Chroniques du monde émergé – Tome 2, La mission de Sennar – Licia Troisi

Le 30 janvier dernier; je mettais en ligne ma critique du premier tome des Chroniques du monde émergé, une nouvelle série fantastique qui m’avait ravie au plus haut point. Je vous retrouve cette fois-ci pour vous présenter le second tome, tout aussi bon, tout aussi passionnant.
Couverture Chroniques du Monde Émergé, tome 2 : La Mission de Sennar
L’histoire : Convaincu que le Monde Émergé ne peut plus résister seul aux armées du tyran, Sennar le magicien supplie le Conseil des Mages de le laisser partir à la recherche du Monde Submergé. Là, il pourra obtenir l’aide de ses habitants. Or, ce continent a rompu tout contact avec le Monde Émergé depuis plus d’un siècle. Et Sennar ne dispose pour s’y rendre que d’une ancienne carte à demi effacée par le temps… De son côté Nihal, la jeune guerrière aux cheveux bleus, poursuit son apprentissage de chevalier du dragon. Mais le souvenir de Sennar, qu’elle a blessé au visage lors de leur dernière entrevue, la hante douloureusement…
Mon avis : Sennar et Nihal s’étaient quittés en froid. Souvenez-vous : la jeune fille, incapable de se dresser contre ses démons intérieurs, s’en était violemment pris à son ami, le blessant à la joue (Quelle cruche !). Nous les retrouvons donc bien loin l’un de l’autre : Tandis que Sennar a pris la mer pour tenter de pénétrer le monde submergé, Nihal poursuit son apprentissage pour devenir un chevalier du dragon… Tout en maitrisant ses pulsions meurtrières.
Quel tome ! J’en ressort aussi enthousiaste que pour le premier, tout en étant quelque peu… frustrée. Deux ou trois centaines de pages de plus ne m’auraient nullement dérangée : j’ai trouvé que tout passait bien trop vite dans ce tome, l’exploration du monde submergé en premier lieu. Si le voyage de Sennar regorge de détails et s’étale sur plusieurs chapitres, l’arrivée du jeune homme et toutes les péripéties qui en découlent m’ont semblé un peu… bâclées. Ou tout du moins survolées. Il y a tant de révélations dans ce tome ! J’aurais voulu qu’elles soient plus approfondies. 
Passé ce problème, j’ai passé un très bon moment, que j’ai hâte de poursuivre. Si tout va bien, je devrais d’ailleurs me procurer le troisième tome dès demain midi 🙂 L’évolution de Nihal est extrêmement intéressante : on sent que la jeune fille se bat contre elle-même, contre ses vieux démons… et grandit, de jour en jour.  On avait laissé dans le tome 1 une fillette mal dégrossie et remplie de haine, nous retrouvons ici une jeune femme pleine de courage, de force et de volonté. 
J’ai beaucoup aimé le fait que Licia Troisi accorde à Sennar une place au moins aussi importante que celle de Nihal : si j’avais été séduite durant le premier tome, j’ai vraiment apprécié de le connaitre davantage, de rentrer dans son quotidien. Alors que dans le premier tome tout passait par Nihal, le jeune magicien possède ici ses propres chapitres, et je dois dire que c’est tout de même beaucoup mieux. 
Licia Troisi poursuit sa narration en se centrant sur ces deux personnages, et je trouve ça vraiment très bien. D’un côté, on ne s’y perd pas, et cela donne en même temps au récit un rythme des plus agréables. L’alternance entre Sennar et Nihal relance perpétuellement notre attention, nous donne continuellement envie d’en savoir davantage. Et il y a matière à s’interroger ! J’avoue que mes interrogations au sujet du Tyran n’ont pas faibli d’un poil, bien au contraire. Et les récentes révélations sur le passé de Nihal m’ont laissée pantoise. 
J’ai énormément de mal à faire le bilan de cette lecture, ayant une impression étrange : plus j’y pense, et plus je la trouve… inachevée. Pas dans le mauvais sens du terme, non, au contraire. Je pense juste que mon avis ne sera mûrement réfléchi qu’après avoir lu la suite. Plus je cherche quoi écrire, plus je bloque. Aussi, je vous prie de m’excuser pour cette petite chronique qui ne veut pas dire grand chose, mais je me stopperai là : je m’épancherai davantage après avoir lu le troisième et dernier tome, c’est promis.

En bref, un second tome qui nous donne envie de poursuivre l’aventure tout en nous laissant un arrière goût de frustration : la suite ne fera pas long feu. 


« Elle se mit à courir à perdre haleine en criant son nom. Il s’arrêta, posa à terre sa besace et regarda dans sa direction.
Nihal continua à courir, même si le souffle lui manquait, même si ses jambes ployaient sous le poids de son armure. Et lorsqu’elle fut à quelques pas de lui, elle se jeta littéralement dans ses bras. […] Ils tombèrent tous les deux à terre, tandis qu’elle le serrait de toutes ses forces. C’était lui, c’était bien lui. Elle était émue de sentir son corps contre le sien.« 
 

 

On en redemande !

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *