Loi n°2012-954 du 6 août 2012, relative au… Harcèlement sexuel.

Je voudrais vous parler de QUELQUE CHOSE DE GRAVE. Quelque chose qui me tient A CŒUR
A ceux qui prendront le temps de lire ces lignes, merci.
La scène qui va se jouer sous vos yeux se déroule dans une librairie. Comme quoi, les livres ne protègent pas de tout. Diane, 25 ans, et Louise, 30 ans, sont libraires. Elles s’entendent bien. Leur équipe, composée également de Dominique, le gérant, et d’Albyane, qui s’occupe de la papeterie, est soudée. On préfère s’envoyer des boulettes de papier plutôt que des mots à la tête. Pour peu que l’on s’arrête aux apparences, on rêverait de travailler avec ce genre de personnes. Et pourtant. Le ver est dans le fruit, depuis trop longtemps pour souhaiter s’en rappeler, sournois, agissant à coup de minauderies et de supplications. Sévissant, parfois, usant de son statut pour parvenir à ses fins. Propositions détournées, gestes mal placés, chantage affectif, tout cela ne porte qu’un nom : harcèlement sexuel.

« Cette personne s’appelle Dominique, cinquante ans, libraire et adjoint au Maire dans une petite ville de France. Derrière son personnage public, il dissimule un vice : il ne cesse de tomber amoureux des jeunes femmes qu’il emploie. Pour les soumettre à ses fantasmes, il s’appuie sur la confiance et l’affection. De manière récurrente, et avec application, il les persécute puis les pousse à la démission. Mais, entre 2009 et 2012, il commet une double erreur : Louise, trente ans et Diane, vingt-cinq.

Par l’intermédiaire de leurs récits croisés, l’un humoristique et l’autre délicat, elles tendent vers une revanche commune : J’avoue. Que faire d’autre quand le harcèlement sexuel n’est ni violence ni évidence mais qu’il joue avec les espoirs, avec les rêves et surtout avec les mots ? Que faire quand il n’est pas perceptible, quand il est long et structuré, quand il pénètre partout et salit tout ce qu’il touche ?

J’avoue. est une histoire vraie, non seulement parce que les faits sont réels mais parce que chaque ligne veut restituer aux mots leur justesse et leur légitimité. »

J’avoue est le récit de cette douleur, de ce quotidien vécu par de trop nombreuses personnes. Seulement, cette masse de victimes inconnues porte ici un nom, ou plutôt deux : Louise et Diane. J’avais eu vent de ce récit, m’étais promis de le lire. Parce que c’est IMPORTANT, parce que seule UNE PLAINTE SUR DIX conduit à la condamnation du harceleur. Jusqu’à ce que… Louise me contacte. Me contacte pour me dire : « voici quelques personnages qui te seront absolument familiers. » Imaginez ma surprise. Et puis j’ai lu. Dès les premières lignes, j’ai su. J’ai lu ces 33+1 chapitres en une matinée, les mains tremblantes, les larmes aux yeux, la rage au ventre. Et je me suis rendue compte d’une chose : le harcèlement sexuel, avant, je trouvais ça triste. Injuste. Je ne me posais pas plus de questions. Pour moi, vivant dans le monde des bisounours, c’était une notion floue, une menace pas vraiment prise au sérieux. Et là, je me suis pris la réalité en pleine tête. Parce que, Louise et Diane, je les connais. Dominique également. Et ça m’a fait mal, mal pour ces deux jeunes femmes que j’estime énormément, ces deux jeunes femmes qui m’ont donné envie de travailler avec les livres. Et je me suis soudainement trouvée stupide. Fallait-il donc que quelqu’un de mon entourage subisse cette horreur pour que je saisisse bien la réalité du monde qui nous entoure ? C’est aberrant. 

J’avoue, c’est un récit empreint d’une émotion indescriptible, d’une douleur sourde. Mais derrière lui sa cache la volonté de deux femmes de se reconstruire. Ecrire n’a pas dû être simple. Elles ont dû revivre, mois après mois, mot après mot, le calvaire enduré pendant trop longtemps. Mais ce témoignage, c’est aussi leurs premiers pas dans une vie nouvelle, une vie où la confiance n’est plus un moyen de pression. Pour ce courage, pour cette force, je ne peux que m’incliner. Et diffuser, le plus largement possible, leur revanche. 

==> J’avoue <==


 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *