Dévoile-moi, Sylvia Day

En voilà un livre qui m’a fait baver, tant pour les avis élogieux qu’il récoltait que pour les descriptions du mystérieux Gideon Cross. Ma maman a sauté le pas et me l’a offert pour mon anniversaire… Jugeant sans doute que sa fille était désormais assez grande pour lire une romance érotique ^^

  
Le résumé : « Lorsqu’il est entré dans ma vie, je ne savais rien de Gideon Cross sinon qu’il exerçait sur moi une attraction violente, si intense que j’en fus ébranlée.
J’ignorais encore tout de sa force et de ses failles, de ce besoin qu’il avait de posséder et de dominer, de l’abîme au bord duquel il oscillait.
Je n’imaginais pas que chacun de nous deviendrait le miroir de l’autre – un miroir dans lequel se refléteraient les blessures intimes et les désirs vertigineux qui nous habitaient.
Je ne mesurais pas encore la profondeur de l’amour qui allait nous unir. » 

Mon avis : Je vais être dure. Et cela me coûte, car j’ai horreur d’avoir un tel ressenti vis-à-vis d’un livre que l’on m’a offert. Quand on parle de Dévoile-moi, tout comme avec Fifty Shades, deux camps s’opposent  : ceux qui ont adoré, et les autres. Ceux qui ont aimé mais sans plus, ceux qui se sont lassés, ceux qui ont abandonnés. Je fais parti de ceux-là. Ce fut une lecture extrêmement laborieuse, que je ne poursuivrais pas avec le second tome.
Je diviserais ce livre en deux : la première partie est intrigante, piquante et, il faut bien le dire, émoustillante. La seconde est lassante, sans surprise et franchement ennuyeuse. Ce livre est bourré de clichés. Non, mais quand je dis bourré, c’est bourré. Au moins, j’ai ri, beaucoup beaucoup. 
Donc, la première partie. Attention, je ne dis pas que le talent de Day s’amenuise au fur et à mesure qu’elle écrit, mais c’est juste que l’on ne comprend pas encore que cela va être ça durant tout le livre. C’est donc l’histoire d’Eva (qui a un passé trouble) et de Gideon (qui a aussi un passé trouble, dommage). Alors qu’elle se rend à son premier jour de boulot, elle tombe sur lui : carrure impressionnante, odeur suave et excitante, yeux intenses, voix carrément hot… Clichés, clichés, je vous dis. Et que fait Eva ? Elle tombe sur les fesses, sa petite culotte bonne à jeter. Ok, c’est mignon, on passe. Le lendemain, ou quelques jours plus tard, ils se retrouvent. Et Monsieur Cross de lui demander de but en blanc : »Que faut-il que je fasse pour coucher avec vous ?« . Et une autre petite culotte à jeter, avec une moue faussement choquée en prime. Heu… Stop ! Là, tu te demandes pourquoi elle ne le gifle pas en prenant ses jambes à son cou. Mais Gideon est beau à damner un saint, et il sent bon. Du coup, Eva craque. Et, à partir du moment où elle craque, c’est des scènes de sexe sans discontinuer. Il n’y a pas une page où ils ne couchent pas ensemble. Sous toutes les coutures, de toutes les manières, avec tous les détails. Les deux trois premières fois, je dis ok. Je lirais pas ça tous les jours, mais admettons. Mais alors, quand on se rend compte que ça va être ça durant 400 pages… Pitié !! 
Et là, la deuxième partie commence. Et le peu d’attachement que j’avais pour les personnages disparait aussi sec. Ne me dites pas qu’ils sont incapables de se retenir ! Non mais, c’est même pas humain ! Je veux juste savoir une chose : comment fait-elle pour marcher avec des stilettos, quand elle devrait se promener avec des compresses glacées entre les jambes ? Nous avons donc à faire à deux bêtes sauvages en rut, qui ne savent pas se contrôler. Peu importe l’heure ou l’endroit, on s’y met ! L’intrigue palote en arrière plan ne m’a pas touchée une seule seconde, ayant deviné dès le début ce qui se cachait derrière leurs « passés tumultueux ». 
Parlons maintenant de ce fameux Gideon. Je vous l’avoue, au début, j’ai craqué. Je me suis dit, quel homme ! Et puis, j’ai tourné la deuxième page. Sa seule qualité est son physique, indéniablement. Et encore, il ne doit pas être très douillet. Pour le reste, je le fuis comme la peste : il est d’une incorrection rare, et ses manières directes et franches (?!) n’ont eu aucune prise sur moi. Il est rustre, violent et lunatique. Quelle femme saine d’esprit se plierai en quatre pour lui ? Il a eu des soucis dans son enfance, ok ok. C’est pas une raison, désolé. Avant de mettre la main au panier, tu peux au moins dire bonjour. 
Quant à Eva… Je n’ai pas vraiment d’avis. Il faut dire que, face à Gideon, elle fait bien pale figure.
Bon, vous l’aurez deviné, la romance érotique n’est pas pour moi. Ou alors, que l’on ne nous trompe pas sur la marchandise : j‘attendais énormément de Dévoile-moi, et je n’ai rien eu. Il n’y a pas d’intrigue, les clichés sont présents à toutes les phrases, les personnages bien trop caricaturaux. Certes, Sylvia Day sait particulièrement bien décrire les scènes de sexe. Malheureusement, je ne cherchais pas un livre pour booster ma libido, mais simplement pour passer un bon moment. Si vous n’avez jamais touché à l’érotisme, vous allez être servi ici. Et encore, érotisme rime pour moi ave
c délicatesse et finesse, ce qui n’est pas le cas ici.
Dévoile-moi fut donc un flop, et je retenterais pas.  

 
Déçue
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *