Cupcake club, tome 1 : Baiser sucré de Donna Kauffman

Suite et fin de mes aventures avec Baiser sucré : Et bien, vous en aurez entendu parler de celui-là ! Bon, j’admets, il n’était pas vraiment prévu dans mon programme de lecture de cette semaine. Mais, que voulez-vous, je n’ai pas su résister à la tentation d’en savoir plus sur ces délicieux petits cupcakes
 
 
L’histoire : Leilani est une pâtissière talentueuse. Elle a quitté New York et son poste de Chef dans l’une des plus grandes pâtisseries de la ville pour ouvrir sa propre boutique… De cupcakes ! Vous savez, ces délicieux petits gâteaux ronds, aux couleurs improbables et irrésistiblement appétissants… Elle a donc rejoint son père dans la petite bourgade de Sugarberry, en Géorgie, et pense avoir définitivement tourné le dos à un passé parfois douloureux. Mais lorsque que son ancien patron et mentor, le jeune Baxter Dunne, débarque dans sa cuisine, la jeune femme ne sait plus à quel saint se vouer. La voilà empêtrée dans les câbles et les sacs de farine, tandis que Baxter s’apprête à tourner une émission culinaire dans sa pâtisserie. Elle qui ne voulait plus entendre parler du charmant garçon, la voilà servie. Mais comment faire pour garder la tête froide quand le Dieu de la crème fouettée ne cesse de vous lancer des regards charmeurs ? Leilani risquerait bien d’en perdre son tablier…
 
Mon avis : Quelle histoire ! J’ai beaucoup ri, beaucoup rougi également (et oui, il y a des passages qu’il vaut mieux éviter de lire dans le métro…). Et, comme après une bonne petite comédie romantique, j’en ressors avec des papillons dans le ventre. Que ça fait du bien de lire un peu de romance ! L’ego, l’optimisme, la bonne humeur… Tout est remonté à bloc. Je dois vous avouer que, au début de ma lecture, j’ai eu un peu peur. Je me suis demandé si nous n’allions pas tomber dans le cliché. Alors oui, il y en a, des clichés. Vous pourrez d’ailleurs en retrouver une liste assez exhaustive dans ce billet, signé par l’excellente Cess. Mais cela n’empêche. C’est bien écrit, l’action est fluide… Même si l’on ne peut être surpris du dénouement, est-ce vraiment là ce que l’on cherche ? Ce n’était pas mon cas. Je voulais passer un bon moment sans prise de tête, sans pour autant lire un navet rempli de fautes de grammaire : avec Baiser sucré, j’ai été amplement servie.
Côté personnages, j’ai a-d-o-r-é… Alva ! Une petite mamie voisine de Leilani qui, manifestement, n’a pas froid aux yeux. J’ai beaucoup ri en lisant le passage où elle tente de faire du gringue à Baxter. Concernant Leilani, je l’ai beaucoup aimé aussi, même si j’ai eu envie de la secouer un bon coup, par moment. C’est une jeune femme ambitieuse et talentueuse, mais pleine de doutes. J’ai eu envie de lui crier « Mais lâche-toi, bon Dieu ! » un certain nombre de fois. Mais, après réflexion, je crois que j’aurais agi comme elle. J’ai grandement apprécié le fait que Donna Kauffman ne nous impose pas une héroïne bateau : 20 ans, des jambes longues comme ça, un passé plus que trouble mais des yeux de biches effarouchée… Au diable tout cela ! Non, Leilani a 31 ans, elle n’est plus vierge, a sans doute quelques rondeurs et un caractère bien trempé. De cochon, pourrait-on dire. Quelqu’un comme nous, en fait, qui, quand elle craque, craque pour de bon.
Que dire de Baxter ? Lui est peut être un peu plus cliché, quoique… Un beau grand jeune home, bourré de talent et des dizaines d’admiratrices accrochées à ses chaussures… Bon, au début, il m’a un peu énervée : c’est vrai, quoi, pourquoi attend-il si longtemps avant de revenir vers Leilani ? Il se fout du monde, ou bien ? Mais cet accès de féminisme est vite passé, et je suis retombée dans l’habituel soupir extatique à chaque passage le concernant. Baxter, on fait quand tu veux des éclairs au chocolat ensemble, hein ! Alala, Milady sait décidément y faire avec ses lectrices !
En résumé, Baiser sucré donne dans le romantisme sans tomber dans la mièvrerie, en ajoutant au passage une bonne dose d’humour agrémenté d’un côté sexy. C‘est frais et gourmand, ça ne prend pas la tête, ça se dévore rapidement… Comme le meilleur des cupcakes !
 
PS : Un risque tout de même : avoir une folle envie de préparer ses succulents petits gâteaux… D’ailleurs, j’attends toujours mes moules, moi…
 

Un grand merci aux éditions Milady Romance pour m’avoir permis de découvrir ce délicieux roman !

3/5 : un bon moment !
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *