société tout prévoir pour vous ? Vos amis, vos amours et votre avenir ? Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ?
~
 Et enfin, le petit dernier qui marque le début de mon partenariat avec les éditions Belfond :
~

Le fils de Manhattan, Vol d’aigle – Bruno Garel

Imaginez.
Vous vous appelez Cham. Cham Wickware.
Vous êtes un jeune New-Yorkais de vingt-huit ans. Le 21.12.2012, vous vous faites virer de votre agence de pub et vous êtes en retard au rendez-vous que votre mère psy vous a fixé. En traversant Times Square, votre portable tombe en panne et votre corps se dissout soudain dans la vapeur d’eau qui surgit d’une bouche d’égout… Quelques instants plus tard, vous vous retrouvez en 1612, dans la peau et les plumes d’un aigle royal survolant la végétation luxuriante de l’île de Manhattan. Vous disparaissez de nouveau dans la vapeur d’eau d’une hutte de sudation occupée par un jeune Indien qui pourrait être votre double. L’esprit du sauvage prend possession de vous.
Vous vous réveillez en 2012, habité par l’âme de l’Indien qui n’a de cesse de vous demander de chercher le calumet sacré de son peuple pour sauver Manhattan des forces du mal et du déluge.
Tout le monde vous croit fou. Surtout votre mère psy.
Mais Vol d’aigle, l’esprit de l’Indien, vous donne d’incroyables pouvoirs chamaniques, à commencer par celui de voyager dans le temps pour accomplir votre mission : découvrir dans quel siècle un effrayant monstre ailé a caché le calumet sacré dans le but que Manhattan, reflet du monde, ne puisse jamais trouver la paix.
Cham et Vol d’aigle sauveront-ils New York ?


Encore une fois, j’ai été pourrie-gâtée 🙂 A très vite pour les chroniques de ces petites beautés !!
Et vous, qu’avez vous acheté, reçu, emprunté ?

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *