Addict, Jeanne Ryan

Le 6 mars dernier, je tombais sur une chronique particulièrement alléchante de ma très chère Mag du blog Lire délivre. Ni une, ni deux, j’ai embarqué Chéri dans la voiture et nous sommes allés faire une virée en librairie, au cours de laquelle j’ai craqué pour le mystérieux roman de Jeanne Ryan, Addict. Et, contrairement à mes habitudes, je ne l’ai pas laissé attendre bien longtemps dans ma PAL…

Traducteur : Fabien Le Roy

L’histoire : Un jeu sans règle ni pitié. Qu’êtes-vous prêt à perdre pour gagner ?
ADDICT est un jeu qui diffuse sur Internet des défis filmés en direct. Vee, 17 ans, ne sait pas si elle aura le cran d’y participer. Mais les organisateurs connaissent ses désirs les plus secrets et finissent par la convaincre avec des cadeaux qu’elle ne peut refuser et un partenaire irrésistible…
Dès qu’elle fait équipe avec le beau Ian, Vee ne peut qu’accepter le défi suivant, puis un autre, et encore un autre… D’autant que l’engouement des milliers d’Observateurs en ligne la pousse à dépasser ses limites et ses peurs.
Bientôt, le jeu prend un tournant plus que malsain : dangereux. Mais comment décrocher quand on est devenue complètement addict ?
Mon avis : Je me dois de vous dire, avant toute autre chose, que ce livre porte très bien son nom : je l’ai trouvé très addictif, et l’ai lu en à peine deux heures. Je dois également vous dire que vous trouverez, en flânant sur la blogo, des avis fortement contradictoires : beaucoup ont adoré, d’autres l’ont trouvé insipide. Addict semble faire partie de ces livres provoquant des réactions assez antagonistes en fonction de ses lecteurs. A la réflexion, je pense que je me situe au milieu : j’ai été emportée par ma lecture, même si j’ai noté quelques point relativement bancals. Explications.
Vee a 17 ans, et n’a jamais été sous les feux de la rampe. Les fleurs dans la loge du théâtre, les acclamations, les admirateurs… Tout ça est réservé à sa meilleure amie, Sydney. En apparence, Vee n’en souffre pas. Et pourtant, quand la possibilité de passer au devant de la scène lui est offerte, elle n’hésite pas longtemps : la voilà participant à Addict, le dernier jeu de télé-réalité à la mode. Le principe ? Choisir un défi, le réaliser selon les règles et poster la vidéo sur le site internet du jeu. A chaque défi réalisé, une récompense sans pareil. Sans vraiment s’en rendre compte, Vee va très vite gravir les échelons, jusqu’à être sélectionnée pour participer aux finales en direct. Mais jusqu’où est-elle prête à aller, pour une modeste paire d’escarpins ? 
Voilà, le principe est posé. A chaque défi réussi, le joueur remporte un prix dont il a toujours rêvé. Et plus les prix deviennent intéressants, plus les défis à réaliser sont compliqués. Voir malsains. Et c’est ce que dénonce ici l’auteure : l’engouement d’adolescents pour des jeux complètement dingues, les dérives de la télé-réalité, les moyens utilisés pour faire toujours plus d’audience.
Et je dois dire que, quand vous êtes dans le livre, ça marche diablement bien : on se demande bien jusqu’où Vee va aller, lisant presque avec incrédulité ce qu’est en réalité capable de faire cette jeune fille pourtant décrite comme timide. Et, de vous à moi, ça fait un peu froid dans le dos. 
Je n’ai pas trouvé que les personnages constituaient un point fort dans ce livre : pour tout dire, je ne m’y suis pas attachée. Même si certains adolescents seraient capables de tout faire pour avoir le dernier portable à la mode, j’ai quand même du mal à croire qu’il n’y aurait personne pour se poser deux minutes et dire « Non mais, c’est quoi ce cirque ?! ». Attendez, pour l’avoir, ce smartphone, Vee va quand même jusqu’à faire le tapin. Rien ne vous choque ? Alors, pour le coup, impossible de m’identifier à elle, ni de comprendre véritablement ce qui la pousse à continuer à jouer. Pareil pour Ian, son partenaire. Déjà, les lots qu’il gagne sont un peu bidons, et puis je l’ai trouvé louche tout au long du roman. 
Mais je ne pense pas que ce soit là l’important : ces personn
ages ne servent qu’à faire passer le message sous-jacent.
Et l’auteure a décider de frapper un grand coup, quitte à choquer les esprits. L’atmosphère malsaine et glauque de ce roman commence dès le prologue et, en le lisant, je me suis dit que ça ne rigolait plus. Et plus ça avance, plus mes yeux ahuris se sont agrandis (je vous raconte pas leur état à la fin de ma lecture). De ce point de vue là, Jeanne Ryan réussit très bien son coup. 

Cependant… Quand j’ai tourné la dernière page, je me suis dit que j’avais bien fait d’acheter ce livre : rien que pour l’adrénaline qu’il m’a procuré (je vous jure, c’est limite si je n’avais pas la petite goutte de sueur qui coulait sur mon front), c’est un bon investissement. Malheureusement, je ne pense pas qu’il restera dans les annales. Ce n’est pas son atmosphère glauque qui m’a gênée : au contraire, je trouve que cela tombe pile poil dans le sujet. Mais… j‘ai trouvé que Jeanne Ryan n’allait pas assez loin, du moins en partie : quitte à s’enfoncer, autant le faire des deux pieds. Pour les défis, pas de problèmes. J’ai du mal à croire que n’importe qui de sain d’esprit accepterai de les faire mais… admettons. Par contre, les lots… A moins que les candidats n’aient aucune jugeote, personne n’accepterai de prendre de tels risques pour des broutilles pareils. Un peu de crédibilité, que diable ! Et puis, la fin… Les deux personnages centraux changent du tout au tout par l’opération du saint-esprit, passant d’adolescents en manque de reconnaissance à de véritables supers-héros. Heu…?! J’ai pas vraiment compris. Pour moi, la fin est inadaptée, comme si Jeanne Ryan avait voulu se rétracter au tout dernier moment, faire de ce livre un gentil roman pour adolescents. Mouais. Enfin, la toute (toute-toute) fin du bouquin est carrément frustrante : Addict est annoncé comme un one-shot et pourtant… L’auteure se dégage une porte de sortie grande comme çaaaaa. Ça sent un peu l’opportunisme mal placé, si vous voulez mon avis.
Bon, j’avoue que ma chronique ne se termine pas vraiment sur une note positive. Mais quand vous lisez le roman d’un trait, cela passe inaperçu. Vraiment, j’ai passé un bon moment. Après, comme je le disais plus haut, je doute de m’en souvenir dans quelques années. Mais là n’est finalement pas le plus important. Si je devais vous donner un conseil, ne voyez pas en Addict le nouveau roman phare de la collection R, mais plutôt un bon moyen de vous embarquer dans une histoire complètement dingue pendant quelques heures. Après, si vous n’êtes pas un tant soi peu séduit par le principe (somme toute assez malsain) de ce roman, je ne pense pas que cela soit la peine d’essayer. Au mieux, vous perdriez votre temps, au pire, vous seriez définitivement dégouté de tout ce que pourra faire cette auteure à l’avenir, ce qui serait dommage. 

En bref, une lecture addictive à l’atmosphère malsaine, idéale pour un après-midi pluvieux. Addict ne sera pas la révélation de l’année, mais sa capacité à accrocher le lecteur doit être saluée.

    
Un bon moment !
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *